Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Mathieu 11

2022-C-Mt 11,15-27- mercredi de la15e semaine ordinaire- en invitant à lui

En invitant à Lui. Jésus pose un beau geste qui le fait poète social (Pape François). Il crée de l’espoir là où le fardeau à porter est lourd ; là où l’intensité des sentiments désagréables est vivement ressentie. Mine de rien, Jésus apporte sa petite contribution pour soulager le poids de la vie.

2022-C-Mt 11,25-29- gardons le fil de la merveille

Vous avez bien compris, si ce passage de Matthieu a été choisi par Marie-Claire, c’est qu’elle l’a signé de sa vie. Jésus dont la vie ne fut pas facile, qui a porté un lourd fardeau, qui fut constamment épié, surveillé, poursuivi parce qu’il faisait du bien, n’a cessé d’apprécier, de rendre grâce pour la vie qui était la sienne. Père, je te rends grâce. Père, je te loue.

À qui observe la manière de vivre de Jésus, il est facile de reconnaître que Jésus a vécu dans l’admiration malgré de vives et permanentes oppositions. Jésus s’émerveillait des enfants qu’il appelait, des engolfés ou si vous voulez des magouilleurs qu’il appelait à le suivre. Jésus a été l’un de ses phénomènes dont la présence aux autres fut d’une telle intensité qu’on en parle encore aujourd’hui. Jésus fut le plus parfait des humains.

2021-B-Mt 11, 25-30- funérailles d'une religieuse contemplative- femme de lumière

C’était le 19 octobre 1962, Sœur Pacelli, étendue devant l'autel, demandait à Dieu de renouveler sa consécration baptismale par la profession religieuse dans l’Ordre de Sainte Claire. Elle demandait la miséricorde de pouvoir prêcher par toute sa vie l’inouï de l’Évangile de la Vie. Elle répondait à l’appel de Jésus : voulez-vous être à moi ? Elle s’est alors mise à la recherche de la pente du bien, pour citer Marie de l’Incarnation, dont elle fut une grande passionnée pour son mariage apostolique.

2021-B- Mt 11, 25-27 - mercredi 15e semaine ORDINAIRE- s'enraciner dans la gratitude

Nous venons d’entendre l’une des merveilles d’une vie de foi : la louange. Père, je te rends grâce. Jésus unifie le ciel et la terre. Pour entendre cela, il faut monter sur la montagne (Cf. Mc 9, 2). Il faut des yeux capables de voir. Vous avez des yeux et vous ne voyez pas (Cf. Mc 8, 18). Pas facile que cette vie de louange, parce qu’elle suppose de descendre de notre piédestal. Nous avons été éduqués à faire tous les soirs notre examen de conscience pour y découvrir les points noirs de notre journée. Rarement, avons-nous été invités à chercher à qui je dois des « dettes » de reconnaissance au terme de la journée.

2021-B-Mt 11, 25-30 - Frère André

Il est facile de lier la naissance de Jésus avec celle du Frère André dont l’Église du Québec fait aujourd’hui mémoire. Comme le précise la lettre apostolique du pape François, annonçant l’année de saint Joseph (2020-2021), Joseph et le frère André ne rêvaient pas à de grandes choses. Ils étaient heureux de rendre les autres heureux, de rendre service, d’avoir été choisis pour servir en sa présence, comme le dit une prière eucharistique. Pour l’exprimer en termes sportifs, ils se remettaient au jeu avec empressement sans porter attention à leur fatigue. Ils ont ramé avec confiance contre vents et marées sur la mer agitée de la vie.

2020-B-Mt 11, 28-30 -mercredi 2e semaine AVENT- Jésus, fardeau léger?

Venez à moi vous tous qui peinez. Le poids écrasant qu’imposent les chefs religieux sur le peuple inquiète Jésus. Jésus déplore leur rigidité, leur cléricalisme. Ce n’est pas la science de Dieu qui sauve. Ce ne sont pas nos convictions qui édifient les autres. La connaissance que tu as peut faire périr le faible (1 Cor 8,10).

La maladie casuistique et moralisatrice de ceux qui connaissent la doctrine et qui l’assènent brutalement aux autres est une situation écrasante et hypocrite aux yeux de Jésus. C’est le signe qu’ils n’ont pas vraiment éprouvé la miséricorde de Dieu dans leur vie.

2020-A-Mt 11, 25-27 - mercredi 15e semaine ordinaire- Père, je te loue

Regardons le contexte où Matthieu invite à la louange. C’est celui où est déjà présent l’accueil de la Parole et à la fois son rejet. Les disciples reviennent vers Jésus après leur envoi sur les routes. Ils racontent comment les uns les ont accueillis et d’autres les ont rejetés comme il en fut pour les disciples de Jean le baptiste (cf. Mt 11, 16-19).

2018-B-Mt 11, 20-24 -mardi 15e semaine ordinaire- faire repartir le feu

C'est avec des eaux usées que Dieu fait des eaux pures. C'est avec des eaux troubles qu'il fait des âmes transparentes (Péguy). Quand vous verrez beaucoup de misères et de déchets dans la vie de quelqu'un, dites-lui qu'il y a des chances que ça donne de belles fleurs (Pierre Monier). Le pape François affirme dans son exhortation sur la sainteté (no 42) que même quand l’existence d’une personne a été un désastre, même quand nous la voyons détruite par les vices et les dépendances, Dieu est dans sa vie.

2018-B-Mt 11, 25-27-mercredi 15e semaine ordinaire - révélation aux enfants

Il y a le magnificat de Marie. Nous le chantons tous les soirs aux vêpres. Il y a le magnificat de Jésus que vient de nous présenter Matthieu ce matin. Jésus est dans un état de joie, d’exultation, de louange. Mieux encore, Jésus est en état d’extase, de ravissement devant son Père. Père, je te rends grâce.

2018-B-Mt 11, 28-30 - jeudi 15e semaine ordinaire - des petits cailloux

Nous sommes tellement habitués aux récits des évangiles que nous ne remarquons plus ce qui est surprenant. Et qu’est-ce qui est surprenant dans cet appel ? Dieu s’inquiète de nous voir vivre écrasés par les événements qui nous arrivent. À la fin de sa lettre, Pierre lance cet appel : déchargez-vous sur lui de tous vos soucis puisqu’il prend soin de vous (1 Pi 5,7). Dépose ton fardeau sur lui, il prendra soin de toi (Ps 54(55).

Pages

S'abonner à Mathieu 11