Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Avent

2010-A-Mtt 21, 23-27 Lundi 3e semaine Avent -: annoncer Noël avec autorité.

Ce Jésus, vérité pour les chercheurs de sens, ce Jésus, route pour les égarés, ce Jésus, vie pour ceux qui vivent sans vie, ce Jésus, sagesse pour les aveuglés par l'éphémère éblouissement des choses d'en bas, ce Jésus, remède pour les malades, nourriture pour les chercheurs d'un vrai pain, par quelle autorité se présente-t-il ainsi ?

2009-C : Vendredi 2e semaine avent -Mtt 11, 16-19 – A quoi jouons-nous nos vies?

Il me semble que ce texte parle de nous autres. Il parle de nos manières de vivre. Nous vivons nos vies comme si tout ce passait dans une cour de récréation entre deux groupes. Le premier groupe a tourné les talons aux autres nous avons joué de la flûte, vous n’avez pas dansé (Mt 11,17). Le deuxième groupe reproche au premier : nous avons entonné un chant funèbre et vous ne vous êtes pas frappés la poitrine. Et Jésus ajoute telle est cette génération. J’ai l’impression en lisant ce texte que nos vies risquent de se passer dans une cour de jeu. A quoi jouons-nous?

2009 -C-Lc 5, 17-26 Lundi 2e semaine avent - Une entrée audacieuse

À quoi ça sert d’avoir la foi? Question qu’un ados me posait. La réponse se trouve dans cette page de Luc : d’amener, de porter à Jésus les hommes et les femmes de notre monde. Nous ne savons rien de cet homme couché sur une civière, incapable de parler, de marcher vers Jésus. Ce que nous savons, ce qui nous étonne, à deux mille ans de distance, c’est la conviction, la force de la foi des porteurs à braver tous les interdits de l’époque pour porter leur ami aux pieds de Jésus. Ces porteurs ne pouvaient pas croire que Jésus n’allait rien faire pour leur ami.

2009-C- Lc 21, 25-35-Dimanche 1ière semaine Avent- voir le Seigneur a découvert

Il arrive souvent à nos oreilles disait Jean XX111 d’entendre dire que dans la situation actuelle de notre société, des gens ne voient rien de beau ni de bon. Il me semble nécessaire, ajoute-il, de dire notre complet désaccord avec ces prophètes de malheur. En ouvrant ce temps du regard, je nous lance un projet de résistance à ne voir que des scènes de violence et désolation autour de nous. On n’a pas le droit d’espérer si on ne veut pas résister disait le théologien d’ici, André Naud.

2009 - C- Mtt 4, 18-22 saint André apôtre

Jésus « vient » nous rappelle la liturgie de ce temps d’Avent. Mais que vient-il nous offrir ? Pourquoi vient-il jusqu’à nous ? L’Évangile de cette fête de Saint André nous donne une réponse magnifique : Jésus vient nous appeler. Il vient nous inviter à cheminer avec Lui. Il vient nous redonner notre beauté originelle, nous réintroduire dans l’Éden perdu.

2009-C-Lc 1, 39-45 Lundi 4e semaine avent- Dieu nous visite pour nous mettre en chemin.

Que serait Noël, si nous n’avions que la télé, la presse, la publicité des commerces et le bruit de l’agitation ? Que serait Noël si notre cœur n’était pas un oratoire, un cloître, ravi d’héberger, de rencontrer Celui qui vient ? Si nous entrons dans la Parole de Dieu, nous percevons que la visitation qui nous donne à voir l’une des plus belles rencontres de l’Évangile, contient tout l’Évangile. La Bonne nouvelle est visitation qui naît de notre conversation quotidienne avec Dieu.

2009-C : Mtt 21, 23-27 Lundi 3e semaine Avent - Agir avec autorité.

Saintetés, que nous faut-il faire être autorité ? Et l’autorité de Jésus n’est ni revendication, ni pouvoir, ni domination. Celui qui vient amène avec lui une nouvelle façon de vivre. Dès sa naissance Jésus ne s’est jamais imposé. Il n’a jamais revendiqué pouvoir et domination. Pourtant cette manière là de vivre d’unifier ce qu’il enseigne et ce qu’il est, ce qu’il dit et fait, faisait autorité

2008-B-Lc 1, 26-38 Immaculée- conception --comblée de grâce

Paul parle dans ses écrits de l’existence d’une lettre plus précieuse que les autres parce que c’est une « lettre écrite non pas avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant ». Paul donnait ce qualificatif à la jeune Église de Corinthe « connue et lue par tous les hommes ». Nous pouvons sans errer dans la foi, affirmer que Marie est la plus belle des lettres « écrites de la main de Dieu ». Cette lettre qu’est Marie nous rappelle comme vient de l’exprimer la 2e lecture que Dieu « nous a choisis pour que nous soyons saints et irréprochables sous son regard. Il nous a destinés à devenir pour lui des fils ».

2008-B-Lc 1, 46-56 -Lundi 4e semaine avent - Magnificat

Saintes femmes, faisons la fête. Notre Dieu fait son entrée dans le monde. La Parole se fait chair. Réjouissons-nous. Ce Magnificat est un présage d’allégresse. Allégresse qui ne se limite pas à l’admiration mais à entrer dans le mystère dont Marie vient de chanter l’éclat de sa beauté.

Marie vient de chanter que Celui qui vient est, au témoignage de Gabriel, le Fils du Très-Haut, Très-Haut lui-même. Qu’Il vient du cœur de Dieu le Père prendre forme en elle. Qu’Il vient du plus haut des cieux pour entrer dans nos enfers, « comme un homme libre parmi les morts », comme une «lumière qui luit dans les ténèbres et que les ténèbres n’ont pas reçu».

2008-B-Lc 1, 39-48 -Vendredi 2e semaine avent- Notre Dame de la Guadaloupe

Jésus a choisi ses apôtres parmi les moins nobles de son peuple. Ce choix étonnant se poursuit dans cette fête de Notre Dame de la Guadeloupe où Marie a choisi un pauvre indien, n’appartenant à aucune des catégories sociales reconnues de l’époque, quelqu’un de rien, de non crédible comme il le disait lui-même, pour faire connaître à l’évêque son intention de voir ériger en terre mexicaine un sanctuaire à son nom. Marie a choisi un moins que rien pour évangéliser un clergé qui se croyait en possession de Dieu.

Pages

S'abonner à Avent