Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Mathieu 25

2016-C-Mtt 25, 31-40- Bienheureuse Mère Émilie Gamelin

Tout humain, croyant ou pas, soupçonne qu'il a un grand besoin d'aimer, une grande soif d'aimer. Cela s'exprime par différents chemins. Mère Gamelin trouva ce chemin dans sa proximité avec les maganés, les sourds-muets, les vieillards, les malades mentaux. C'est près d'eux qu'elle a planté sa tente (Ap 21, 3). La terre sacrée de l'autre (EG # 32) était sa résidence principale

2016-C-Mtt 25, 14-30- samedi 21e semaine ordinaire -des talents pour faire grandir Dieu dans les coeurs

Quelle belle histoire de confiance ! Celui qui démarre dans la vie sans confiance a déjà perdu la bataille. Matthieu confirme cela. Deux serviteurs se sont souvenus de cette confiance. Tu m'as confié ces talents. L'autre a porté attention sur la préservation des biens du maître. J'ai enfoui ton talent. Jésus, précise Matthieu, et le mot est important, nous confie des talents. On peut regarder l'immensité des talents, mais perdre de vue son innommable confiance.

2016- Mt 25, 31-45- une femme de service

Avec ses mains d’artistes, Dieu a créé une toile qui ne cesse d’émerveiller ceux et celles qui la regardent et l’admirent. Sous un ciel étoilé, il traça la lumière qui donne à la toile un effet de beauté éclatante. Le peintre Dieu y plaça des montagnes jalonnées de cours d’eau, de la verdure qui offre des abris fruitiers aux êtres vivants, bêtes et bestiaux selon leur espèce.

2013 -C- Mt 25, 31-46- Lundi 1er semaine carême- nous irons tous au paradis

La perte du déclin des pratiques religieuses ne semble pas avoir affecté ce que Matthieu appelle le jugement dernier. Ce que vous avez fait... Autour de nous, dans tous les milieux, la tendance populaire reconnait qu'un jour justice sera faite. Mais justice non dans le sens d'un jugement sévère. D'une condamnation mais d'une réhabilitation. Pour le commun des mortels condamner n'est pas le propre de Dieu. Dieu est trop bon pour nous voir malheureux.

2012-B -Mt 25, 31-40 -Mère Gamelin : une sortie de table remarquée.

L'incarnation, c'est Dieu qui se courbe très bas pour nous étreindre de son amour. Cet abaissement décrit l'humilité de Dieu. Notre foi clame qu'un Dieu s'est identifié aux affamés, aux assoiffés, aux étrangers, aux prisonniers, aux mal-aimés. Qu'il se laisse voir en eux. Le Dieu Jésus se réjouissait d'être avec les gens simples et ceux qui sont rejetés par leur entourage et la société. Il montrait ainsi sa nature profonde, sa divinité dans un visage de miséricorde, de douceur, de tendresse, de bonté débordante.

2012-B- Mt 25, 31-40- Marguerite d'Youville, une nourrice de Dieu -

Ce ne sont pas ceux qui parlent beaucoup de Dieu, ni les contenus de la foi qui dérangent. Ce qui marque aujourd'hui notre entourage, ce qui le séduit, ce sont plutôt nos manières de croire, d'être des évangiles vivants. D'être des fous de Dieu. Le langage le plus puissant pour dire Dieu, c'est celui de lui prêter notre visage, notre bonté, notre sourire. C'est ce qu'à fait Marguerite d'Youville. C'est ce qu'ont faits les moines de Tibhirine

2012-B- Mtt.25,14-21- funérailles d'une mère très croyante- le fil de la merveille

De ses mains d’artistes, Dieu a créé une toile qui ne cesse d’émerveiller ceux et celles qui la regardent, l’admirent. Sous un ciel étoilé, il traça la lumière qui donne à la toile un effet de beauté éclatante. Le peintre-Dieu y plaça des montagnes jalonnées de cours d’eau, de la verdure qui offre des abris fruitiers aux êtres vivants, bêtes et bestiaux selon leur espèce.

2011-A-Mtt 25, 31-40-célébration de la parole au salon- nous sommes de la poussière divinisée

Nous sommes ici pour un instant d'admiration pour cette manière de vivre, recevoir non, mais donner oui comme me l'exprimait l'une d'entre vous à qui je demandais de me présenter qui était cette femme. En me résumant ainsi cette manière de vivre, elle me disait dans ses mots ce que Jésus lui-même exprimait et qui est au coeur de la Bonne nouvelle : Il y a plus de joie à donner qu'à recevoir (Ac 20,35). Quand on quitte cette terre, il ne reste que ce l'on a donné (Jean Paul 11).

Pages

S'abonner à Mathieu 25