Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année c

2022-C-Mt 6, 1-6.16-18- mercredi de la 11e semaine ORDINAIRE- changer de moi

Prenez garde de ne pas être tentés de vous-mêmes (cf. Ga 6,1). Dans les mots d’aujourd’hui cela pourrait dire : prenons garde à ne pas visibiliser notre ego. Passons d’un moi égocentré à un moi écocentré. Ce passage de Matthieu soulève la question du renouvellement, non de ma prescription médicale, de mon permis de conduire. Il s’agit d’un renouvellement en profondeur ou plus exactement d’un appel à se maintenir dans un état permanent de renouvellement. Nous cherchons à changer ce qui est visible, un meuble, une auto, une trajectoire, mais moins ce qui est invisible.

2022-C-Mt 10, 7-13-samedi de la 10e semaine ORDINAIRE- n'emportez rien

Nous partageons tous la conviction qu’il faut s’investir beaucoup quand une cause nous tient à cœur, qu’elle soit d’ordre politique, culturel, social, religieux. Tous, nous sommes d’accord pour donner un verre d’eau ou au moins un petit quelque chose aux personnes dans le besoin. C’est humain.

Mais l’évangile nous pousse beaucoup plus loin que d’exprimer nos convictions sur Dieu. Ça peut frôler l’arrogance que de penser savoir donner les bonnes réponses sur ce qui est Jésus, son royaume. Personne ne possède la totalité de la vérité sur Jésus. Affirmer le contraire est irrecevable aujourd’hui.

2022-C-Mt 5, 17-19 -mercredi de la 10e semaine ORDINAIRE- autrement l'évangile

Une petite phrase est répétée sept fois dans ce chapitre cinq comme pour nous dire que nous sommes durs d’oreille. Moi, je vous dis. Jésus semble insinuer qu’une autre interprétation de la manière de pratiquer la religion puisque c’est de cela qu’il s’agit dans ce discours, est possible. Il est facile de soupçonner que cela a soulevé de vives réactions tant positives que négatives parce que Jésus aborde quelque chose d’intouchable. D’inimaginable. Quelque chose comme un dogme.

2022-C- Jn 14 15-15;23-26 - Dimanche de la Pentecôte- devenir des pétales de Roses

C’est peu connu ici, mais beaucoup en Italie, l’autre nom de la Pentecôte est le dimanche des Roses en référence aux pétales de Roses pour rappeler le miracle des langues de feu.

Souvent pour signifier la grandeur de quelqu’un, on lance sur sa route des pétales de Roses. L’image est très forte : lancer des pétales de Roses, c’est les envoyer dans toutes les directions pousser par le vent. C’est toucher tous les cœurs, croyants ou pas.

2022-C-Jn 21, 20-25 samedi de la 7e semaine de Pâques- osons rêver l'avenir

Pour terminer ce temps pascal, la liturgie, sous l’image de Jean qui ne meurt pas, élève nos regards sur ce que la foi pascale apporte de spécifique : une vie qui ne meurt pas. La foi pascale ouvre sur un impossible croyable. Un impossible que les chrétiens annoncent comme croyable : une vie en abondance sans jamais préciser davantage.

2022-C-Jn 17, 11b-19- mercredi de la 7e semaine de Pâques- le monde est malade

Brutalité, atrocité, inhumanité, barbarie, les dictionnaires ne suffisent pas à décrire ce que nous voyons et vivons ces derniers temps. Nous sommes en présence de l’échec de l’humanité. Il n’y aura pas d’avenir pour l’humanité tant que le pouvoir oppresseur de dirigeants paranoïaques continuera d’alimenter un brasier planétaire. Aucune solution n’est possible sans la promotion d’un grand projet humanitaire que Jésus propose dans sa prière sacerdotale : que tous soient un.

2022-C-Jn 16, 23b-28- samedi 6e semaine du temps pascal- temps de la relation

Tous les fans d’Astérix le savent, ça finit toujours bien. La dernière phrase ou image est toujours une bonne nouvelle. L’histoire de chaque page d’Astérix se termine toujours bien. Pour moi, le mot le plus important en lisant cette dernière rencontre de Jésus avec les siens, est le mot béatitude. Il rejoint le premier mot de l’histoire Jésus : réjouis-toi, Marie.

2022-C-Jn 16, 12-15-mercredi 6e semaine du temps pascal- montre-moi ton visage

À entendre Jésus affirmer qu’il a encore beaucoup de choses à nous dire, il faut vite en conclure que l’occupation préférée de Dieu, c’est de se faire connaître à fond. Vous ne me connaissez pas, dit à plusieurs reprises Jésus. L’évangile ne cache pas l’énergie de Jésus à faire connaître le vrai visage du Dieu de sa foi. Un Dieu si différent, si inattendu, si peu croyable. Le visage du Dieu que Jésus découvre dans sa prière et qu’il nous fait connaître, est celui d’un Dieu de proximité, de compassion envers les moins que rien et non un Dieu tout-puissant, lointain et habitant dans un autre monde.

2022-C-Jn 15, 18-21-samedi de la 5e semaine de Pâques- sortir Caïn de nos vies

Notre monde est marqué par une culture de violence, de peur et des murs (FT # 27), du tous contre tous (FT # 36). En nous, il n’y a pas encore l’esprit de Jésus, il y a encore l’esprit de Caïn, qui regarde Abel non pas comme un frère, mais comme un rival, et pense à la façon de l’éliminer[1]. Le monde a choisi - c'est difficile à dire - mais il a choisi le schéma de Caïn […] de s’entre-tuer par désir de pouvoir, de sécurité[2]. Le monde entier est en état d’ébullition. Le schéma de la haine de l’autre s’érige en maître. L’écrivain Blaise Pascal a dit que Jésus-Christ est à l'agonie jusqu'à la fin du monde. Il est « aux enfers » jusqu'à la fin du monde.

Pages

S'abonner à Année c