Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Luc 14

2010-C-Lc 14, 25-33- Dimanche 23e semaine ordinaire- ne rien préférer d'autre que Jésus

Nous venons de l’entendre dans la première lecture, c’est en écoutant la sagesse que les hommes ont appris ce qui plaît à Dieu et ont été sauvés. Cette sagesse s’identifie pour nous à une Parole faite chair. À un visage divin devenu visible à nos yeux en Jésus. Cette sagesse de faire de grandes choses, passe par l’appel à ne pas préférer son père, sa mère, sa vie, à opter pour un attachement préférentiel à quelqu'un, à la personne de Jésus. Cette sagesse n’est pas une croix lourde ni même un chemin de renoncement, mais d’accomplissement.

2010-C- Lc 14, 1,7-14 -Dimanche 22e ordinaire- à la recherche de notre place

Parce que nous vivons en société, en communauté, nous cherchons quelle est la place que nous occupons. Notre place dit notre rapport aux autres. Elle nous situe face aux autres. Elle est le fondement de notre personnalité. Ceux qui vivent isolés ne savent pas trouver leur place. La recherche de notre place est une attitude révélatrice de nos états d’âmes.

2008- A-Lc 14, 12-14 Lundi 31e semaine ordinaire - Qui inviter à diner ?

Nous pouvons prononcer les paroles les plus sublimes sur l’accueil, mais si ces paroles ne sont que des belles paroles, si elles ne sont pas confirmées par des « œuvres », nous en défigurons la beauté. Nous pouvons désirer pour tous une table modestement nourrissante mais si c’est à la condition que cela ne nous brime en rien, ne nous prive en rien, nous défigurons la beauté. Ce ne sont pas les mots que nous prononçons, même les plus beaux et accompagnés de surcroît d’une musique envoûteuse, qui donnent de la hauteur à nos vies. Ce sont nos vies qui confirment la beauté de nos gestes. Elles disent ce que nous contemplons.

2008-A-Lc 14, 1-6 Vendredi 30e semaine ordinaire -repas chez un pharisien

En accueillant Benoît XV1, à l’Élysée, le président Sarkozy déclarait que la dignité humaine s’est imposée comme une valeur universelle. « A l’heure, dit-il, où ressurgissent tant de fanatismes, à l’heure où les égoïsmes les plus durs menacent les relations entre les nations et au sein des nations, cette option absolue pour la dignité humaine (que vous représentez très saint Père), et son ancrage dans la raison doivent être tenus pour un trésor des plus précieux ».

2006-B-Lc 14, 1-6- Vendredi 30e semaine ordinaire - est-il permis de guérir ou non

En entrant pour une « visitation d’amitié » chez un chef des pharisiens, Jésus savait que chez eux les rubriques et les prescriptions rituelles prenaient une grande place, toute la place. Il savait que pour eux, le salut ne pouvait advenir que par une observation rigoureuse de la loi qui interdisait toute forme de vie sauf celle de « détacher le jour du sabbat son bœuf ou son âne de la mangeoire pour le mener à boire ». Jésus connaissait leur attachement, leur aveuglement pour un légalisme vide de vie.

2004-C- Lc 14, 1-6-Vendredi 30e semaine ordinaire - repas chez un pharisien guérison un jour du sabbat

Le plus beau titre de Jésus est celui, à mon sens, de Prince de la Paix. Mais ce Prince de la paix se transforme souvent en prince de la guerre tant il soulève tout sur son passage. Il est plutôt perçu dans ses gestes comme diabolique. Il apporte la "division".

Jésus un homme de paix ou homme de division ? Partout où il passe, Jésus semble ne soulever que division et opposition. Au lieu d'éteindre les foyers d'incendies, de conflits, Il les active. Les allument. Jésus n'éteint pas le feu. Il est plutôt un véritable incendiaire

2000-B- Lc 14, 1-6-Vendredi 30e semaine ordinaire - ne jamais passer à coté de la vie.

Nous connaissons bien l’expression : il n’a pas les deux pieds sur la terre. La réalité actuellement c’est l’irréel. Nous sommes tellement inondés, fascinés, attirés par la publicité qui nous plonge, de façon répétitive, constante dans l’irréel, que nous vivons presque sur une autre planète. Jamais n’avons nous vu autant de moyens mis en oeuvre par l’industrie de la publicité pour nous vendre ou acheter l’irréel. Nous sommes prisonniers d’un monde d’apparence. exemple : publicité électorale du parti libéral rajeunit de 10 ans la figure du premier ministre Le vrai, à l’intérieur ou à l’extérieur de nous, n’intéresse plus. Comme au temps de Jésus, nous passons à coté de la vie.

1999-A-Lc 14, 1-6-Vendredi 30e semaine ordinaire - repas chez un pharisien

Il est dangereux de parler de Dieu (Origène). Dangereux de parler de Dieu car Dieu, nous dit en acte Jésus aujourd’hui n’est pas l’austérité pure, n’est pas une idée, une loi abstraite. Jésus nous présente Dieu comme une Présence désarmante. L’amour des blessés de la vie a priorité sur tout même sur le sabbat. Si quelqu’un d’entre vous à un fils qui tombe ne va-t-il pas le relever ? La situation est tellement évidente que la question apparaît inutile, futile.

1998-C-Lc 14, 1-6- Vendredi 30e semaine ordinaire - repas chez un pharisien -

En bon oriental qu'il était, Jésus fut un conteur d'images. Il parlait de choses qui faisaient le quotidien de chacun et de chacune, avec les couleurs, les expressions, les drames et les questionnements de ses auditeurs. Il parlait de façon que le grand et le petit, l'adulte et l'enfant, le plus cultivé et le moins cultivé, se sentaient partie prenante du récit et ne pouvaient pas rester indifférents. Tous se sentaient concernés. Tous devaient prendre parti. Comment penser? Comment agir?

Pages

S'abonner à Luc 14