Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Textes récents

2021-B- Mt 18, 1-5.10- samedi de la 26e semaine ORDINAIRE- petit et grand à la fois

Il est question d’un plaidoyer contre l’exclusion et pour la dignité. Tu peux être en bonne santé, tu peux être le meilleur sportif, tu peux avoir une santé de fer, mais si tu n’as pas de dignité, tu ne vaux rien[1]. Ce sont les mots du pape rencontrant des membres de l’association Lazare que les membres accueillent chez eux comme colocs, de gens sans papiers, sans résidence.

2021-B-Jn 1, 47-51 -mercredi de la 26e semaine ORDINAIRE- Anges Michel, Gabriel, Raphael

Nous avons beaucoup entendu parler ces derniers temps des « anges gardiens ». Ces personnes visitaient en tout temps ou presque ceux et celles qui, durant la pandémie, avaient besoin d’aide, de soutien, d’encouragement ou d’une simple présence. Ces « anges gardiens » se tenaient, pour utiliser une expression biblique, en tenue de service auprès des emprisonnés de la pandémie, des esseulés de nos hôpitaux, des désorientés de nos systèmes d’immigration, des abandonnés des radeaux à la dérive.

2021-B-Lc 9, 43b-45-samedi de la 25e semaine ORDINAIRE- vers un nous toujours plus grand

Un mot est au centre de l’Évangile, mot que les premiers chrétiens ont placé au centre de leur foi : pour nous. Pour nous Jésus annonce l’arrivée d’un « nous » toujours plus grand, d’une société “en couleurs”, enrichie par la diversité et les relations interculturelles[1] qu’il appelle son Royaume. Pour nous, il nous laisse le meilleur de sa musique humanitaire (Bruno Mori) qui l’a conduit à une fin de vie atroce (Cf. Ph 2, 7). Pour nous, il se montre à ses disciples sur la route d’Emmaüs et il se fait nourriture (Cf. Jn 6, 56).

2021-B-Lc 9, 1-6- mercredi de la 25e semaine ORDINAIRE-principe de précaution

Le poète Rainer Maria Rilke écrit que sa production littéraire provient de l’admiration la plus immédiate de la vie, d’un étonnement quotidien, inépuisable devant elle. Il reprenait à sa façon l’intuition de Socrate pour qui l’étonnement est à la base de toute vie si l’on veut qu’elle ne soit pas blasée.

Il me semble que les rédacteurs des évangiles partageaient la même vision. L’étonnement est à la base de leur effort à rapporter des faits et gestes accomplis par Jésus. Nous venons d’entendre l’histoire de l’étonnement des disciples envoyés sans aucun outil médical, guérir sur la route. Cela a tellement étonné les évangélistes qu’ils en ont parlé dans leurs écrits.

2021-B-Mc 8. 27-35- dimanche de la 24e semaine ORDINAIRE- devenir racine

Nous parlons souvent de Jésus comme s'il n'existait pas dans nos vies. Nous en parlons comme nous parlons d'événements récents comme le 11 septembre 2001. Il ne s'agit pas de convaincre les autres de l'existence de Jésus, mais de nous convaincre de son importance dans nos vies. Il faut passer de l'admiration à l'imitation.

Un poète hongrois de grande renommée, Miklós Radnóti, emprisonné à cause de sa foi juive et mort en prison, écrit d’expérience dans une lettre à sa femme : je suis moi-même une racine maintenant... J'étais une fleur, je suis devenu une racine.

2021-B-Lc 8, 4-15- samedi de la 24e semaine ORDINAIRE- Jésus a fait sa part

Quoi comprendre de cette parabole du semeur ? Je l’exprime par ces mots de Bernard Fellet : Jésus a fait sa part, faisons la nôtre. Il ne s’agit pas de questionner que Jésus est et demeure source d’inspiration, une référence. Il s’agit de donner corps d’une manière inédite à l’esprit qui anime Jésus, à son testament. Nulle part dans les évangiles, il est dit que Jésus va nous télécommander comment agir. Nulle part Jésus ne nous souffle à l’oreille quoi penser, comment agir. C’est à chacun de nous et ensemble d’agir. L’évangéliste Jean met sur les lèvres de Jésus des paroles bouleversantes : vous ferez vous aussi les œuvres que je fais, et même de plus grandes (Jn 14, 12).

2021-B-Jn 19, 25-27 - Notre Dame des douleurs- se tenir debout

La mère des douleurs se tenait debout. Ainsi, commence cette prière du 13e siècle désignée comme le Stabat Mater. Que ce soit la prophétie du vieillard Syméon, toi-même ton cœur sera transpercé par une épée (Lc 2, 34-35), la fuite en Égypte (Mt 2, 13,21), la fugue de Jésus au Temple (Lc 2, 41-51), sa rencontre avec son fils sur le chemin du Golgotha (Lc 23, 27-31), sa présence au pied de la croix (Jn 19, 25-27), ce moment crucifiant de recevoir son fils dans ses bras, Marie se tenait debout précise saint Jean.

