Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Textes récents

2024-B-Mc 4, 35-41 - dimanche de la 12e semaine ORDINAIRE- un lion qui dort

Tu liras ce qui a déjà été accompli comme si cela était en train de s’accomplir (un chartreux). Ce qui a déjà été accompli, c’est l’apaisement des cœurs agités par toutes sortes de tempêtes en rencontrant l’homme Jésus sur leur route. Ce qui a déjà été accompli, c’est que toute rencontre avec l’homme Jésus engendrait un apaisement intérieur et produisait un calme depuis longtemps recherché.

2024-B-Mt 6, 24-34 - samedi de la 11e semaine ORDINAIRE-réussir à s'oublier

Nous sommes invités à faire confiance. Malgré nos sottises, dit Julienne de Norwich, je m'émerveille beaucoup que le Seigneur me regarde avec tant de prévenance. Il est question d’un Dieu qui, dans les mots de François de Sales, nous prend par la main, s’occupe de nous, pourvoit à nos besoins. Appuyez-vous, dit-il, totalement sur la providence de Dieu… travaillez néanmoins de votre côté pour coopérer avec elle.

2024-B-Mc 4, 26-34 dimanche de la 11e semaine ORDINAIRE- grandir

Un proverbe mexicain dit qu’ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines. À l’intérieur de la graine de moutarde, de ce tout ce qui est petit grain, il y a une force qui déchaîne une croissance inimaginable. En tout ce qui est petit, il y a une force non tuable. Une force à déplacer les montagnes.

2024-B-Mt 5, 33-37- samedi de la 10e semaine ORDINAIRE- moi, je vous dis

Attention, il ne s’agit pas de prononcer le nom de Dieu pour faire valoir ses idées. Je te le jure sur la tombe de ma mère n’est souvent qu’un moyen pour faire valoir son point de vue. La fiabilité de nos affirmations ne repose pas sur le fait que nous prononçons le nom de Dieu ou de celui de ma mère. C’est la cohérence de ma vie qui donne du poids à mes paroles.

2014-B-Lc 2, 41-51 -coeur immaculé deMarie

Pourquoi me cherchez-vous? C’est quand nous réalisons un manque que nous commençons à chercher. Ce qui n’est pas perdu n’est pas cherché. Et Luc nous ouvre à une réalité souvent oubliée : cela prend du temps pour trouver Jésus. On cherche d’abord dans son entourage, parmi leurs proches parents, puis parmi leurs compagnons de route, parmi leurs connaissances. Et ne le trouvant pas, ils revinrent à Jéru-salem pour le chercher, et trois jours après, ils le trouvèrent dans le temple.

2024-B-Mc 11, 27-33 -samedi de la 8e semaine ORDINAIRE- par quel pouvoir, fais-tu cela ?

Il est facile d’observer en lisant les évangiles le pouvoir séducteur exercé par Jésus. Il est tellement recherché qu’il n’a pas le temps de se reposer. Jésus dégage un charme qui séduit et donne envie de le rechercher. Il a vite compris que les foules viennent le voir parce qu’il répond à leur besoin de pain, de santé, de dignité, d’espérance. En leur offrant sa bienveillance, son amour et son regard de miséricorde, Jésus devient à la fois le plus recherché et le plus détesté.

2024-B- Mt 28, 16-20 -dimanche de la TRINITÉ

llez de toutes les nations faites des disciples. Jésus ne nous envoie pas convertir, il nous envoie annoncer un « nouveau » Dieu, un Dieu qui a trois visages. Jésus est venu nous montrer son Père et notre Père non pas en faisant de beaux discours, non pas en faisant la liste des choses à croire, non pas en tenant les yeux vers le ciel, non pas en théorisant sur Dieu. Par sa vie autant que par ses paroles, Jésus a dépoussiéré l’image d’un Dieu archaïque qui apaise les courroux, d’un Dieu pantocrator tout puissant, extérieur à nous et juge implacable de nos comportements.

