Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Marc 8

2020-A- Mc 8, 1-10 - samedi 5e semaine ordinaire- miettes de grande valeur

Dans sa lettre apostolique Le merveilleux signe de la crèche, le pape François mentionne que saint Augustin, avec d'autres Pères de l’Église, a bien saisi le sens de la crèche lorsqu’il écrit : allongé dans une mangeoire, il est devenu notre nourriture […]. Sur la mangeoire, le prêtre célébra solennellement l’eucharistie, montrant le lien entre l’incarnation du Fils et l’eucharistie. À la vue de cette crèche à Greccio, chacun retourna chez lui plein d’une joie ineffable[1].

2020-A-Mc 8, 22-26 -mercredi 6e semaine ordinaire- tu vois quelque chose

La guérison de cet aveugle présente l’essentiel du message de Jésus. Aujourd’hui, retrouver l’essentiel de l’évangile est plus essentiel que La guérison de cet aveugle présente l’essentiel du message de Jésus. Aujourd’hui, retrouver l’essentiel de l’évangile est plus essentiel quejamais car nous sommes confrontés à un profond changement d’époque.

Ainsi, l’avènement Jésus est la meilleure des nouvelles : le royaume est parmi vous. C’est passer à côté de cet essentiel si nous réduisons ce royaume à quelque chose à vivre entre Jésus et moi, quelque chose de purement spirituel. Pour Jésus, le royaume est quelque chose qui se passe en moi et aussi autour de moi. L’évangile apocryphe de Thomas attribue à Jésus ces mots : le royaume de Dieu est en vous et […] hors de vous[1].

2019-C-Mc 8, 1-10 -samedi 5e semaine ordinaire - une foule entêtée

sommes-nous émerveillés que Dieu se donne en nourriture ? Si nous ne le sommes pas, c’est que nous ne sommes plus dans le domaine de la foi, mais dans celui de l’habitude, de la routine. Nous émerveiller de tendre la main comme une petite mendiante parce que vous êtes bon, ô, mon Dieu, dit Thérèse de Lisieux. Nous émerveiller de nous savoir nourris par Dieu, voilà qui change toute une vie.

2019-C-Mc 8, 22-26- mercredi 6e semaine ordinaire-nous sommes tous aveugles

Aperçois-tu quelque chose ? Notre premier regard est souvent rapide. Il voit l’éphémère. Ainsi en est-il du premier regard de l’aveugle. Il ne voyait pas très clairement Jésus. J’aperçois des gens qui ressemblent à des arbres. Il voyait sans voir. Il a fallu un second geste de Jésus pour que son regard devienne clair. Il distinguait tout avec clarté. C’est progressivement que l’aveugle a vu Jésus, l’humain et le divin.

2018- B- Mc 8, 1-10 - samedi 5e semaine ordinaire - nourrissez-les

Avons-nous soupçonné un seul instant en écoutant ce récit du pain multiplié que nous sommes en présence d’un geste révolutionnaire ? Jésus s’occupe des autres. Véritable révolution à l’époque. Le système religieux favorisait la logique de l’exclusion. Par son geste, Jésus ouvre sur une autre logique, celle de l’inclusion. Il offre à tous, peu importe sa religion, sa nationalité, sa culture, sa situation sociale, de quoi manger. C’est toute une révolution.

2017-Mc 8, 14-21 -mardi 6e semaine ordinaire - thérapie choc

Que Jésus explique-t-il ? Qu’il ne faut pas réduire sa parole et ses gestes à ce que nous en comprenons. Vous ne comprenez pas. Jésus fait comprendre à ses disciples que son geste du pain multiplié est plus grand que ce qu’ils en voient. Vous avez des yeux et vous ne voyez pas. Il ne suffit pas d’avoir des yeux pour voir. Il y a tant d’yeux qui ne voient pas, parce qu’éblouis par ce qui brille. Ces yeux n’atteignent pas l’immensité de l’insondable. Il ne suffit pas d’avoir des oreilles pour entendre. Nos oreilles ne sont pas toujours ouvertes à l’Esprit de Dieu. Et puis qu’écoutons-nous ?

2015-B-Mc 8, 1-10- samedi 5e semaine ordinaire- quelle bonté humaine que Jésus :

Ce matin, nous ne sommes pas devant une démonstration merveilleuse de la puissance illimitée de Jésus ni même devant la plus grande parmi les œuvres puissantes de Jésus. C'est généralement ainsi que l'on comprend ce passage de Marc.

Nous sommes en présence de la beauté d'un Jésus pleinement humain. Humain, ce Jésus, quand il porte une écoute empathique à ses disciples, lui racontant leurs joies et déceptions à leur retour de mission. Humain, ce Jésus, quand il prononce ces mots si bouleversants d'humanité et de délicatesse : si je les renvoie chez eux à jeun, ils vont défaillir en route.

2015-B-Mc 8, 14-21- mardi 6e semaine ordinaire- devenir signe de Jésus pour les autres :

À la veille d'entrer en carême, il est bon de nous rappeler que se tourner vers Dieu, c'est ça le carême, c’est autre chose que d'adhérer à un parti politique ou toute organisation sociale, si bonne soit-elle. Une option politique, une organisation sociale, on peut en comprendre de l'intérieur leur finalité.

2014-A-Mc 8, 14-21-mardi 6e semaine ordinaire- la logique de Dieu

Une tentation de toutes les époques? Jésus vient de nourrir une foule de plus de quatre mille personnes avec seulement sept pains et on lui demande un signe qui vient du ciel pour prouver l'existence de Dieu. Les disciples n'agissaient pas autrement non plus. Ils discutaient entre eux sur l'identité de Jésus, sur ce qu'il venait de voir s'accomplir. Pourquoi discutez-vous ? Vous ne voyez pas ? Vous ne comprenez pas ? Vous avez le cœur aveuglé ? Vous ne vous rappelez pas ? Nos aveuglements sur Dieu sont de toujours à toujours.

2012-B Mardi 6e semaine ordinaire -Mc 8, 14-21 :Largesse et non étroitesse d'une porte nuptiale

Vous avez des yeux et vous ne voyez pas. Si nous percions le voile qui se cache sous les mots de notre évangile, notre regard ne verrait qu'une invitation à pendre part à une table seigneuriale, royale dont l'existence remonte au temps de l'Exode (cf. Lv 16, 15-20). Mais notre regard, toujours tenté par ses propres désirs qui le séduisent (Jc 1, 15), semble spontanément s’obscurcir et déprécier la richesse de ce beau passage de Marc qui raconte comment Jésus a nourri avec rien une foule qui n'était pas nécessairement une foule de «saintes personnes».

Pages

S'abonner à Marc 8