Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Carême

2014-A-Jn 8, 21-30- mardi 5e semaine carême- Moi, je Suis

Quelle page qui donne de la hauteur à notre quotidien. Qui nous invite à prendre de la hauteur. Comment est-ce possible « d’être d’en haut », de vivre des « choses d’en haut ». La réponse que nous propose saint Jean, est de nous émerveiller devant cette déclaration de Jésus : « je suis d’en haut ». « Quelqu’un qui a perdu la capacité de s’émerveiller, est une personne morte » disait Einstein. Pour lui, c’est l’émerveillement et non le doute qui conduit à la connaissance. Pour nous, l’émerveillement est l’alpha et l’oméga de notre foi. Notre foi commence et s’achève dans l’émerveillement.

2014-A-Jn 11, 45-57 -samedi 5e semaine carême- Il a goûté la mort pour nous.

Nous entrons dans l'heure de l'achèvement de l'incarnation. Dans l'heure de l'achèvement de notre nature non déchue mais incomplète (Cf. Ilia Delio, L'humilité de Dieu, éd. Franciscaine 2011, p.76). Dans l'heure où un Dieu s'est courbé pour nous dé-courber jusqu'à nous sortir de nos terres boueuses. Jusqu'à nous déifier. Jusqu'à élever la poussière de notre nature, jusqu'à l'unité de sa propre personne (Delio, Ilia, Bonaventure op.cit p. 65). Il s'agit moins ces prochains jours de contempler l'abaissement de Jésus, mais le dévoilement de ce que nous sommes pour lu

2014-A-Jn 13, 21-33.36-38- mardi semaine sainte- baiser de Judas

J'ouvre cette réflexion de ce mardi saint en nous rappelant ces mots en introduction du Cantique des Cantiques. Qu'il me baise d'un baiser de sa bouche (Ct 1, 2). Nous pouvons comprendre que Jésus aurait pu adresser ces mots à Judas. Jean les traduit autrement : Ce que tu fais, fais-le vite. Luc se fait plus cinglant : Judas, c'est par un baiser que tu livres le Fils de l'homme ! (Lc 22, 47).

2014-A-Lc 5, 27-32 samedi des Cendres- appel de Lévi - nous sommes des gens merveilleux.

Que nous sommes des gens fascinants ! Merveilleux ! Ce n'est pas une blague. À preuve, Jésus nous trouve de son goût. Il dit à quelqu'un de très mauvaise réputation, aux stratagèmes frauduleux, galopant d'une fraude à l'autre, qui s'était bâti une organisation criminelle et gérait sa vie comme un Seigneur (cela fait penser à un entrepreneur d'ici et son bateau), suis-moi. Ce dernier a laissé tomber son carriérisme d'entrepreneur frauduleux.

2014-A-Mtt 6, 6-15 -Mardi 1ière semaine carême- Le mystère du nom : dites Père.

Nous sommes devant une page révolutionnaire. Ce n'est pas une nouvelle constitution que Jésus élabore mais il propose une nouvelle chartre des valeurs. Et comme toute chartre, elle soulève de vives oppositions. Cette chartre confirme que Dieu n'est pas un monarque lointain, qu'il est inutile de tout faire pour l'amadouer ou gagner sa bienveillance. Son fils bien-aimé nous dit qu'il est un Dieu Père.

2014-A-Lc 15, 1-3-11-32 Samedi 2e semaine carême-Avons-nous un visage à deux faces ?

Nous connaissons bien l'expression: avoir un visage à deux faces. C'est l'image qui me revient en relisant cette page de Luc... Comprenons l'expression deux fils comme les deux faces de nos vies. Un homme, un Père avait un fils à deux faces. Avait deux fils à deux faces. L'histoire récente nous fait découvrir que même un fondateur de communauté pourtant bien vivante et missionnaire, avait deux faces.

2014-A-Mtt 5, 43-48-samedi 1ere semaine carême- Dieu et l'ennemi, un beau défi

Jésus n'est pas venu nous enseigner des bonnes manières ni même un code de conduite. Moi je vous dis. Il est venu nous sauver de nos mauvaises manières de vivre. Sur sa croix, Jésus affirme en acte : moi je vous dis...je suis la voie. Et nous comme disciples bien-aimés comme l'exprimait François aux nouveaux cardinaux, sommes les canaux pour offrir au monde une nouvelle sagesse. Nouvelle folie aussi : celle de casser la logique de l'égalité des choses. Oeil pour oeil. Quelqu'un écrivait, on peut bien me crever un oeil, il m'en reste un autre pour t'avoir à l'oeil. L'oeil pour œil est un raisonnement qui rend le monde aveugle (Martin Luther King).

2014-A-Mtt 23,1-13-mardi 2e semaine carême- Nouveau style: celui de la transparence évangélique.

Le style chrétien n'est pas d'imposer, affirmait François dans une homélie. L'évangile vient de nous dire que le style chrétien est de porter le fardeau des autres plutôt que de charger les autres d'un fardeau trop lourd. Chaque chrétien devrait redire en paraphrasant l'apôtre Paul que le Christ ne l'a pas envoyé pour charger les autres d'un fardeau trop lourd, mais pour annoncer l'évangile (1 Co 1, 17). C'est le chemin que François souhaite voir l'Église prendre. Le comportement de Dieu, disait-il aux nouveaux cardinaux, doit devenir [votre] règle de vie.

2014-A- Mtt 4, 1-11-1er dimanche carême- Portrait du tentateur actuel.

L'histoire du monde s'ouvre sur un récit mythique, celui qui nous présente le premier humain et le fruit défendu. Nous connaissons tous ce récit d'Adam et Ève, récit de nos origines, qui nous offre à voir que les premiers habitants de ce monde, nos premiers parents dit le texte, vivait heureux dans une terre paradisiaque. Ils vivaient abreuvés au torrent du paradis (Ps. 35, 8).

2014-A-Lc 18, 9-14 samedi 3e semaine carême- pharisien et publicain en prière-

Cette parabole ne prend pas position en faveur du publicain perçu comme un voleur - songeons à Lévi . Elle ne dit pas non plus que les actes du pharisien sont mauvais, sans valeurs. Autant l'un et l'autre sont aveuglés par ce qu'ils sont. L'un s'auto-regarde. Il était «allumé» par ses bonnes oeuvres. L'autre s'auto-flagelle. Il était «déboulonné» par sa réputation de voleur. L'un ne voit que ses réussites. L'autre ne voit que ses manœuvres de collecteur d'impôt. Les deux ont des regards fermés, repliés, ratatinés sur eux-mêmes.

Pages

S'abonner à Carême