2021-B-Lc 6, 43-49-samedi de la 23e semaine ORDINAIRE- du liquide solide

Le danger en écoutant ce texte comme tous les autres d’ailleurs est de l’enfermer dans ce qu’appelle Maurice Bellet, un texte inerte dont la compréhension est coulée à jamais dans du béton. L’Évangile n’est pas un livre à interprétation unique. Ce n’est pas un « savoir » intellectuel ni une « érudition » intimidante. C’est une Parole vivante qui n’a jamais le même goût, une Parole qui bouge, non statique, en mouvement comme la vie. Depuis deux mille ans, elle rouspète d’être mise en cage. Aucun vaccin n’est capable d’en contrôler ou d’en ralentir sa croissance. Au commencement était la Parole (Cf. Jn 1,1).

2021-B-Mt 1, 1-16.18-23 -mercredi de la 23e semaine ordinaire- Marie, naissance de l'effacement

La liturgie ne célèbre que deux naissances, celle de Jean-Baptiste et celle de Marie comme pour nous dire que la beauté d’une vie est dans l’effacement. L’un et l’autre nous disent la même chose : écoutez-le. Faites tout ce qu’il vous dira. Ils ne désirent aucunement se faire admirer : il faut que je décroisse, dit Jean-Baptiste. Il s’est penché son humble servante, chante Marie.

2021-B-Jn 15, 1-8- samedi de la 22e semaine ORDINAIRE- Dina Bélanger, une vie dans le Christ

Nous vivons dans un univers en interaction, un univers où tout se tient. Tout est lié, écrit le pape dans Laudatio Si. Aujourd’hui nous comprenons mieux la réalité quand elle est située dans son environnement. Pour nous dire cela, l’évangile utilise un mot très fort : demeurer. Nous comprenons mieux notre identité humaine et chrétienne quand nous la regardons dans son environnement, j’ajoute le mot, divin.

2021-B- Lc 6, 1-5- samedi de la 22e semaine ORDNAIRE- vrai psychologue des profondeurs

Ce que les évangélistes ont retenu de Jésus et qu’ils rapportent dans leurs écrits, c’est qu’il fut un perpétuel dissident. Dissident par rapport à l’orthodoxie rigide de son temps. Dissident en appelant les enfants à lui, en fréquentant les femmes, en visitant la Samarie sans égard à sa mauvaise réputation, en mangeant avec des gens de mauvaises vies (Mc 2, 15). Tellement dissident qu’on le croyait fou (Mc 3, 21), hérétique (Jn 8, 48), possédé (Mc 3, 28), glouton (Mt 11, 19), blasphémateur (Mc 2, 7). Dissident face aux exigences rigoureuses de la loi du sabbat.

2021-B-Lc 4, 38-44 - mercredi de la 22e semaine ORDINAIRE-un beau métier, faire du bien

Tous les jours, nous vivons une multitude de rencontres. Il arrive que l’une d’entre elles se transforme après coup en un événement qui influence nos vies. La rencontre de Paul avec celui qu’il persécutait s’est transformée après coup en un événement-ravissement d’entendre des paroles qui ne peuvent être redites. Il ne savait plus s’il était dans son corps ou hors de son corps (2 Co 12,4). Tellement touché que sa vie de tueur se transforma en celle de « sauveur » de Jésus.

2021-B-Mt 25, 14-30 - samedi de la 21e semaine ORDINAIRE - éloge du risque

Je commence par des questions. Sommes-nous dans la posture du risque à courir pour révéler à notre manière le visage de Dieu ou sommes-nous dans la posture de la peur soucieuse de conserver, de ne rien changer, de répéter des mots qui ne disent plus rien ? Savons-nous rayonner la foi sans prosélytisme ou sommes-nous experts à la confiner dans des pratiques qui l’empêchent de sortir de terre ? Favorisons-nous sa fécondité ou sa stérilité ?

2021-B-Mt 23, 27-32- mercredi de la 21e semaine ORDINAIRE- se laisser sourdre du dedans

Il y a environ 30 ans, J. Moltmann, l’un des plus importants théologiens réformés du siècle dernier, écrivait que nous avons besoin de personnes qui s’acheminent vers l’intérieur et [qui] descendent dans les profondeurs du soi pour combattre tous ces malheurs que Matthieu nous présente comme antithèse à ses béatitudes. Quel souffle de fraicheur que d’entendre que ce n’est pas sur les apparences que Jésus considère les gens (Cf. Mc 12, 15) ? La plus grande urgence est de découvrir notre espace intérieur et d’y pénétrer.

2021-Mt 23, 1-12 -samedi de la 20e semaine ORDINAIRE- ne nous scandalisons pas trop vite

C’est une vérité de la Palice que d’affirmer que notre Église est en crise. Crise de crédibilité. Crise de cohérence. Crise de cléricalisme. Crise de la foi. Crise et non conflit. Un conflit divise. Une crise fait grandir. Ce mot émerge quand il y a un manque de cohérence, de transparence. Nous ne vivons pas jusqu’au bout (Cf. Jn 13, 1) notre foi. Nous ne désirons pas d’un grand désir (Cf. Lc 22, 15) l’effacement de nous-mêmes qui montre que le Christ vit en moi (Ga 2, 20). Il y a un mur entre notre dire et notre action. Jésus n’habite pas en nous complètement.