2024-B-Mc 10, 13-16- samedi de la 7e semaine ORDINAIRE- c'est parti

Dans un monde où les enfants comptaient peu, ne disait-on pas sans compter les femmes et les enfants, Jésus met les pendules à l’heure. C’est parti. Il indique le chemin pour l’arrivée de son royaume. N’a-t-il pas dit aller aux carrefours des routes (Mt 22, 9-10).

2024-B-Mc 10, 13-16- samedi de la 7e semaine ORDINAIRE- profanation

l y a plus de deux-mille ans, quelqu’un est passé parmi nous pour nous apprendre à vivre ensemble l’amour, la solidarité, la compassion, le respect de chacun. Il en a payé le prix. Je suis venu apporter le glaive sur la terre (Mt 10, 34). Nous avons progressé sur plusieurs plans, mais nous sommes analphabètes en ce qui concerne l’assistance et le soutien aux plus fragiles et aux plus faibles de nos sociétés développées (FT # 64).

2024-B-Jn15, 26-26- 16,12-15 - Pentecôte-vivre en communauté

Nous fêtons ce matin la naissance de l’Église, pas l’institution, mais la naissance d’un peuple de frères, d’un vivre ensemble qui laisse voir le grand projet de fraternité de Jésus qu’il appelle son royaume. Ce beaucoup de choses à vous dire peut se résumer par trois mots : vivez en fraternité. Trois petits mots révolutionnaires. Il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus ni homme ni femme (Ga 3,28).

2024-B-Jn 21, 20-25 -samedi de la 7e semaine de Pâques- ce qui ne s'écrit pas

Jean termine son évangile par une bonne nouvelle. Une très bonne nouvelle. Il y a beaucoup d’autres choses… le monde entier ne suffirait pas pour [les] contenir. Jean, l’évangéliste de l’intériorité, appelle à créer à notre tour des mises en œuvre, des paraboles en actes, qui expriment et actualisent la bonne nouvelle. Nous ne vivons pas après l’évangile. Nous sommes aujourd’hui les contemporains de l’évangile. Il s’agit de se souvenir du passé pour regarder l’avenir[1].

2024-B- Mc 16, 15-20 ascension- je place en toi ma renommée

Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. En m’adressant à vous en ce matin de l’Ascension, en rompant pour vous dans cette homélie, selon la belle expression d’Origène, un Père de l’Église, la lettre de l’Écriture que je viens de proclamer, je fais de ma parole humaine, un sacrement de sa Parole. J’actualise le Pain de sa Parole. Ce mystère de dire Jésus est grand. Il présuppose beaucoup de temps consacré à le Regarder, un long travail de contemplation pour Le laisser naître en nous.

2024-B-Jn 16, 23b-28- samedi de la 6ième semaine de Pâques- ce qui ne meurt pas

Nous avons tous besoin de guérir nos regards. Le je suis sorti du Père, venu dans le monde et je quitte le monde n’est pas à comprendre comme une élévation physique de Jésus vers le ciel. C’est pur fondamentalisme. Cette montée de Jésus est autre chose que l’histoire d’Élie qui a permis à Élisée en le voyant disparaître vers le ciel de recevoir un peu de son esprit (2 Roi 2). La vie que l’on croyait fuir nos regards nous est toujours présente. Je serai avec vous tous les jours.

2024-B-Lc 22, 24-30- samedi de la 5e semaine de Pâques- Mère Léonie

Quand Jésus parle de service, ses disciples se demandent qui est le plus grand. Quand Jésus parle la langue de l’évangile que la lecture appelle la langue de l’amour, les siens parlent la langue des parvenus, la langue de l’apparence. Qui a le plus de pouvoir ? Jésus casse l’idée que nous nous faisons de la grandeur. Si tu veux être le premier, soit le dernier de tous et le serviteur de tous.