Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Avent

2008-B-Lc 1, 26-38 Immaculée- conception --comblée de grâce

Paul parle dans ses écrits de l’existence d’une lettre plus précieuse que les autres parce que c’est une « lettre écrite non pas avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant ». Paul donnait ce qualificatif à la jeune Église de Corinthe « connue et lue par tous les hommes ». Nous pouvons sans errer dans la foi, affirmer que Marie est la plus belle des lettres « écrites de la main de Dieu ». Cette lettre qu’est Marie nous rappelle comme vient de l’exprimer la 2e lecture que Dieu « nous a choisis pour que nous soyons saints et irréprochables sous son regard. Il nous a destinés à devenir pour lui des fils ».

2008-B-Lc 1, 46-56 -Lundi 4e semaine avent - Magnificat

Saintes femmes, faisons la fête. Notre Dieu fait son entrée dans le monde. La Parole se fait chair. Réjouissons-nous. Ce Magnificat est un présage d’allégresse. Allégresse qui ne se limite pas à l’admiration mais à entrer dans le mystère dont Marie vient de chanter l’éclat de sa beauté.

Marie vient de chanter que Celui qui vient est, au témoignage de Gabriel, le Fils du Très-Haut, Très-Haut lui-même. Qu’Il vient du cœur de Dieu le Père prendre forme en elle. Qu’Il vient du plus haut des cieux pour entrer dans nos enfers, « comme un homme libre parmi les morts », comme une «lumière qui luit dans les ténèbres et que les ténèbres n’ont pas reçu».

2008-B-Lc 1, 39-48 -Vendredi 2e semaine avent- Notre Dame de la Guadaloupe

Jésus a choisi ses apôtres parmi les moins nobles de son peuple. Ce choix étonnant se poursuit dans cette fête de Notre Dame de la Guadeloupe où Marie a choisi un pauvre indien, n’appartenant à aucune des catégories sociales reconnues de l’époque, quelqu’un de rien, de non crédible comme il le disait lui-même, pour faire connaître à l’évêque son intention de voir ériger en terre mexicaine un sanctuaire à son nom. Marie a choisi un moins que rien pour évangéliser un clergé qui se croyait en possession de Dieu.

2008-B-Mtt 8, 5-11- Lundi 1e semaine Avent - Centurion et sa demande

Ce qui est beau dans cette démarche du Centurion, c’est qu’il ne se regarde pas. Il ne s’arrête pas à sa position sociale de chef important. Son regard se dirige plutôt vers son serviteur malade, vers Jésus. Il s’oublie. Ce qui est beau, c’est l’humilité de cet homme d’affaires, influent qui s’en remet entre les mains d’un Autre, de l’Autre. Ce qui est beau, c’est sa liberté face à son statut social

2008-B-Mtt 9, 27-31- Vendredi 1e semaine avent- « aie pitié de nous »

Simple constat. Évidence. Jésus n’est vu, ne vient et ne reviendra en ce monde que pour se faire voir. Déjà au début de l’ère chrétienne Théophile d’Antioche répondait à quelqu’un qui lui demandait de lui montrer son Dieu – c’est la même question que notre entourage nous demande - : « Montre-moi qui est l'homme que tu es, et moi je te montrerai mon Dieu ».

2008-B : Mtt 21, 23-27 Lundi 3e semaine avent - par quelle autorité fais-tu cela ?

Qui est Celui qui a le pouvoir de rendre un figuier stérile ? Jésus qui avait faim, vient de condamner à la sécheresse un figuier qui ne donne pas de fruit. Qui est Celui dont la parole impose une telle autorité qu’elle soulève zizanies et incrédulités. « Qui t’a donné cette autorité?» Qui est Jésus pour agir ainsi ? A l’approche de Noël, ici dans ce Temple, Jésus nous révèle quelque chose de son identité.

2007- A : Vendredi 2e semaine avent -Mtt 11, 16- 19 Jouer de la flûte

Le divertissement est de première importance aujourd'hui. Se divertir pour oublier nos inquiétudes, nous distraire d’un présent difficile. Nous vivons nos vies comme un long divertissement, à la manière des figurants d’un spectacle toujours à recommencer. Nous allons de « petites espérances en petites espérances » qui souvent nous déçoivent, ne se terminent pas comme nous le souhaiterions

2007-A- Lc 1, 39-45 Vendredi 3e semaine avent Une histoire de joie

Deux femmes au sommet de la joie humaine et spirituelle portant deux enfants inattendus. Deux femmes, l’une « avancée en âge », réduit à un double silence, celui de la honte d’être « femme stérile », celui de ne plus pouvoir s’exprimer avez Zacharie et qui résume dans sa personne toute l’histoire de l’attente de Dieu; et l’autre, venue du Soleil levant, l’Orient, toute jeune «comblée de grâce(Lc 1, 27-28) » qui annonce dans sa personne l’Eglise des millénaires à venir.

2007- A-Mtt 9, 27-31- Vendredi 1e semaine avent- deux aveugles crient à Jésus.

Quelque chose nous pousse en avant. En Avent. Ce quelque chose, un hymne liturgique en parle comme « le temps d’un long désir » (E.201). Nous portons au plus profond de nous - et cela fait partie de notre être - un désir qui nous dépasse. Désirer parce qu’au commencement de toute œuvre, il faut savoir regarder la fin. Désirer parce que nous rappelle saint Benoît dans sa Règle, le désir de Dieu est déjà, de par sa nature, une union à Dieu.

2007-A : Dimanche 1e semaine Avent -Mtt 24, 37-44 Dieu vient au cœur de notre quotidien

Il est déjà venu en prenant la condition des humains ».C’était le premier Noël de l’humanité. Un événement de grâce. « Il viendra de nouveau», ce sera le second Noël – un événement de gloire- que Matthieu vient de nous d’écrire avec des mots d’une autre époque. Événement aimable. Événement admirable. Entre ces deux Noëls, il y a l’Aujourd’hui de Noël, le temps de l’Église, temps du bonheur de voir naître Jésus en nous. « Le Christ vient ».

Pages

S'abonner à Avent