Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Textes récents

2020-A-Jn 11, 19-27 -mercredi 17e semaine ordinaire- Jésus, sauveur des femmes

Nous connaissons bien ce passage. Il est généralement lu lors d’une célébration de funérailles. Si tu avais été là. Dans ce reproche amical de Marthe, on devine qu’une grande amitié existe entre elle et Jésus. Et l’amitié n’est jamais à sens unique. Chaque fois qu’il en avait l’occasion, Jésus s’arrêtait chez cette famille pour une pause-rencontre. C’est là que Marie versa sur ses pieds un parfum de grande valeur (cf. Jn 12, 3). On peut imaginer que cela lui fait du bien de s’arrêter dans une maison où il n’aura pas à subir de l’opposition. Jésus aimait Marthe et sa sœur ainsi que Lazare (Jn 11, 5).

2020-A-Mt 20, 20-28 -samedi 16e semaine ordinaire- des vases d'argiles

Quand la liturgie invite à faire mémoire d’un apôtre, un apaisement surgit en moi: ces hommes sont vulnérables et sont loin d’être irréprochables. Leur trésor, a dit Paul tantôt, est de s’accepter comme des vases d’argiles. En eux cohabitent de solides certitudes avec des zones de grande fragilisation qui n’épargnent aucun être humain. Paul affirme que sa force est sa faiblesse (2 Co 12, 10). Un homme est bien fort quand il s’avoue sa faiblesse (Honoré de Balzac). La petite Thérèse ne craint pas de dire que se décourager [de sa faiblesse] est un signe d’orgueil.

2020-A-Jn 20, 1,11-18- Marie-Madeleine

Il est difficile d’avoir une vie plus misérable et si peu recommandable que celle que Jésus a choisie pour l’annoncer au matin de Pâques. Difficile d’avoir une réputation peu enviée et peu enviable que celle d’être une femme livrée à tous les hommes. Difficile d’être plus détestée et rejetée que Marie-Madeleine, femme aux sept maris, celle qui selon des Pères de l’Église (mais cela est contesté aujourd’hui) a versé sur les pieds de Jésus un parfum tellement convoité que Judas en fut scandalisé.

2020-A-Mt 11, 25-27 - mercredi 15e semaine ordinaire- Père, je te loue

Regardons le contexte où Matthieu invite à la louange. C’est celui où est déjà présent l’accueil de la Parole et à la fois son rejet. Les disciples reviennent vers Jésus après leur envoi sur les routes. Ils racontent comment les uns les ont accueillis et d’autres les ont rejetés comme il en fut pour les disciples de Jean le baptiste (cf. Mt 11, 16-19).

2020-A- Mt 8, 5-17-samedi de la 12e semaine ordinaire- foi du centurion

Quelqu’un croit en la parole de quelqu’un d’autre. Va, retourne chez toi, que Dieu t’accorde ce que tu lui as demandé. Aujourd’hui, rares sont ceux qui peuvent croire sans l’ombre d’un doute à la parole d’un autre. On apporte toujours des bémols, des «si». Jésus ne pose aucune question sur l’identité du centurion. Il ne lui demande pas s’il est assidu au culte, s’il contribue à l’entretien du temple. Jésus agit déjà en ressuscité. Il n’accorde pas la guérison demandée pour «convertir» ce païen. Émerveillé par la simplicité de cet homme en autorité, il lui offre un vin nouveau à verser dans des outres nouvelles.

2020-A- Mt 7, 6, 12-14- mardi de la 12e semaine ordinaire- portes ouvertes ou fermées ?

La joyeuse nouvelle qu’apporte Jésus est une porte, l’autre nom et l’autre manière de dire Évangile. Elle est un passage vers quelque chose de très beau : la joie de la rencontre de Jésus, non pas celui du ciel, mais celui qui est au milieu de nous, joyeux avec nous, souffrant avec nous, risquant sa vie pour ce qu’il appelle son royaume. Franchir cette porte ouvre sur une joie imprenable, un royaume tellement débordant d’humanité qu’il est presque utopique d’en désirer sa réalisation. Jésus est plus qu’un modèle à suivre. Il ouvre une route de sortie de nous-mêmes et d’entrée dans un devenir humain inatteignable.

2020-A- Lc 2, 41-51- samedi de la 11e semaine ordinaire- la passion de Marie

En écoutant ce récit de l’aventure de Marie et Joseph (le texte est aussi utilisé pour la fête de saint Joseph) au retour de Jérusalem pour la fête de Pâques, il est facile de comprendre que le couple n’a pas eu une vie facile. Elle fut plutôt une traversée sur une tempête presque permanente. Leur barque nuptiale connut de longs moments de perturbation. On dirait même que le couple n’est jamais arrivé sur une rive pacifique; leur cœur de parents a connu un intense désarroi.

2020-A-Mt 6, 1-6.16-18 - mercredi de la 11e semaine ordinaire-un nouveau commandement: la générosité

Ce dont il est question dans ce passage de Matthieu que la liturgie nous fait entendre le mercredi des Cendres est une ouverture de nos vies sur notre identité profonde. Nous sommes des êtres de partage, de générosité, l’autre nom de l’aumône.

