Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Avent

2015-c-Lc 1, 5-25- samedi 3e semaine Avent- Zacharie, une histoire qui finit bien

Nous aimons tous les histoires qui se finissent bien. En voici une. Il était une fois deux époux âgés, Élisabeth et Zacharie ; ils n’avaient pu avoir d’enfant. L’ange Gabriel apparut à Zacharie et lui annonça qu’il aurait un fils. Élisabeth mit au monde un enfant quelques mois plus tard (Lc 1, 5 et 25).

Nous voyons bien la figure de Jean-Baptiste. Il est une des figures dominantes de ce temps de l'Avent. Nous portons moins nos regards sur son arrivée dans la vie de ces vieillards. Regard-accomplissement de l'humainement impossible. Élisabeth était stérile (Lc 1, 7).

2015-c-Lc 1, 46-56- mardi 4e semaine Avent - Magnificat ou la force de la faiblesse.

Marie connaissait les psaumes par cœur. Quand elle chante son Magnificat (Lc 1, 46-55), elle reprend intégralement les versets du psaume 74. Les humbles, le mot a mauvaise presse aujourd'hui, ceux qui sont toujours derrière, les oubliés, les dédaignés, ceux que le pape François, s'arrêtant, salue en priorité dans ses déplacements, Dieu a pris leur visage en naissant parmi nous.

2015-C- Lc 10, 21-24 - mardi première semaine Avent- style Jésus: mener une vie de louange

Le style Jésus est de mener une vie de louange. Au retour de mission de ses disciples, Jésus avec empressement, clame sa louange au Père. Père, je te rends grâce. Contrairement à nos attitudes usuelles lors de nos réunions régulières ou de fin d'année, Jésus ne s'est pas mis d'abord en mode évaluation des objectifs réalisés ou pas, mais en mode louange. Il n'envoie pas en mission des défenseurs de la loi, mais des témoins. Ce n'est pas la même chose.

2015-C- Mt 9, 35-10, 1,6-8 samedi 1 iere semaine Avent-spiritualité de l'envoyé

Quelle magnifique page de l'Évangile! Réjouissons-nous. Nous sommes des envoyés. Souvent ou presque toujours, en lisant cette parole de Jésus allez vers la brebis perdue, on pense aux vocations, à ceux qui se voient confier différents ministères. Changeons, ce matin, notre regard. Jésus appelle tous les chrétiens à sortir sans crainte parce que sa miséricorde nous accompagne et aussi pour offrir cette miséricorde aux autres.

2014-B-Mt 9, 35-10,6-8 samedi 1iere semaine avent- Quelqu'un s'intéresse à moi.

Voici le chemin, prends-le, vient de nous dire le prophète Isaïe. Mais la question surgit, instantanée: de quel chemin s'agit-il ? C'est celui qui conduit en périphérie, là où est né Jésus. Le temps de l'Avent nous prépare à sortir de nos sécurités, à nous arracher de nos conforts, pour aller en périphérie, dans nos Bethleem. Dans nos Galilée. Ici, cela signifie vivre cette mystique, le mot est dans la lettre de François adressée à tous les consacrés, de communion dans la prière.

2014-B-Mt 18, 12-14- mardi 2ième semaine avent- se laisser porter par Jésus

Noël nous confirme que Jésus ne s'est pas contenté de s'habiller de notre vie humaine. Il a opté pour vivre en périphérie, hors de la route, disait un rabbin. C'est cet élan d'aller vers les autres qui caractérise Jésus.

Matthieu nous redit cela en nous montrant un Jésus qui sort de sa bergerie à la recherche de la brebis égarée. Toute sa vie, Jésus a parcouru les campagnes, marché de longues heures pour aller rencontrer, aller à la rencontre de ceux qui ne sont pas corrects.

2014-B-MT17, 10-13- samedi 2e semaine avent - veux-tu être prophète ?

Qu'ont en commun Élie et Jean-Baptiste ? Les deux ont montré que Dieu s'intéresse à nous. Mais les deux ont aussi été déroutés par la manière d'agir de Dieu. Pour parler de Dieu, ces deux prophètes prestigieux, de très grande renommée, utilisaient des paroles de feu. Un langage de terreur. L'un, le prophète Élie, sa parole brûlait comme une torche (Ecc 48,1). Par trois fois, il fit descendre le feu du ciel. L'autre, Jean- Baptiste, a aussi crié des mots de feu.

2014-B-Mt 21, 28-32-mardi 3e semaine avent-être ce que l'on est

Que pensez-vous de ceci? Quelle délicatesse de la part de Jésus ! Une interrogation qui ouvre sur une prise de conscience de la manière dont nous vivons. Un homme avait deux fils. Avait deux cœurs. Un cœur qui dit et se contredit. Paul disait d'expérience : Je fais ce que je ne veux pas faire et ce que je veux faire, je ne le fais pas (Rm 7, 19). Le psalmiste demandait la guérison de son cœur : Donne-moi un cœur intègre… unifie mon cœur (Ps 85, 11).

2014-B- Lc 1, 26-38- samedi 3e semaine avent- se réjouir de la joie de Marie

Bénie sois-tu, Toi qui ravis le cœur de Dieu ! Ces mots sont ceux des premières vêpres de l'Annonciation. À quelques jours de Noël, nous sommes devant une des merveilles du Seigneur. Marie ! Une créature humble et faible comme nous, choisie pour être Mère de Dieu, Mère de son Créateur (homélie du pape, 13 octobre 2014).

Pages

S'abonner à Avent