Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année c

2022-C-Jn 10, 27-30- dimanche 4e semaine de Pâques- convoquer à une danse mystique

Vous connaissez la science de la néonatologie. C’est la science qui s’occupe des bébés naissants. Aujourd’hui dans les hôpitaux pour enfants, quand ils pleurent, on leur fait entendre la voix de leur mère. Résultat : l’enfant se calme. Entendre la voix de leur mère les pacifie. La voix crée des liens, rassure.

Aujourd’hui, on peut dire que la fête des Mères, c’est la fête pour entendre la voix de vos enfants. Ça fait du bien. Ça calme. Ça rassure. La fête des Mères, c’est plus que de recevoir des fleurs. C’est la fête de la rencontre, fête plein d’émotion. De joie.

2022-C-Jn 15, 9-17- samedi de la 4e semaine de Pâques- saint Matthias

e commence par ces mots d’Augustin : cherchons comme cherchent ceux qui doivent trouver et trouvons comme trouvent ceux qui doivent chercher encore. Car il est écrit : celui qui est arrivé au terme ne fait que commencer. Dans toute vie, incluant la vie spirituelle, rien n’est jamais définitif, rien n’est jamais parfaitement accompli. Il faut toujours rechercher le meilleur sans jamais se satisfaire de ce qui est moins bon.

2022-C-Jn 12, 44-50 - mercredi de la 4e semaine de Pâques- vivre en Dieu

Nous venons d’entendre une riche définition de ce qu’est l’intimité. Celui qui me voit, voit celui qui m’a envoyé (v. 45). Il s’agit d’une disparition mutuelle de l’un dans l’autre sans confusion non plus. Plus l'intimité est grande avec quelqu'un, écrit Robert de Langeac, reconnu comme le Jean de la Croix français, plus j'arrive à me dépouiller de moi pour être avec l'autre[1]. Paul en parle comme d’une vie cachée avec le Christ en Dieu (cf. Col.3,3). Ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi (cf. Ga 2,20). Marie est le modèle de cette « disparition » en Dieu sans confusion non plus.

2022-C-Jn 6, 60-69- samedi 3e semaine de Pâques- l’eucharistie comme crise.

Jésus, nous venons de l’entendre, affronte une crise profonde qu’il ne faut pas confondre avec une situation de conflit. Jésus n’est pas en conflit avec ses disciples. Il vit une crise d’incompréhension, de désolidarisation de son équipe pastorale. Trois ans d’efforts pour s’entendre dire cette parole est trop dure. Jésus qui est conscient que de se présenter comme nourriture, comme pain de vie risque de scandaliser. Cela vous scandalise ? (V. 61). Cela peut aussi engendrer une profession de foi : Seigneur, à qui irions-nous, tu as les paroles de la vie éternelle (V. 68).

2022-C-Jn 6, 35-40 -mercredi 3e semaine de PÂQUES- débalconner nos vies

Ce matin, ne nous arrêtons pas sur la mort violente d’Étienne. Arrêtons notre regard sur Celui qu’il contemplait. Étienne fut transfiguré par les œuvres qu’il contemplait en Jésus. Il en fut dynamisé, mieux il s’est laissé dynamiter par les œuvres de Jésus et il devint à sa suite présence réelle de Celui qu’il contemplait. Il a tellement contemplé Jésus qu’il s’est fait nourriture auprès des pauvres. Que peut-on trouver de plus beau qu’être pain de vie ? Sa contemplation lui interdisait de fuir devant les persécutions qui surgissaient à l’encontre de ceux qui s’occupaient des autres. Dans les mots d’aujourd’hui, c’est la culture de la rencontre qui animait sa vie.

2022-C-Jn 6, 16-21 samedi 2e semaine du temps pascal- Une marche bienvenue

Ce matin, nous sommes en présence de deux Jésus. L’image la plus répandue est celle d’un Jésus puissant qui marche sur un lac agité et que même le vent et les flots lui obéissent (Cf. Mc 4, 41) et le Jésus compatissant qui rejoint ses disciples ramant jusqu’à l’épuisement contre les fortes vagues.

Ces deux images courent tout au long des textes bibliques. Les disciples partageaient plutôt la première image. Les pèlerins d’Emmaüs ne disent-ils pas à l’étranger qui s’était joint à eux : nous, nous espérions qu’il serait celui qui allait délivrer Israël (Lc 24, 21). Les disciples pensaient suivre un Messie depuis longtemps attendu qui allait les libérer de la tutelle des Romains et qui allait les inviter à siéger à sa droite en gloire.

2022-C-Jn 3, 16-21 - mercredi de la 2e semaine du temps pascal- des incroyables croyants

Vous avez entendu parler des influenceurs ? Ce sont des personnes qui se présentent comme des experts en motivation ou en marketing. Ces personnes sont des références en leur domaine, entretiennent des activités sociales intenses sur les réseaux sociaux, sont des leaders d’opinion appréciés des jeunes générations et ont beaucoup de followers, d’adeptes, de « suiveurs ». Ils sont des maîtres de la flaterie et de fake news aussi. Ils cherchent à briller d’un vernis vite effacé par une autre mode. Ils sont des experts pour bien emballer le vide. Leur travail consiste à influer sur l’opinion des gens et leur comportement.

2022-C-Mc 16, 9-15 -samedi octave de PÂQUES- présence à une présence

Nous ne sommes pas devant une chronique historique. Marc élève notre regard non pas sur un tombeau vide, non sur qui va rouler pour nous la pierre, mais sur une parole, de surcroit d’une femme, Jésus est vi-vant, je l’ai vu. Pâques n’est pas une expérience visuelle vérifiable ni une expérience physique vérifiable. Pâques et j’utilise les mots du pape Benoît XV1, est la plus grande mutation […] dans une dimension totalement nouvelle, jamais advenue dans la longue histoire de la vie .

2022- jeudi saint- vocation: servir

Il nous faut creuser le sens du mot « service », pour qu’il puisse devenir réel dans notre vie et que nous ne nous en tenions pas à de belles paroles. En soi, le service n’est pas une vertu. Il y a de mauvais services. Paul parle d’un service du péché (cf. Rm 6, 16), des idoles (cf. 1 Co 6, 9). On parle du service aux clients, que quelqu’un est de service aujourd’hui. Le service dont parle Jésus est une attitude intérieure.

2022-C-Jn 11, 45-57- samedi de la 5e semaine du CARÊME- qui sont les ennemis de Jésus ?

Ce geste plein de compassion d’inviter Lazare à sortir de son tombeau va coûter cher à Jésus. Cet homme fait beaucoup de miracles (Jn 11, 47). Ce ne sont pas ceux que Jésus a aidés, ceux à qui il a rendu, redonné la vie, les Lazare de tous les temps, les alcooliques, les menteurs ou voleurs qui veulent sa mort.

Ce sont les gens bien, les champions de la bonne conscience, les grands-prêtres et les pharisiens, les religieux, les pratiquants, comme vous et moi, qui ont voulu et qui ont obtenu sa mort. Si on le laisse continuer comme ça, tout le monde croira en lui, les Romains viendront et détruiront notre temple et notre nation (Cf. Jn 11, 48).

Pages

S'abonner à Année c