Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Luc 6

2019-C-Lc 6,1-5 - samedi 22e semaine ordinaire - nouvelle constitution évangélique

e jour de sabbat apporte un langage éminemment symbolique. Luc, comme les autres évangélistes, ne transcrit pas les paroles de Jésus. Jésus n’a rien écrit. Il interprète, après s’être renseigné, ce qu’il a cru entendre de ce qu’on lui a dit de Jésus. Jean Yves Leloup, analysant le Cantique des cantiques, affirme que nous ne sommes pas les gens du Livre, mais les gens de l’interprétation[1]. Jésus ne livre jamais des recettes toutes faites. Il nous invite, dois-je dire, il nous condamne à le comprendre.

2019-C-Lc 6, 20-26 - mercredi 23e semaine ordinaire- pour qui vivons-nous?

Jésus soulève une question de grande importance. Pour qui vivons-nous ? Non pas pourquoi, mais pour qui vivons-nous ? On peut bien vivre sans «pourquoi», mais peut-on vivre sans «pour qui» ? Corollaire à cette question, une autre est à soulever : de qui suis-je responsable ? C’est dans la réponse à ces deux questions que nous nous trouvons ou pas sur le chemin des béatitudes énoncées par Jésus. Non pas arrivés, mais en chemin.

2017-A-Lc 6, 1-5 - samedi 22e semaine ordinaire - Jésus souffre d'allergie

Jésus souffre d’une allergie chronique, une allergie qui trouble tout Jérusalem (Mt 2, 3), une allergie qui le rend vulnérable face aux parfaits gardiens de la loi : celle d’être attentif aux personnes, à leurs besoins. Jésus éternue chaque fois qu’il se trouve devant une loi sans âme, devant un chrétien «protectionniste» de la loi et de l’ordre.

2016-C-Lc 6, 43-49 - samedi 23e semaine ordinaire- avance en profondeur

Ma réflexion pourrait vous étonner ce matin. Cette page de Luc est une véritable page publicitaire. Jésus se permet de se publiciser. Il se permet de publiciser une route qui offre un paysage plantureux jusqu'à nous faire désirer goûter à un vin exquis. Bref, cette page publicitaire fait la promotion d'un chemin pour vivre en santé.

2016-C-Lc 6, 1-5- samedi 22e semaine ordinaire - insupportable mentalité légaliste

La religion et le religieux sont des éléments importants, voire essentiels, dans la construction d'un autre monde possible, affirmait un intervenant engagé dans de nombreuses causes sociales lors du forum social mondial de Montréal. Pour Dominique Boisvert, cofondateur du réseau québécois de la simplicité volontaire, la religion n'est pas un vestige d'une époque révolue, tolérée à condition qu'elle n'occupe aucune place et ne joue aucun rôle dans l'espace public.

2015-B- Lc 6, 20-26 - mercredi 23e semaine ordinaire- désirable le bonheur ?

Comment, aujourd’hui, rendre les béatitudes désirables? L’Évangile désirable ? Le christianisme désirable ? La réponse qui nous vient spontanément est d’être ou de continuer à être une Église qui maintient son option d’être empêcheuse de vivre heureux en imposant un chapelet d’interdits aux autres . Ce qui est premier pour Jésus, ce n’est pas le système religieux, c’est de voir des cœurs épanouis, heureux. Le pape François réussira-t-il à nous convaincre de cela ? Surtout réussira-t-il à faire changer notre langage ?

2015-B-Lc 6, 43-49 -samedi 23e semaine ordinaire- comment bâtir sa vie sur le roc ?

Bâtir sa vie sur le roc, porter un bon fruit, écouter et pratiquer, pas si simple que ça. Pour y arriver, le chemin sera toujours indéfini et multiple. Que nous aimerions qu’il n’en soit pas ainsi!

En recevant en 1972 en audience privée le frère Roger de Taizé, le pape Paul VI lui demandait : si vous avez la clé pour comprendre les jeunes, donnez-la moi. Réponse : je voudrais l’avoir, je ne l’ai pas et je ne l’aurai jamais.

Pages

S'abonner à Luc 6