Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Marc 16

2023 A-Mc 16, 9-15 -samedi de l'octave de PÂQUES- ténébreuse lumière

il y a une troisième réalité. Il vit ! Il faut le rappeler souvent, parce que nous courons le risque de prendre Jésus-Christ seulement comme un bon exemple du passé, comme un souvenir, comme quelqu’un qui nous a sauvés il y a deux mille ans. Cela ne nous servirait à rien, cela nous laisserait identiques, cela ne nous libérerait pas. Il est quelqu’un qui vit[1]. Pâques est la vraie jeunesse d’un monde qui a vieilli[2].

2021-B-Mc 16, 9-15- samedi octave de PÂQUES- s'illuminer d'intensité

Pour vous trois mots, trois petits mots, écrit par le poète italien Giuseppe Ungaretti, contemplant au lever du jour le soleil sur le bord de la mer et qui ramassent tout ce que la foi chrétienne nous fait vivre en ces jours d’après Pâques : je m’illumine d’immensité.

Il faut retenir par cœur ces trois mots du poète. Quelle belle manière d’affirmer la foi pascale. Quelqu’un nous illumine d’immensité, nous éblouit d’infini. Et le poète précise : il faut que l’homme entende à nouveau que tu es monté jusqu’à Toi, par d’infinies souffrances. Dans chaque vie, dans ma vie, monte quelque chose de la terre, de beaucoup plus bas, comme une lumière qui fait germer un blé inépuisable.

2020-A- Mc 16, 15-20 - Évangéliste Marc- la vraie vie selon Jésus

Marc ne donne aucun compte rendu de la résurrection. Son récit est sobre (Mc 16, 1-8) : quelques femmes, un tombeau vide, un homme habillé de blanc, un envoi en Galilée. Ce récit est tellement sobre que d’autres se sont permis d’ajouter la finale que nous venons d’entendre (Mc 16, 9-20). Marc termine son évangile sur une évidence. Le vivant a transformé la vie ordinaire des disciples. Jésus, le nouveau Jésus, est tellement plein de vie qu’il change radicalement leur regard sur la vie. Et ce regard n’en finit pas d’être le levain dans la pâte humaine.

2020-A-Mc 16, 9-15- samedi octave de Pâques- désir émergeant de vivre

Tout au long de cette octave, nous avons écouté des récits de différentes apparitions de Jésus. En écoutant ces récits, les auteurs confirment que la résurrection de Jésus est plus que celle d’un seul homme. C’est aussi celle de chacun de nous. Pour les voyants du vivant, la vie n’est plus comme avant, attestent les sources chrétiennes.

Ces récits présentent un modèle de réussite de toutes les résurrections minimes et humbles, grandes ou petites qui se vivent chaque jour autour de nous. En nous. Jésus ne se montre pas pour prouver qu’il a vaincu la mort. Il se montre pour attester que la mort ne tue pas la vie.

2019-C-Mc 16, 9-15- samedi octave de Pâques- allez voir

Allez en Galilée le voir. Mais voir qui ? Et Christian de Chergé répond : voir l’homme nouveau. Et nous, ce matin, l’apercevons-nous ? Dans la lumière du jour naissant au matin de Pâques, les disciples ont reçu, par des femmes apeurées, déstabilisées, prostituées, le mandat de voir quelque chose de neuf, un corps neuf. Allez en Galilée et vous me verrez. Dieu n’est pas seulement dans notre coin prière ou dans l’Eucharistie, mais aussi dans tout ce qui compose l’univers.

2018-B-Mc 16, 15-20- mercredi 4e semaine de Pâques- Saint Marc

Nous ne pouvons pas «créer» des chrétiens. Mais nous pouvons séduire des hommes et des femmes au projet Jésus en étant des témoins du Dieu qui appelle à sa suite. Même s'il n'était pas apôtre, ni célèbre, Marc a vécu dans la proximité de Pierre (cf. 1 Pi 5, 13) et de Paul (Cf. Col 4, 10), ces deux colonnes de l’Église.

2018-B-Mc 16, 9-15- samedi octave de Pâques -va trouver mes frères

C’est dans un contexte de mort que le Vivant se montre. Chaque manifestation de Jésus se fait dans un contexte de mort. Eux, apôtres, qui ont tout quitté pour suivre Jésus (cf. Mc 1, 16-20) n’en mènent pas large. Il ne leur reste pas grand-chose de leur émerveillement. Pas grand chose à leur audace de s’aventurer sur les routes. Pas grand-chose tant ils sont pétrifiés, incapables de se libérer de leur immense déception, de leur colère de s’être fait avoir par un prédicateur si envoutant.

2017-A- Mc 16, 9 -15- samedi octave de Pâques-va annoncer une autre chose

Nous passons durant cette octave de Pâques, d'un jardin d'Éden à un sol maudit (Gn 3, 17), à celui d'un jardin sublime, pascal, cette «autre chose», que nous offre Jésus ressuscité. Nous passons de la mort spirituelle du vieil homme à la naissance d’un homme nouveau dont il faut se revêtir (Ep 4, 22-24). Chacune des apparitions de Jésus parle de nouveauté à faire connaître. Allez proclamer à toute la création (Mc 16,15).

2017-A-Mc 16, 15-20 saint Marc, évangéliste- être des «logos thérapeutes»

L'amour du Seigneur, sans fin, je le chante (Ps 88). Chanter, annoncer d'âge en âge la solidité des enseignements que nous avons entendus (cf. Lc 1,4). Mais une condition s'impose, celle de demeurer en tenue de service. Mais qu'est-ce à dire ?

Une vie de service. C'est une vie de beauté à admirer, celle de l'effacement de soi que Pierre nomme l'humilité. C'est une vie de béatitude à savourer, un hymne à la joie à chanter, que le même Pierre identifie à la sobriété.

2016-c-Mc 16, 9-15 -samedi octave de Pâques-urgence de «désimaniger» Pâques.

Aucun langage, aucune représentation ne peut dire Pâques. Devant ce qui arrive à Jésus, nous ne pouvons que balbutier des paroles qui surgissent de notre être profond. De notre expérience de Dieu. Pour dire Pâques, un devoir de «désimagination» s'impose pour citer un penseur chrétien, un grand spirituel, contesté de son vivant, maître Eckhart.

Pages

S'abonner à Marc 16