Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Jean 6

2016-C-Jn 6, 16-21- samedi 2e semaine de Pâques- théophanie de solidarité

Vous avez observé depuis le début de ce temps pascal, c'est un détail important, que dans toutes les apparitions de Jésus, les évangélistes mentionnent la peur des disciples suivie d'un appel à ne pas craindre. La théophanie de Jésus sur la mer agitée s'inscrit dans ce même mouvement : peur d'un fantôme (Mc 6, 49) suivi d'une parole rassurante : c'est moi, soyez sans crainte. Cette même déclaration en rejoint une autre : que votre cœur ne se trouble pas (Jn 14, 27). Chaque théophanie, a-t-on écrit, est une monstration. Dieu se montre. Dieu se donne à voir.

2015-B- Jn 6, 60-69 -dimanche 21e semaine ordinaire -rester ou partir ?

Si je lis cette finale de saint Jean sur le Pain de vie d'une façon distraite et routinière, je suis envahi par deux réactions différentes : ou bien Jésus est un illuminé qui tient des paroles insensées, un burlesque qui veut faire rire son auditoire ou bien il est vraiment Fils de Dieu.

Qui peut affirmer ayant toute sa tête que Jésus peut se donner à manger...

2015-B-Jn 6, 1-15- dimanche 17e semaine- pas seulement de pain

Le moins qu'on puisse dire c'est que Jésus n'a pas gaspillé le peu de pain qu'il avait. Ramassez les morceaux qui restent. Dans le langage d'aujourd'hui, c'est de la récupération. Ramassez. Jésus aurait-il inventé le verbe économiser ? Le livre de la Genèse s'ouvre sur une mission confiée aux humains : allez prendre soin de la terre, cultivez-la, protégez-la. S'agit-il d'un appel subtil au développement durable ?

2015-B-Jn 6, 24-35- dimanche 18e semaine ordinaire - pourquoi me cherchez-vous ? saveur de miséricorde

Est-ce que nous sommes ici seulement parce que c'est dimanche ? Chacun de nous peut donner différentes réponses à sa présence ici. Mais chose certaine, nous ne sommes pas ici parce que nous sommes meilleurs que les autres. Nous sommes ici pour nous élever un peu plus dans la pratique de la louange de Dieu. Pour goûter un peu plus à la bonté de Dieu à notre endroit. Pour humer à nouveau le parfum de sa miséricorde. Chaque eucharistie s'ouvre sur une demande: prends pitié de nous, Seigneur.

2015-B- Jn 6, 41-51-dimanche 19e semaine - devenir ce que nous entendons; je suis le pain de vie.

Vous connaissez l'expression « il est bouché des deux oreilles »? On a beau expliquer, multiplier les exemples, rien à faire. Il ne comprend rien. Il ne veut rien comprendre. Devant cette page, avons-nous les oreilles bouchées? Le cœur bloqué ? Pour comprendre, il faut écouter. Pour écouter, il faut avoir des oreilles pour entendre. Qu’elle résonne à mes oreilles ta voix (Ct 2, 14). Vous avez des oreilles et vous n'entendez rien (Is 42, 20 ; Mc 8, 18).

2015-B-Jn 6, 51-58 dimanche 20e semaine -vivre en vrai pain de vie... comme des sages

Quelle est la différence entre un repas et un banquet ? Pour prendre part à un banquet, il faut être invité. Un repas n'exige pas d'invitation spéciale. Depuis trois semaines, chaque dimanche, Jésus nous invite à un banquet, préparé spécialement pour nous. La première lecture affirme que c'est la Sagesse elle-même qui nous invite à ce banquet. Cette audace de Jésus, revendiquant d'être lui-même Sagesse de Dieu, a suscité de vives réactions. Cet homme-là n’est-il pas Jésus, le fils de Joseph ?

2015-B-Jn 6, 30-35- mardi 3e semaine pascale- Pain pascal

Je suis la Résurrection et la vie (Jn 11, 25). Je suis le Pain de vie (Jn 6, 34). Ces sont des paroles qui expriment notre immortalité en Dieu. Nous sommes faits pour une vie éternelle. Ce sont des paroles-invitation à changer de perspective. À ne plus s'attacher à des bagatelles, à ces riens qui nous occupent sans pour autant nous combler, mais qui pourtant nous remplissent l'esprit du matin au soir.

2014-A- Jn 6, 60-69-samedi 3e semaine pascale - manger sa chair- incroyable

Le Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Voilà bien le cri quotidien de la liturgie depuis Pâques. Mais où le Vivant se laisse-t-il pressentir ? Où se laisse-t-il toucher ? Se laisse-t-il-voir ? Jean-Paul II répond pour l'Église dans son encyclique sur l'eucharistie (Mane nobiscum Domine, #19): dans l'hospitalité que nous lui offrons. Aux disciples d'Emmaüs qui demandaient à Jésus de rester « avec » eux, ce dernier a répondu par un don beaucoup plus grand : il a trouvé le moyen de demeurer « en » eux par le sacrement de l'eucharistie. Jésus a trouvé le moyen de poursuivre par eux sa visibilité dans l'histoire.

2013 -C- Jn 6, 22-29 - Lundi 3e semaine de Pâques - comment dire l'ineffable ?

Béni sois-tu, toi qui nous donne ce pain. Nous mangeons notre Dieu. Quel admirable et ineffable amour il a fallu, pour inventer cette merveille ! Ce geste dépasse tous les sens. Toute compréhension. Il devrait nous blesser le cœur tellement il est au-dessus de tout. Pour la foule, Jésus était une table recherchée.

Jésus a voulu plus que de se faire l'un de nous, plus que de nous montrer son immense compassion pour nous en s'identifiant à nos souffrances. Plus que de se faire un Dieu nourriture en sachant que nous devenons ce que nous mangeons....

2012-B -Jn 6, 51-58- Dimanche 20e semaine ordinaire -connaissance par l'inconnaissance

Qu'est-ce qui vous déconcerte, vous déroute le plus dans ce passage de Jean ? C'est de nous savoir des invités à un banquet. Il y a une différence entre un repas ordinaire et un banquet. Pour participer à un banquet, il faut une invitation. Heureux les invités au repas du Seigneur. Toute notre vie de foi commence par une invitation : La sagesse elle-même a dressé la table.

Pages

S'abonner à Jean 6