Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Luc 9

2020-A- Lc 9, 57-62 -mercredi 26e semaine ordinaire- où se tient Jésus ?

La question que je me pose en préparant cette réflexion est très actuelle. Où Jésus se rencontre-t-il ? Où le trouve-t-on ? Jésus marche dans sa Galilée lorsque quelqu’un lui offre de faire route avec lui. Puis un autre. Et un autre. C’est là qu’il rencontre les gens. Jésus accepte d'être dérangé alors qu’il est fort occupé à faire la promotion de son grand projet de fraternité et de solidarité. Jésus ne dit pas : tu viendras demain à telle heure, je suis occupé.

2020-A- Lc 9, 43-45 -samedi 25e semaine ordinaire-travailler l'oreille

J’aime beaucoup l’expression «travailler l’oreille». Les musiciens l’utilisent souvent pour identifier avec exactitude une note parmi une kyrielle de notes. Ils ont une oreille fine, dit-on. Pas seulement eux. Certaines personnes à l’écoute d’un bruit de moteur peuvent en préciser le problème. Pensons à l’oreille du chien deux fois plus efficace que la nôtre et qui perçoit jusqu’aux ultrasons. Les chauves-souris voient avec leurs oreilles. Elles émettent un signal sous forme d’ultrasons et écoutent leurs échos pour se déplacer.

2020-A-Lc 9 1-6- mercredi 25e semaine ordinaire- nouvelle normalité: ne rien emporter

En lisant ce passage de Luc, me vient en mémoire la figure de Charles de Foucault dont l’Église vient de reconnaître la sainteté. Il a enseigné l’apostolat du rien, ne s’est pas assis sur un illustre siège d’enseignement. Il n’a pas prêché, surtout pas sermonné les Touaregs. Il a vécu avec le strict nécessaire dans sa terre d’adoption à Tamanrasset. Frère universel du rien, il a suivi à la lettre la recommandation de Jésus à ses apôtres : n’emportez rien pour la route (Mt 10, 9-10). Dit autrement : ne soyez que des petits frères, de «petits rien du tout».

2019-C- Lc 9, 1-6 -mercredi 25e semaine ordinaire- une grand-mère à préserver

La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. Ce n’est pas moins de vie, ce n’est pas une basse intensité de vie, mais tout le contraire : car, en réalité, ceux qui jouissent plus et vivent mieux chaque moment sont ceux qui cessent de picorer ici et là en cherchant toujours ce qu’ils n’ont pas […] Ils ont ainsi moins de besoins insatisfaits et sont moins fatigués et moins tourmentés.

2019-C-Lc 9,43-45- samedi 25e semaine ordinaire- le «grand-dire» de l’Être

Comme on dit chez nous, Jésus vient de les perdre. Il vient de parler pour rien. C’est comme s’il n’avait rien dit.

Ses paroles passent par une oreille et sorte par l’autre. Les disciples en avaient tellement plein les yeux des prodiges quotidiens que Jésus accomplissait qu’ils n’entendaient plus rien. On disait cela des foules en présence de Jean-Paul II. On s’émerveillait de cet homme, mais entendait-on ce qu’il disait ?

2017-A-Lc 9, 43b-45- samedi 25e semaine- écouter, une expérience de beaute

Ce passage suit immédiatement celui du Thabor où Jésus exprimait qu’il lui faut beaucoup souffrir. De toute évidence, les témoins du Thabor, et plus tard les autres disciples, ne comprenaient pas ces paroles […] qui restaient voilées pour eux, si bien qu’ils n’en saisissaient pas le sens (Lc 9, 45). Et nous ?

2017-A-Lc 9, 1-6 - mercredi 25e semaine ordinaire- investir par le coeur

Je commence cette réflexion par ces mots écrits au XIVe siècle pour le grand priant Ruysbroeck : dans l’Église primitive, les apôtres et les saints évêques marchaient de par le monde et convertissaient les païens. Mainte-nant, c’est une histoire différente. Quand un évêque ou un abbé visitent son peuple, il arrive avec ses quarante chevaux, sa famille étendue et à grands frais. Mais lui-même n’a rien à payer. Le changement était dans la bourse et non dans le cœur (traduction libre de ma part).

2017-A-Lc 9, 1-6- mercredi 25e semaine ordinaire- tout placer dans le coeur et non dans la bourse

Je commence cette réflexion par ces mots écrits au XIVe siècle pour le grand priant Ruysbroeck : dans l’Église primitive, les apôtres et les saints évêques marchaient de par le monde et convertissaient les païens. Maintenant, c’est une histoire différente. Quand un évêque ou un abbé visitent son peuple, il arrive avec ses quarante chevaux, sa famille étendue et à grands frais. Mais lui-même n’a rien à payer. Le changement était dans la bourse et non dans le cœur

2017-A-Lc 9, 1-6 - Frédéric Janssoone

Voilà quelqu’un qui a vu Dieu. Il a été marqué par ses douze ans passés en terre sainte. . Il est tombé en amour avec la terre de Jésus. Il a fait corps avec cette terre pour mieux faire corps avec le Christ. Il a profondément rencontré Dieu, il l'a contemplé, se cachant sous le nuage à la manière de Moïse; il a vraiment compris qu’il ne pouvait le voir face à face, mais seulement de dos, sinon Dieu ne serait plus désirable; ainsi sa vie fut une incessante expérience de sa présence en lui.

Pages

S'abonner à Luc 9