Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Pâques

2014-A- Jn 17, 1-11, mardi 7e semaine pascale- Jésus, ma gloire

l est beaucoup question de gloire dans cette prière, dite sacerdotale, prononcée par Jésus au Cénacle, peu avant sa mort. Mais la gloire dont parle Jésus n'est pas à trouver dans le regard des autres sur nous. Elle ne se nourrit pas de l'ostentation et du mépris. La gloire que Jésus nous invite à poursuivre suppose un véritable renversement des valeurs de ce monde.

2014-A-Jn 21,20-25-samedi 7e semaine pascale- si je veux qu'il reste

Alors que les disciples de Jésus projettent des yeux humains sur la fin de toute vie, Jésus propose à ses disciples la guérison de leurs yeux. Il invite plutôt à regarder toute fin de vie avec des yeux de ressuscité et non de mort. Nous sommes des hommes et des femmes de résurrection, non de mort, disait François dans sa rencontre œcuménique à Jérusalem en mai dernier.

2014-A-Jn 3, 7-15- mardi 2e semaine Pâques- Nicodème

On n'a pas idée de la beauté de la démarche de Nicodème. On n'a pas idée non plus de la réponse de Jésus. Nicodème était un chercheur de Dieu. Jésus aussi était un chercheur de Dieu. Les deux étaient de grands priants. Contrairement à Jésus, Nicodème éprouvait un profond besoin de vie intérieure. Jésus salue sa recherche et lui indique un chemin de renaissance. Celui de descendre dans ses profondeurs. Dans les actes des apôtres, on a posé à Pierre la même question : que devons-nous faire se demandait ceux qui étaient remués jusqu'au fond d'eux- même (Ac 2, 37).

2014-A-Jn 14, 6-14 - Apôtres Philippe et Jacques

La résurrection, qu’est-ce que c’est ? Comment entrer dans ce mystère ? Comment percevoir en nous, comme l'exprime saint Ignace, les saints effets de la Résurrection ? La réponse n’est pas évidente parce que la résurrection n’entre pas dans le cadre de nos expériences, précisait dans une homélie pascale le pape Benoît. Pour plusieurs, cette fête résonne comme une simple mémoire d'un lointain passé. Une culture vintage, ai-je dit samedi dernier.

2014-A-Jn 20,11-18- mardi octave de Pâques- Marie Madeleine

Feuilletant l'autre jour diverses revues dans une salle d'attente, je fus intriqué par un mot qui s'y trouvait. C’est le mot vintage. On y parlait de mode vintage, de culture vintage. J'ignorais ce que c'était. Une recherche me fit découvrir que le vintage c'est cette tendance à remettre à la mode du vieux, à remettre des choses passées au goût du jour. Tendance qui veut donner une seconde vie à des choses du passées. La culture vintage, c'est la culture qui vise à donner un second souffle à des objets, à des us et coutumes pour éviter que des joyaux du passé disparaissent à jamais.

2014-A- Mc 16, 9 - samedi octave de Pâques- Un Dieu qui fait confiance à nos doutes

Arrivé au terme de l'octave de Pâques, nous entendons aujourd'hui le sommaire des apparitions tel que vu par saint Marc. Nous retrouvons tous les acteurs des derniers jours, ce long cortège des témoins de l'inimaginable matin de Pâques : Marie Madeleine, deux disciples qui étaient en chemin pour aller à la campagne, les onze qui étaient à table.

2013 - C: Jn 16, 29-33 Lundi 7e semaine de Pâques --ouvrons la porte à l'Esprit

Accueillir l'Esprit de Jésus. Accueillir l'Esprit que Jésus nous a acquis dans sa Pâques, c'est entrer dans une nouvelle manière de vivre. C'est maintenant que vous croyez (Jn 16, 31) dans une vie nouvelle en adoptant les comportements d'humain créés à l'image de Dieu (Ep 4, 23-24).Mais cette façon nouvelle de vivre est-elle toujours nouvelle pour nous ?

2013 - C-Jn 15, 26-16,4 lundi 6e semaine Pâques -ne domestiquons pas l'Esprit.

Renaître, c'est l'invitation-appel qui retentit depuis le matin de Pâques. Renaître à quoi ? À la ressemblance de Dieu. Cette renaissance ne nous appartient pas. Elle se réalise par notre ouverture à l'Esprit de Dieu que nous évoquons en cette fin de ce grand dimanche. Le passeur de Pâques s'est manifesté pour nous réveiller de nos endurcissements personnels en nous promettant son Esprit.

2013-C- Jn 10, 1-10 Lundi 4e semaine de Pâques - Jésus, la belle porte (Ac 3,2):

Dans une autobiographie publiée en 2010, en Argentine, sous forme de livre-interview intitulé Le jésuite, on rapporte que le pape François se dit persuadé qu'à l'époque actuelle le choix fondamental que l'Église doit effectuer est de descendre dans la rue pour chercher les gens, pour les connaître par leur nom. Si elle ne le fait pas, elle se fait du mal toute seule. Le texte ajoute : si quelqu'un sort de chez lui et va dans la rue, il peut aussi lui arriver d'avoir un accident, mais je préfère mille fois une Église accidentée à une Église malade, qui s'auto-regarde.

2013 - C: Lundi 5e semaine de Pâques- Jn 14, 21-26 -un Esprit qui dérange.

À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père. Il s'agit moins de comprendre cet évangile comme une déception mais plutôt d'y entrer. Mieux : cet évangile doit entrer en nous. Nous devons accueillir cette annonce d'un Jésus retournant chez lui, chez son Père qu'il n'a jamais quitté, comme une fulgurante apogée de notre humanité.

Pages

S'abonner à Pâques