Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Carême

2015-B-Jn 7, 40-53 -samedi 4e semaine carême- Jésus monte à Jérusalem

Inévitable, cette décision de tuer Jésus. Nous sommes en présence de deux mondes, celui de l'exclusion ou de la réintégration ; celui du virus du mal ou de croire possible le virus du bien. Deux visions de la manière de vivre la foi. Deux chemins, l'un tout extérieur et l'autre tout intérieur. Jésus ne joue pas le sacré contre le profane, le « dedans » du temple contre le « dehors » (Lc 6, 36-38). Il invite à habiter le profane avec une telle intensité qu’il en devient sacré.

2015-B-Jn 11, 45-57- samedi 5e semaine carême- heureux naufrage

l y a l'heureux naufrage. Il y a l'heureuse agonie, voire l'heureux gibet. Nos yeux développent une expertise pour identifier les naufrages. Ils n'en perçoivent pas ce qui est «heureux» dedans parce que nous vivons une crise du regard. Nos yeux ne percent plus l'extraordinaire chemin de l'Évangile (cf. Guillaume Jedrzejczak, Extraordinaire originalité du Christianisme, Paris, Éditions Salvator, 2014, 132pp).

2015-B-Jn 13, 21-33.36-38-mardi saint- Judas, est-ce nous ?:

Il faut bien lire ce texte relatif à Judas. Le lire sans arrière pensée. Le lire sans sauter trop vite aux conclusions. Oui, Judas a trahi Jésus. Oui, Judas a été «trahi» par l'argent, ce vrai concurrent de Dieu, vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent (Mt 6, 24), dont il avait la responsabilité dans l'équipe apostolique. Oui, le parfum de Béthanie (Jn 12, 6) l'a révolté. Oui, il y a ce fameux que voulez-vous me donner, si je vous le livre (Mt 26, 15). Et ce Judas n'est-il pas le prototype de chacun d'entre nous ?

2015-B-Mt 6, 7-15- mardi 1iere semaine carême- Dites Père

À l'heure où nous vivons entourés de gens habités par ce vide abyssale dont parle le film documentaire L'heureux naufrage du réalisateur Guillaume Tremblay, le carême entend éveiller en nous le désir de retrouver le Seigneur comme nous venons de le prier dans l'oraison d'ouverture. Notre avenir, comme humain, repose sur deux piliers : celui de nous donner une vie intérieure profonde et celui de développer un élan vers les gens (pape François), la passion de l'autre. Le message du carême appelle à sortir de nos Ipads et tablettes, à refuser le chemin de la mondialisation, de l'indifférence.

2015-B-Mt 23, 1-12-mardi 2e semaine carême-Jésus frappe fort

Si vous avez entendu ou avez lu ce que vient de dire Jésus, une conclusion s'impose, Jésus frappe fort. Il hausse le ton sans se faire illusion si on l'écoutera ou pas. Avec audace, il s'indigne de voir les chefs religieux imposer au peuple un fardeau qu'ils refusent de porter eux-mêmes. Il conteste leur recherche des places d'honneur et leur tendance à s'ériger en docteurs de la loi, en maîtres sur les autres. Il observe comment ces chefs religieux souffrent d'anémie dans leur foi et qu'un rééquilibrage s'impose.

2015-B-Lc 15,1-3,11-32- samedi 2e semaine carême- la logique du père

Nous venons d'entendre l'un des best-sellers de la littérature évangélique. Nous la connaissance très bien cette parabole parce qu'elle préfigure notre histoire et aussi celle de Dieu. Tout est dit : nos désirs et son amour, nos peurs et sa présence, nos révoltes et sa patience, notre liberté et son attente, notre folie et son incroyable miséricorde, notre dépression possible et sa distance de tout abus de pouvoir.

2015-B-Lc 5, 27-32- samedi des cendres Lévi, un appel vers les autres

Es-tu prête et prêt à te remettre en route ? C'est la question que pose le dernier numéro du Bulletin sur la vie consacrée (vol. 112 # 1 - hiver 2015). C'est la question inaugurale de ce carême. Être prête à porter toute notre attention au regard de Dieu sur nous. Cela exige un exode de nos désirs d'auto-contemplation de nous-mêmes pour centrer notre existence sur le Christ et sur son Évangile afin d'affirmer avec saint Paul : ce n'est plus moi qui vit mais le Christ qui vit en moi (Gal 2, 20).

2015-B-Mt 5, 43-48-samedi 1iere semaine carême- la logique de la victoire

Nous avons besoin aujourd'hui de voir des chemins de victoire sur la haine, d'entendre une autre logique que celle de la foi devenue arme de guerre, de vengeance, de l'exclusion. Au plus profond de nous-mêmes, nous sommes non pas des tueurs de l'autre mais frères. Qu'as-tu fait de ton frère ?

Cette voix de Dieu n'en est pas une de condamnation mais un appel, chacun à sa place, à vivre cette grande aventure humaine d'être au-delà de toutes frontières, nations, races, religions, cultures, de la même race humaine. Tous frères. Se venger n'est pas chrétien. Ce n'est même pas humain.

2014-A- Jn 7, 40-53-samedi 4e semaine carême- Jésus divise

La pression monte autour de Jésus. Beaucoup de regards divergents, discordants sont posés sur lui : Celui de la foule qui n'est pas monolithique: Grand prophète ? Messie ? D’ou vient-il ? Qui est-il ? Celui des prêtres, ces intellectuels spécialistes de l'interprétation de la loi et dont l'hostilité à l'endroit de Jésus ne se dément pas. Celui des gardes envoyés pour se saisir de lui, Jésus : Jamais personne n'a parlé comme cet homme. Celui de Nicodème, ce chercheur de Dieu, qui refuse au nom de la loi de condamner un homme sans l'entendre d'abord.

Pages

S'abonner à Carême