Sur la montagne, Jésus dessine le contour de notre identité. Il dicte un nouveau paradigme à la vie : la générosité. Le baptême invite à naître à un nouveau rapport au monde et aux autres, à un changement de paradigme (ou de logiciel) pour un devenir qui n’est pas repliement sur soi ni sauvegarde de nos biens.

2020-A-Mt 5, 33-37 - samedi 10e semaine ordinaire- petit virus

Je suis toujours étonné, voire émerveillé, de comprendre que Jésus nous propose quelque chose de plus élevé que de faire serment comme on le dit sur la tête de ma mère. Le discours sur la montagne en entier incite à pratiquer la justice, à aimer la solidarité, à s’occuper des autres, à ne pas leur donner le dos, à favoriser une cohésion sociale et un environnement fraternel. Jésus pose une question toujours actuelle : les autres ont-ils une place dans ma vie ? Il éveille à quelque chose de plus que de tout relier à soi ou de vivre les yeux levés au ciel.

2020-A-Mt 5, 17-19 - mercredi 10e semaine ordinaire- humain d'abord

Cette page de Matthieu pose la question de la légitimité de Jésus. Qui est ce Nazaréen ? D’où vient-il? Quelle est son origine ? De quelle école sort-il pour parler comme il le fait ? D’où tire-t-il son autorité, ce moi, je vous dis ?

Les évangélistes ne parlent pas de la vie intérieure de Jésus. D’ailleurs, Jésus lui-même n’en fait pas mention. Homme simple, Jésus ne s’attribue pas les titres de maître, de rabbi, de Messie, de fils de l’homme. Ce sont là des titres post mortem qui lui ont été attribués par ses disciples.

2020-A-Mc 12, 38-44 - samedi 9e semaine ordinaire - anticorps de solidarité

Quand je lis ce passage, je ne peux m’empêcher de songer à la deuxième tentation de Jésus au désert. Donne-toi de l’importance; donne-toi le pouvoir que tu ambitionnes; donne-toi la gloire de la première place, demande le tentateur à Jésus. Une condition : sois en adoration devant toi.

Jésus refuse cette autosuffisance[1]. Il n’éprouve aucun besoin de s’autoproclamer. Pour lui, être dans le Père (cf. Jn 14, 9) était quelque chose de plus fort que de se voir assis sur un trône qui finirait par disparaître.

2020-A- Mc 12, 18-27 -mercredi 9e semaine ordinaire- marcher ou s'arrêter

Le philosophe Emmanuel Levinas fait remarquer qu’il y a deux grandes conceptions de l’existence humaine : celle de l’Antiquité symbolisée par Ulysse qui après bien des pérégrinations, revient au point de départ et celle représentée par Abraham qui marche vers un ailleurs dont il ne connait pas l’endroit. Quitte ton pays et va vers le pays que je t’indiquerai (Gn 12, 1). Abraham se mit en route comme s’il voyait l’invisible (He 11, 27). L’itinéraire chrétien retient cette option de sortir et de se tenir en état de marche.

2020-A-Jn 17, 11b-19 -mercredi 7e semaine de Pâques- déménageons chez Dieu

Joie. C’est la dernière parole de Jésus à ses apôtres. En nous quittant, Jésus nous montre le chemin de sa prière. Le chemin de toute prière. Ce chemin est celui de la joie de nous savoir un avec son Père comme lui est un dans le Père. Sa prière nous fait vivre un grand déménagement. Désormais, nous habitons dans le Père. Dans sa prière, Jésus nous offre un choix de vie : le pari de la vie, de la joie qui est ouverture à Dieu, aux autres ou le fait de rester dans nos tombeaux les yeux fixés sur nos confinements, nos tristesses, nos soucis, nos complaintes, nos attachements déraisonnables à nos biens.

2020-A- Jn 21, 20-25 -samedi 7e semaine de Pâques- Dieu a-t-il des préférences ?

J’ignore les émotions que Pierre vivait quand il a demandé à Jésus et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il? La scène laisse faussement entendre qu’il est un peu jaloux de la place qu’occupe Jean dans le cœur de Jésus. Pierre verbalise son monde intérieur. Il se demande comment être un disciple bien-aimé. Son ami Jean est-il le seul vrai préféré de Jésus ? Jésus l’aime-t-il plus que les autres en insinuant qu’il ne mourra pas ? En conclusion des quatre récits évangéliques, cette question n’est pas anodine.

2020-A-Jn 16, 23b-28- samedi 6e semaine de Pâques- heureux départ

Durant la semaine où nous célébrons l’Ascension, la liturgie nous invite à entrer dans la vie divine, à entrer dans une relation d’union au Christ. En s’élevant vers le Père, Jésus nous entraîne avec lui dans son intimité. Pour nous expliquer cela, Jean donne l’exemple de la vigne (Jn 15, 1-10), élément central dans le discours d’adieu de Jésus.

Désormais et pour toujours, tout repose sur la profondeur de notre union à Jésus, sur notre attachement à la vigne. Je suis la vigne. Vous êtes les sarments. Cela veut dire que nous faisons partie de la vigne. Circule en nous, en nos veines, la même sève quand dans le cep. Ensemble, Jésus et nous, nous formons un seul vivant.