Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Avent

2014-B-MT17, 10-13- samedi 2e semaine avent - veux-tu être prophète ?

Qu'ont en commun Élie et Jean-Baptiste ? Les deux ont montré que Dieu s'intéresse à nous. Mais les deux ont aussi été déroutés par la manière d'agir de Dieu. Pour parler de Dieu, ces deux prophètes prestigieux, de très grande renommée, utilisaient des paroles de feu. Un langage de terreur. L'un, le prophète Élie, sa parole brûlait comme une torche (Ecc 48,1). Par trois fois, il fit descendre le feu du ciel. L'autre, Jean- Baptiste, a aussi crié des mots de feu.

2014-B-Mt 21, 28-32-mardi 3e semaine avent-être ce que l'on est

Que pensez-vous de ceci? Quelle délicatesse de la part de Jésus ! Une interrogation qui ouvre sur une prise de conscience de la manière dont nous vivons. Un homme avait deux fils. Avait deux cœurs. Un cœur qui dit et se contredit. Paul disait d'expérience : Je fais ce que je ne veux pas faire et ce que je veux faire, je ne le fais pas (Rm 7, 19). Le psalmiste demandait la guérison de son cœur : Donne-moi un cœur intègre… unifie mon cœur (Ps 85, 11).

2014-B- Lc 1, 26-38- samedi 3e semaine avent- se réjouir de la joie de Marie

Bénie sois-tu, Toi qui ravis le cœur de Dieu ! Ces mots sont ceux des premières vêpres de l'Annonciation. À quelques jours de Noël, nous sommes devant une des merveilles du Seigneur. Marie ! Une créature humble et faible comme nous, choisie pour être Mère de Dieu, Mère de son Créateur (homélie du pape, 13 octobre 2014).

2014-B-Lc 10, 21-24- mardi 1er semaine avent- sommes-nous des éclipses de Dieu ?

Je voudrais vous dire un mot et ce mot, c'est la joie. Partout où il y a des chrétiens, des consacrées, il y a la joie. (Pape François, 6 juillet 2013). Présentement nos yeux sont incapables de voir, et quelle joie se serait !, le loup habiter avec l'agneau, le léopard se coucher près du chevreau. (1ière lecture). Notre terre est agitée par de grandes tensions, voire par des actes de barbaries. Notre terre est blessée. Partout font rage des conflits de toutes sortes. Nous ne voyons que cela. Nous ne voyons que violence.

2013-A Lc 10, 21-24 Mardi 1ere semaine avent- ce qui est dit reste à dire

Il ne suffit pas de te prêcher, mon Dieu, pour te mettre au jour dans le cœur des autres. Il faut dégager chez l'autre la voie qui mène à toi, mon Dieu. Ces mots d'Etty Hillesum en route vers Auswitch et extrait de son journal (Une vie bouleversée, Points Seuil, 1995, p. 208) en plus de bien arrêter ce qu'est évangéliser et qu'à compris François Xavier, ouvre un chemin interpellant pour notre Avent. Ces mots sont un chemin pour mettre Dieu au jour dans les cœurs des autres (Sullivan). Pour dégager chez l'autre la voie qui mène à toi, mon Dieu.

2013-A-Mtt 18, 12-14 mardi 2e semaine avent- Qui est la brebis perdue ?

Duns Scott disait que l'Incarnation est un mystère trop grand pour simplement remédier à un défaut. Noël est trop grand pour ne le percevoir que dans l'optique du Minuit, chrétiens, où l'homme Dieu descendit jusqu'à nous pour effacer la tache originelle et de son Père arrêter le courroux.

Dieu s'est courbé, s'est courbé très bas (saint Bonaventure) pour signifier à chaque humain qu'il valait beaucoup à ses yeux. L'Avent est un temps de contemplation de ce que nous valons aux yeux de Dieu. Que nous avons du prix à ses yeux (Is).

2013 A- Mtt 1, 1-17 Mardi 3e semaine avent- son arbre généalogique est impressionnant

Une question monte en moi devant cette lecture monotone, ce montage hétéroclite d'auteurs bibliques très éloignés de la réalité historique, qui es-tu Jésus de Nazareth ? Qui es-tu, Dieu de nos fragilités, pour citer le livre récemment lancé de l'ursuline Diane Foley aux Éditions paulines.

Cette question est au centre de la foi. Elle n'a cessé de se poser depuis la mort de Jésus. Elle a donné lieu à des réponses multiples, à une floraison de doctrines, à des guerres plus qu'idéologiques aussi, où le bras de l'État armé à fait triompher l'affirmation de la double identité de Jésus.

2013-A-Lc 1, 67-79 Mardi 4e semaine avent- Béni soit celui qui vient

Il faut que le Messie vienne. Jésus est nécessaire à l’humanité. Mais avons-nous besoin de lui ? Quand Jésus prend notre humanité, il ne se déguise pas en homme. Jésus n'est pas venu chez nous en touriste pour retourner chez lui quelques années plus tard. Ce fut une vie à plein temps à nos cotés, une vie «engagée» à bâtir un milieu de vie épanouissant. Il est venu marcher à nos cotés, vivre notre quotidien, travailler de ses mains. Il a passé la très grande majorité de sa vie dans l'anonymat d'une vie de famille ordinaire.

2012-C-Lc 5, 17-26 Lundi 2e semaine avent- : la foi des porteurs

Nous offrir ce matin, une écoute neuve. Offrir à nos oreilles d'entendre autrement la Parole de Dieu, de l'entendre comme une toute autre mélodie que celle à laquelle nous sommes habitués. Chaque année, le temps de l'avent est un appel à une écoute neuve, rafraichie. Cette écoute neuve exige un long travail d'exploration de notre manière d'accueillir cette parole, de rénovation-transformation qui ouvre sur l'étonnement : aujourd'hui nous avons vu des choses extraordinaires (Lc 5, 26). Puisse nos yeux s'ouvrir et nos oreilles entendre (Is 35, 5)!

Pages

S'abonner à Avent