Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Mathieu 18

2019-C-Mt 18, 15-20 -mercredi 19e semaine ordinaire - beauté de faire Église

i le baptême nous ordonne au service de la Résurrection du monde (Mgr Roméro), vivre ensemble est une « ordination » au service de la charité. Au service de la rédemption de nos conflits. La communauté est une véritable école, un atelier de pratique de la beauté de Dieu. Ce comportement nouveau prend forme en nous quand nous sommes séduits par la beauté de l’agir de Jésus.

2017-A- Mt 18 : 15-20- mercredi 19e semaine ordinaire- se faire miséricorde entre nous

Jésus dit à ses disciples et demande à ses amis, collaborateurs de la première heure, de se souvenir, de faire mémoire de ceux qui ont quelque chose contre nous. Si ton frère a commis un péché contre toi.

Cet appel de Jésus, se souvenir de nos relations difficiles, tendues, se souvenir que nous ne sommes pas toujours en bons termes avec un proche ou un voisin, remonte à nos origines. Jésus fait résonner en nous cette longue, très longue histoire qui nous ramène jusqu’à Caïn et Abel.

2017-A-Mtt 18, 21-35- mardi 3e semaine carême-envers qui ai-je une dette ?

La perfection chrétienne ne consiste pas à s’attacher aux biens, mais à s’en détacher. Comme le démontre cette parabole du serviteur qui reçoit la remise de sa dette colossale, mais qui refuse d’écouter la demande de prolongation d’une somme dérisoire, cela est très difficile. Le détachement de Dieu est plus spontané que le détachement aux biens. Cela a pour conséquence un dérèglement du comportement humain.

2016-A-Mtt 18, 12-14- mardi 2e semaine avent- la brebis égarée, est-ce moi ou Jésus ?

Jésus s’exprime en image. Cela n’enlève rien à la Parole, mais l’image frappe l’imagination. Et dans l’image de ce matin, celle de la brebis égarée, Jésus se fait rêveur. Rêveur d’un monde où toutes les frontières sont abolies, les exclusions inexistantes. Que de personnes oppressées, rejetées, repoussées, rencontrons-nous sur nos chemins et à l’intérieur même de nos familles !

2016-C-Mtt 18, 21-35-mardi 3e semaine du carême - Dieu ne fait rien payer:

Si nous y regardions de plus près, nous serions étonnés de voir comment nous cherchons seulement notre bien personnel aux dépens des autres, dans nos paroles, nos gestes, nos œuvres aussi. Nous avons toujours en vue notre personne. Nous recherchons toujours ce qui nous avantage. Nous ne voyons que les choses terrestres à la façon de la femme courbée (Lc 13, 11) qui était tout inclinée vers la terre et ne pouvait regarder vers le haut. Notre penchant naturel est d'être tout tourné vers soi-même.

2015-B-Mt18, 21-35-mardi 3e semaine carême- nous sommes des endettés

Quelle belle photographie de Dieu que cette page. Il y a les dix mille talents remis. Il y a ce paralytique que les porteurs amènent : mon enfant, tes péchés sont pardonnés (Mc 2, 5). Il y a le retour du fils prodigue (Lc 15. 11-32). Il y a ce voleur Lévi que Jésus introduit dans son équipe apostolique (Mc 2, 14). Il y a, et non le moindre, ce mécréant criminel qui sur la croix, entend Jésus l'invité à être avec lui dans son Paradis (Lc 23, 43).

2014-B-Mt 18, 12-14- mardi 2ième semaine avent- se laisser porter par Jésus

Noël nous confirme que Jésus ne s'est pas contenté de s'habiller de notre vie humaine. Il a opté pour vivre en périphérie, hors de la route, disait un rabbin. C'est cet élan d'aller vers les autres qui caractérise Jésus.

Matthieu nous redit cela en nous montrant un Jésus qui sort de sa bergerie à la recherche de la brebis égarée. Toute sa vie, Jésus a parcouru les campagnes, marché de longues heures pour aller rencontrer, aller à la rencontre de ceux qui ne sont pas corrects.

2013-A-Mtt 18, 12-14 mardi 2e semaine avent- Qui est la brebis perdue ?

Duns Scott disait que l'Incarnation est un mystère trop grand pour simplement remédier à un défaut. Noël est trop grand pour ne le percevoir que dans l'optique du Minuit, chrétiens, où l'homme Dieu descendit jusqu'à nous pour effacer la tache originelle et de son Père arrêter le courroux.

Dieu s'est courbé, s'est courbé très bas (saint Bonaventure) pour signifier à chaque humain qu'il valait beaucoup à ses yeux. L'Avent est un temps de contemplation de ce que nous valons aux yeux de Dieu. Que nous avons du prix à ses yeux (Is).

2013-C- Mtt 18, 1-5-Thérèse de Lisieux

L’évangile n’est pas derrière nous comme une vieille chanson trop connue et un peu démodée. Il est encore devant nous comme une mine à creuser pour y découvrir des pépites d'or et les faire briller à la face du monde. Ce fut là toute la vie de Thérèse: découvrir et faire découvrir des pépites d'or, les faire briller à la face du monde.

Thérèse ne sait pas contenté de connaître Dieu par ouï-dire (François). Au terme de sa vie, elle pouvait redire ce qu'exprimait Job (42, 5) : Je ne te connaissais que par ouï-dire, mais maintenant mes yeux t'ont vu.

Pages

S'abonner à Mathieu 18