Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Jean 21

2019-C-Jn 21,20-25-samedi 7e semaine de Pâques- pleine assurance

Nous connaissons bien la question qui précède notre évangile et que Jésus pose à Pierre. M’aimes-tu ? Pourquoi avons-nous toujours besoin de demander : est-ce que tu m’aimes ? Est-ce que tu m’aimes vraiment ? C’est la question posée par les amoureux qui ont toujours peur de n’être pas aimés comme ils aiment. C’est la question des enfants à leurs parents : papa, maman, jusqu’où tu m’aimes ? Et nous entendons cette réponse, copiée-collée de celle de Jésus, tu sais bien que je t’aime.

2017-A-Jn 21, 20-25 - samedi 7e semaine de Pâques- face à face avec la dure réalité

Cette finale, ajoutée à l'évangile de Jean, montre les divergences de vues, voire les rivalités qui persistaient dans l'équipe initiale de Jésus avant que l'Esprit ne les foudroie d'un élan divin et les sorte de leur fausse route. Jésus était accompagné sur la route par une équipe qui n'avait pas encore planté sa manière de vivre au coeur de leur vie.

En lisant la réaction des apôtres, j'entends cette réaction de gens qui n'ayant pas la promotion désirée en déduisent qu'on ne les aime pas. Ils ont l'impression d'être laissés pour compte.

2015-B-Jn 21, 20-25 samedi 7e semaine de Pâques- Jean, le disciple qui ne mourra pas

En présentant son commentaire sur l'Évangile, pour que vous croyiez, l'auteur, le Père Robert Mercier p.s.s. que vous connaissez bien, disait : saint Jean aurait dû écrire davantage. Oui, il aurait dû écrire davantage car la joie intérieure que m’a procurée ce contact prolongé, répété avec cette école johannique m’a fait désirer d’y appartenir. En conclusion de ce temps pascal, ce temps prolongé avec cet auteur johannique nous a-t-il donné la joie de parvenir comme lui [Jean], à une connaissance intime et personnelle avec Jésus ?

2014-A- Jn 21,20-25- samedi 7e semaine pascale- si je veux qu'il reste

Alors que les disciples de Jésus projettent des yeux humains sur la fin de toute vie, Jésus propose à ses disciples la guérison de leurs yeux. Il invite plutôt à regarder toute fin de vie avec des yeux de ressuscité et non de mort. Nous sommes des hommes et des femmes de résurrection, non de mort, disait François dans sa rencontre œcuménique à Jérusalem en mai dernier.

2010-C-Jn 21, 15-19-Vendredi 7e semaine Pâques - Pierre m’aimes-tu?

L’essentiel de ce grand dimanche qui s’achève peut se résumer dans cet écrit testamentaire que seul l’Esprit de Dieu a pu souffler dans le cœur du frère Christophe de Tibhirine, un peu avant sa mort : Je suis ressuscité, je peux mourir! Répondre à cette question de Jésus à Pierre, c’est affirmer nous aussi : je suis ressuscité, je peux mourir à moi-même. C’est une question de mort à lui-même, un appel à mourir à lui-même que soumet Jésus à Pierre.

2010-C-Jn 21, 1-19-Dimanche 3e semaine Pâques - T’es sûre que c’est Jésus ?

C’est le Seigneur vient de nous dire Jean. Mon Seigneur et mon Dieu s’écriait Thomas dimanche dernier. Ce sont des cris d’admiration, des cris de joie et d’adoration qui expriment le revirement profond, le changement radical qu’entraîne la reconnaissance de Jésus ressuscité. Un cri qui les fait passer de la peur à l’audace et au courage, du doute à la foi. De la désespérance à l’enthousiasme du 8e jour.

2010-C-Jn 21 1-14-Vendredi octave Pâques -Nous transformer en ressuscité

C’est le Seigneur, dit Jean qui été le premier à voir et à dire. Mon Seigneur et mon Dieu, s’écrit l’incrédule Thomas, dimanche prochain. Ce sont des cris d’admiration, des cris de joie et d’adoration qui expriment le revirement profond, le changement radical qu’entraîne la reconnaissance de Jésus ressuscité. De septiques, ils deviennent croyants. De peureux, ils deviennent audacieux. De désabusés, ils retrouvent l’enthousiasme du huitième jour.

2008-A-Jn 21, 15-19 -Vendredi 7e semaine Pâques - « tu sais que je t’aime »

« Pierre m’aimes-tu? » Nous pourrions comprendre aussi la question autrement : « Pierre où étais-tu? » Différent que de dire « Pierre qu’as-tu fait ? ». Ce qui se dégage de cet interrogatoire de Jésus devrait nous élever jusqu’à l’extase. Ces trois questions nous montrent « combien gros » l’offensé Jésus aime Pierre. Des questions qui laissent entendre que Jésus ne s’arrête pas à des comportements. Jésus préfère dépasser le côté « défaillance », « reniement » pour privilégier l’être profond qu’est Pierre.

Pages

S'abonner à Jean 21