Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Luc 21

2008-A-Lc 21, 29-33-Vendredi 34e semaine ordinaire- pour nous, un ciel nouveau ?

Cette page n’a rien de surprenant. De tout temps, notre monde connaît des préoccupations et perturbations économiques ou autres. Disons qu’actuellement, elles sont simplement plus vives. Avec raison, nous sommes préoccupés de l’avenir. Nous dépensons beaucoup d’énergie à prévoir, planifier, prospecter, gérer pour nous éviter le moins de risque possible. Nos vies sont envahies de préoccupations, d’inquiétudes économiques, sociales, professionnelles, ecclésiales aussi. Rien, aucun messianisme terrestre n’arrive à nous sécuriser, nous rassurer. Nous semblons avoir perdu la maîtrise sur le déroulement de l’économie.

2008-A-Lc 21, 1-4-Lundi 34e semaine ordinaire - générosité de la veuve

Quand nous y songeons un peu, cette femme a posé un geste renversant, magnifique, un geste émouvant. Elle a donné ce qui lui était essentiel pour vivre. Rien n’est plus libérateur que ce geste de détachement de tout, même de l’essentiel. C’est un geste trésor que seul l’Évangile peut nous faire admirer. Notre société capitaliste, nos mentalités d’être propriétaire de tout, nos insécurités et nos peurs de manquer de « superflu », nous tiennent loin d’un tel geste pourtant si libérateur. Qui nous libère de nos attachements?

2006-B-Lc 21, 34-36-Vendredi 34e semaine ordinaire -restez éveillés

Qu’ils sont beaux ces textes de l’Apocalypse et de l’évangile nous invitant à regarder venir l’avenir non avec tremblement mais comme une « ville éternelle dont les portes sont toujours ouvertes et ou convergera la gloire des nations (Ap 21, 25,26)». Depuis l’Incarnation de Jésus, ce jour où l’Incréé se rendit visible à nos yeux, s’est mêlé à notre temps, notre temps s’est mêlé à son Éternité. A son huitième jour. « Nous épuiser à désirer » (ps) ce huitième jour de Dieu, celui dont la 1ière lecture parle comme « terre nouvelle, un ciel nouveau ».

2003-B-Lc 21,29-33-Vendredi 34e semaine ordinaire- le figuier : prendre le temps de grandir

Au cours de la nuit je regardais (1 ère lect) Comme hier, notre premier regard s'arrête à observer avec angoisse les événements (cataclysmes), terrorisants de notre quotidien. Mais comme nous y invite le prophète Daniel, il nous faut un second, un troisième regard plus intérieur, plus pénétrant, plus contemplatif pour voir dans ces événements comme un Fils d'homme (Dn7, 13. L'histoire du figuier et ses bourgeons a été précédée de signes qui au premier regard alimente en nous un esprit angoissé . «J'avais un esprit angoissé » dira demain le prophète.

2000-B-Lc 21,29-33-Vendredi 34e semaine ordinaire - fin des temps : espérance.

Nous vivons dans la peur. Peur de la mondialisation, peur des fusions municipales, peur des effets de serre sur la température. Peur du chômage. Pire il y a cette peur plus dommageable d’aller au fond de nous-mêmes pour y découvrir notre identité profonde. Comme le dit un chant liturgique la peur a dressé des murs, la nuit s’étend sur le monde, la faim opprime les pauvres, qui nous rendra l’espérance ? Viens Jésus notre espérance.

1998-C-Lc 21,29-33-Vendredi 34e semaine ordinaire - la venue du fils de l’homme

En cette fin d’année liturgique, notre regard se projette, non dans le futur que nous ignorons mais dans l’avenir de Dieu que nous connaissons dans la foi. Nous sommes crées pour porter en nous le royaume de Dieu. Nous sommes crées pour permettre à Dieu d’y établir en nous son Royaume. Le Dieu qui sauve veut nous rendre à ce point semblable à lui qu’il fait en nous sa résidence principale. Voici venir des jours où mon Royaume sera en vous.. Voici la demeure de Dieu précisait l’antienne du Ps.

1997-B-Lc 21,29-33- Vendredi 34e semaine ordinaire - venue du Fils de l ' homme

Si nous savions nous coler le nez sur le livre de la création, comme nous le suggérait la lecture de la Sagesse, si nous savions fermer les yeux, pour mieux humer l ' odeur de la colle qui s ' y dégage, nous comprendrions que ce livre vient à peine de sortir des presses de son Auteur divin. Plus, si nous poussions plus à fond notre appropriation de ce livre cosmique, nous y reconnaîtrions Celui qui lui a donné son imprimatur, son nihil obstat

1994-B-Lc 21, 29-33-Vendredi 34e semaine ordinaire - Bourgeons de printemps

Faut-il prendre à la lettre cette description sismique, terrifiante pour les uns, redoutable pour les autres, chemin d'espérance pour les croyants ? Ce que ces pages nous révèlent: ce sont des signes avant-coureurs d'un enfantement magistral. Au delà, au dessus du sens dessus-dessous de l'univers, une printemps éclate... vous savez que l'été est proche

1991-B- Lc 21,5-11-Mardi 34e semaine ordinaire- Quand cela arrivera...

Nous aimerions tellement savoir quand et comment tout cela arrivera-t-il ... Ce serait si éclairant, rassurant, si le livre de l'avenir nous était ouvert pour suivre avec précision le déroulement du scénario de la fin de temps.

Et pourtant, malgré nos efforts de triturer l'Ecriture dans l'Espoir de lui arracher ses secrets, nul ne le sait, pas même Jésus (Mc13:32). La question de savoir quand cela arrivera nous renvoie plutôt à notre tâche de disciple.

Pages

S'abonner à Luc 21