Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Jean 13

2016-C-Jn 13, 21-23,36-38 - mardi saint - qui a trahi Jésus ?

Ami (Mt 26, 50). Ces mots que rapporte Matthieu expriment toute la compassion que Jésus a manifestée à Judas. Jésus, le plus persécuté et le plus maltraité d’entre tous les humains, n’a jamais appelé aucune créature mortelle du nom d’ennemi. Il appelle Judas son ami, au moment même qu’il trame contre lui la plus perfide et exécrable trahison qui fût jamais. Si seulement Judas avait regardé Jésus dans les yeux comme Pierre l'a fait, il serait devenu dans l'histoire, écrit Térésa de Calcutta, l'ami de la miséricorde de Dieu.

2015-B-Jn 13, 21-33.36-38-mardi saint- Judas, est-ce nous ?:

Il faut bien lire ce texte relatif à Judas. Le lire sans arrière pensée. Le lire sans sauter trop vite aux conclusions. Oui, Judas a trahi Jésus. Oui, Judas a été «trahi» par l'argent, ce vrai concurrent de Dieu, vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent (Mt 6, 24), dont il avait la responsabilité dans l'équipe apostolique. Oui, le parfum de Béthanie (Jn 12, 6) l'a révolté. Oui, il y a ce fameux que voulez-vous me donner, si je vous le livre (Mt 26, 15). Et ce Judas n'est-il pas le prototype de chacun d'entre nous ?

2012-B: Mardi semaine sainte -Jn 13, 21-33, 36-38 : trahison de Judas ou le « martyr » de l'amour-charité

Dans le lavement des pieds, la coupe et le pain partagés, la «sortie» de Judas, l'un des siens, qui allait devenir l'un des «leurs», le reniement de Pierre, Jésus nous montre qu'il n'y a qu'un seul commandement. Il nous livre son testament, qui signifie en grec «martyre». Devant nos yeux, le «martyre» de Jésus, le «martyre» de son im­prenable charité pour nous, son témoignage suprême. La merveille des merveilles du monde. Inclassable !

2008- A : Jeudi 4e semaine Pâques -Jn 13, 16-20 le service par en bas

Nous avons accueilli, écouté la semaine dernière le chapitre 6 de Jean sur la multiplication des pains. Sa conclusion débordait de clarté : Jésus est Pain descendu du Ciel. Ce chapitre nous parlait que l’eucharistie comme mémoire du « salut par en haut ». Ce matin, Jean ajoute à ce « salut par en haut », celui du « salut par en bas » qu’est l’abaissement de Jésus, son agenouillement en se faisant serviteur. En se mettant, comme une escale à notre service. Quel geste « fou » pour un Dieu ?

S'abonner à Jean 13