Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Carême

2016-C-Jn 7, 40-53- samedi 4e semaine carême- Jésus, une terre de compassion qui conduit à la mort

Nous vivons dans un monde où le sang est versé à flots, avec toute la profusion des moyens modernes. Notre société en est une de consommatrice de sang (Père Loew). À lire le complot contre le prophète Jérémie jusqu'à l'arrestation avortée de Jésus en passant par la supplication du psalmiste, toutes les lectures confirment que notre monde a peu évolué depuis trois millénaires.

2016-C-Lc 5, 27-32- samedi des Cendres -trouver les autres magnifiques

Que vous êtes bon, mon Dieu, et comme vous vous appliquez à relever les pécheurs! Dès les premières lignes de l'Évangile, vous nous répétez : je ne veux pas la mort du pécheur, je veux qu'il se repente et qu'il vive (Ez 18, 23). Ces mots sont de Charles de Foucauld, un croyant. Un autre croyant, Augustin fait dire à Jésus : donne-moi ce pêcheur, donne-moi cet homme simple et sans instruction; lorsque je l'aurai rempli, on verra clairement que c'est moi seul qui agis.

2016-C-Mtt 6, 7-15- mardi 1ière semaine carême -Dire Père, c'est autre chose que d'appeler le 911

La pluie et la neige ne retournent pas là-haut sans avoir saturé la terre, sans l’avoir fait enfanter et bourgeonner (Is. 55, 10). Il en va de même de la Parole de Dieu : elle ne retourne pas vers Dieu sans résultats, sans avoir exécuté ce qui plaît à Dieu et fait aboutir ce pour quoi Dieu l’a envoyé (Is. 55, 11).

2016-C-Mtt.5, 43-48 -samedi première semaine carême -ce n'est pas raisonnable, mais c'est chrétien:

Ma première réaction est celle d'un enfant : maman, est-ce que les méchants peuvent devenir gentils ? Est-ce qu'aimer les super-méchants les rendra gentils ? La question de l'enfant soulève une question plus fondamentale : comment dépasser la violence ? La réponse de Jésus vise justement à briser le cercle de la violence. Il ne nous dit pas de tout accepter, même les brutalités, mais il nous demande de ne pas réagir à la violence par la violence. Le pape François nous appelle à dépasser cette violence : rester sur le chemin du mal n’est que source d’illusion et de tristesse. La vraie vie est bien autre chose. Dieu ne se lasse pas de tendre la main.

2016-C-Mtt 23, 1-12- mardi 2ième semaine du carême- se croire supérieur aux autres

Dès que quelqu'un se sent un peu plus sûr de lui, il commence à s'emparer de facultés qui ne sont pas les sien-nes, mais celles du Seigneur. Ces mots sont du récent livre du pape François, Le nom de Dieu est miséricorde. Il ajoute ceci : si quelqu'un est ministre de Dieu, il finit par se croire différent du peuple, propriétaire de la doctrine, détenteur d'un pouvoir, fermé aux surprises de Dieu. […] Parfois, je me suis surpris à penser qu'une bonne glissade ferait du bien à certains personnages si rigides.

2016-C-Mtt 18, 21-35-mardi 3e semaine du carême - Dieu ne fait rien payer:

Si nous y regardions de plus près, nous serions étonnés de voir comment nous cherchons seulement notre bien personnel aux dépens des autres, dans nos paroles, nos gestes, nos œuvres aussi. Nous avons toujours en vue notre personne. Nous recherchons toujours ce qui nous avantage. Nous ne voyons que les choses terrestres à la façon de la femme courbée (Lc 13, 11) qui était tout inclinée vers la terre et ne pouvait regarder vers le haut. Notre penchant naturel est d'être tout tourné vers soi-même.

2015-B-Lc 18, 9-14- samedi 3e semaine carême- pharisien-publicain ou se laisser décomposer :

Parmi les cinq caricatures de la vie religieuse, le pape François identifiait une prière sans rencontre. Dès les premières lignes de La joie de l'Évangile, il exhorte chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse. Il n’y a pas de motif pour lequel quelqu’un puisse penser que cette invitation n’est pas pour lui (EG, no.3).

2015-B-Lc 15, 11-32-samedi 2e semaine carême- la logique du Père

Nous venons d'entendre l'un des best-sellers de la littérature évangélique. Nous la connaissance très bien cette parabole parce qu'elle préfigure notre histoire et aussi celle de Dieu. Tout est dit : nos désirs et son amour, nos peurs et sa présence, nos révoltes et sa patience, notre liberté et son attente, notre folie et son incroyable miséricorde, notre dépression possible et sa distance de tout abus de pouvoir.

2015-B-Mt18, 21-35-mardi 3e semaine carême- nous sommes des endettés

Quelle belle photographie de Dieu que cette page. Il y a les dix mille talents remis. Il y a ce paralytique que les porteurs amènent : mon enfant, tes péchés sont pardonnés (Mc 2, 5). Il y a le retour du fils prodigue (Lc 15. 11-32). Il y a ce voleur Lévi que Jésus introduit dans son équipe apostolique (Mc 2, 14). Il y a, et non le moindre, ce mécréant criminel qui sur la croix, entend Jésus l'invité à être avec lui dans son Paradis (Lc 23, 43).

2015-B-Jn 5, 1-16-mardi 4e semaine carême-le déluge Jésus

Il y eut au temps de Noé ces quarante jours d'une pluie abondante qui couvrit toute la terre. La genèse rapporte que tout fut détruit. Un évêque, saint Maxime de Turin (v. 420), parle de cet événement non comme un déluge mais un baptême. La méchanceté a disparu et la droiture en est sortie revigorée.

Il y eut, et nous voyons moins cela, un second déluge qui a aussi ravagé toute l'étendue de la terre. C'est le déluge Jésus. Quand Jésus dit au malade va te plonger dans la piscine de Bethesda, il lui dit: va te plonger en moi. Quelle caresse de Jésus, quelle proximité de Jésus il y a dans sa question veux-tu guérir !

Pages

S'abonner à Carême