Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Marie et Joseph

2021-B-Jn 19, 25-27 - Notre Dame des douleurs- se tenir debout

La mère des douleurs se tenait debout. Ainsi, commence cette prière du 13e siècle désignée comme le Stabat Mater. Que ce soit la prophétie du vieillard Syméon, toi-même ton cœur sera transpercé par une épée (Lc 2, 34-35), la fuite en Égypte (Mt 2, 13,21), la fugue de Jésus au Temple (Lc 2, 41-51), sa rencontre avec son fils sur le chemin du Golgotha (Lc 23, 27-31), sa présence au pied de la croix (Jn 19, 25-27), ce moment crucifiant de recevoir son fils dans ses bras, Marie se tenait debout précise saint Jean.

2021-B-Mt 1, 1-16.18-23 -mercredi de la 23e semaine ordinaire- Marie, naissance de l'effacement

La liturgie ne célèbre que deux naissances, celle de Jean-Baptiste et celle de Marie comme pour nous dire que la beauté d’une vie est dans l’effacement. L’un et l’autre nous disent la même chose : écoutez-le. Faites tout ce qu’il vous dira. Ils ne désirent aucunement se faire admirer : il faut que je décroisse, dit Jean-Baptiste. Il s’est penché son humble servante, chante Marie.

2020-B- Lc 1, 26-38 -Immaculée conception- nous sommes des innocentés par Dieu

Je ne crois pas me tromper en disant que Bernadette Soubirous n’a pas compris grand-chose de cette dame qui lui déclarait : je suis l’immaculée conception. Cette déclaration n’est pas compréhensible non plus à nos oreilles de croyants pour qui la préservation du péché originel n’est plus audible aujourd’hui, écrit Joseph Moingt.

2020-A-Lc 1, 39-56 - Assomption- Marie une femme «métissée»

Marie n’a jamais célébré son assomption. Elle l’a vécue bien avant la déclaration du pape Pie XII le premier novembre 1950 (Munificentissimus Deus), il y a soixante-dix ans cette année, bien avant son oui à Dieu pour qu’il fasse d’elle ce qu’il veut. Marie fut une «tablette» qui permit à Dieu d’y écrire ce qu’il veut. Et Dieu a écrit que Marie est une femme, une grande femme qui, quoi qu’on dise d’elle, n’atteint ni n’ébranle son humble condition. Marie, mère de Dieu, a vécu sa vie dans une mort cérébrale de son moi.

2020-A- Lc 2, 41-51- samedi de la 11e semaine ordinaire- la passion de Marie

En écoutant ce récit de l’aventure de Marie et Joseph (le texte est aussi utilisé pour la fête de saint Joseph) au retour de Jérusalem pour la fête de Pâques, il est facile de comprendre que le couple n’a pas eu une vie facile. Elle fut plutôt une traversée sur une tempête presque permanente. Leur barque nuptiale connut de longs moments de perturbation. On dirait même que le couple n’est jamais arrivé sur une rive pacifique; leur cœur de parents a connu un intense désarroi.

2020-A-Lc 1, 26-38 - annonciation de Marie

S’il y a un instant où il faut se réjouir avec éclat, rehausser l’allure d’une fête, se taire pour ne pas dire des paroles creuses, c’est bien en ce jour où un envoyé du ciel annonce à Marie une nouvelle tellement incroyable qu’elle doit être vraie : le Fils de Dieu devient fils d’une vierge. Dieu revêt l’homme et une femme devient mère de Dieu. Incroyablement vrai !

2019-C- Lc 2, 22-40 - présentation du Seigneur au temple

Quelle belle image à contempler que cette rencontre de deux jeunes parents avec celle de deux vieillards. Ne regardons pas sans intérêt cette rencontre. Ne passons pas outre non plus parce qu’elle y cache l’aube de toute histoire de foi. Le jeune couple voit leur mission se dessiner et les anciens réalisent leurs rêves. L’Orient chrétien appelle ce jour, la fête de la rencontre.

2018-B-Mt 12, 46-50- mercredi 33e semaine ordinaire- donation de Marie

Le grand mariologue que fut saint Jean Damascène écrit : ce n’est pas pour vous [Marie] que vous êtes née ; vous avez reçu la vie pour concourir au salut de l’univers et réaliser avec Dieu l’éternel décret de l’Incarnation du Verbe.

Ce n’est pas pour vous [Marie], que vous êtes née. Dès l’âge de trois ans, ses parents l’offrent à Dieu, offrande non symbolique, mais formelle. Marie appartient à Dieu.

2018-C-Lc 1, 26-38- Immaculée conception- une belle surprise de Dieu

Quelle belle surprise Dieu nous offre en cette fête de Marie immaculée ! Dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, chaque fois que Dieu nous surprend, c’est pour annoncer un nouveau commencement dans l’histoire de la foi. Il intervient pour nous sortir d’une foi paralysante, figée dans l’immobilisme du «toujours faire comme avant» (Pape François).

2018-B-Lc 2, 33-35 - Notre- Dame des douleurs

Je me souviens de cette mère qui chaque semaine se rendait visiter son fils emprisonné malgré son maigre revenu. Elle me disait, un jour en consultation: comme j’aimerais prendre la place de mon fils. Il n’y avait pas grande différence entre la souffrance de son fils et la sienne. Elle n’avait pas honte de son fils. Elle se sentait même un peu responsable de ce qui lui arrive. Voilà le cœur d’une mère. Voilà le cœur de Marie.

Pages

S'abonner à Marie et  Joseph