Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année c

2021-C-Mt 17, 10-13- samedi de la 2e semaine de l'AVENT- sacrement du silence

La première image qui me vient en parlant d’Élie est celle de la brise légère (1 Roi 19.12). Le Seigneur n’était pas dans le bruit, dans la majesté. Il n’est pas là. Dieu se fait entendre à Élie dans un doux murmure. L’amour est toujours presque inaudible comme le bruit que fait une poussière tombant par terre. Ce fil sonore de silence fait plus d'effet sur lui que toutes les puissances. Ce petit murmure le ressuscite.

2021-C-Lc 3, 1-6 - dimanche de la 2e semaine de l'AVENT- entrepreneur en construction demandé.

Je vous propose une image : voir Jean-Baptiste comme un entrepreneur en construction. Il voyait une terre à défricher. Il voyait des routes à reconstruire. Il offre sa solution qui n’est pas politique, économique. Il offre un retournement des cœurs qui passe par l’élimination d’une vie égoïste. Il offre de voir le salut. De préparer le chemin du Seigneur. Vous verrez le salut.

2021-C-Lc 1, 26, 38 - Immaculé conception - une femme, oasis tout vert.

Que comprendre de cette fête sinon que Marie est pleine de la présence de Dieu. Si nous lisons bien ce passage, pleine de grâce signifie pleine de la présence de Dieu. C’est le plus beau nom de Marie, c’est le nom donné par l’Ange. Le nom que Dieu lui donne. Ses parents n’auraient jamais osé l’appeler ainsi.

2021-C-Mt 9, 35 – 10, 1.5a.6-8- samedi première semaine AVENT- encadrés d'invisible.

Je n’en finis jamais d’observer comment Jésus est attentif aux besoins des autres. Il saisit que les gens éprouvent un quelque chose de plus, un quelque chose d’autre que leur besoin de plus que du matériel, de plus que d’une bonne santé, de plus que du pain quotidien. Il sait entendre leur savoir du dedans (Jung), ce qu’ils vivent dans la crypte profonde de leur cœur. Jésus est un « voyant » des profondeurs.

2021-C-Mt 15, 29-37 -mercredi première semaine AVENT- festin de miettes

En ouvrant cette saison de l’Avent, monte en moi cette parabole des invités aux noces. Tout est prêt, venez aux noces (Cf. Mt 24, 42-51). Mais les invités s'excusèrent. Nous devons de toutes nos forces nous arracher à cette exubérance d'activité et de multiplicité pour éviter en célébrant Noël d’entendre le reproche de Jésus : mon ami, comment es-tu entré ici sans l’habit de la vraie charité ?

2019-C-Jn 2, 13-22 -dédicace du Latran- fais de ta maison un temple

Jésus ne manque pas de précision quand il parle du temple. Il s’appuie sur des textes vénérables, anciens. Il a en mémoire que Dieu était nomade, qu’il campait avec son peuple sous la tente. Quand David voulut bâtir une maison pour le Seigneur, il rencontra sur son chemin Nathan qui lui dit : depuis que Dieu a sauvé son peuple d’Égypte, il a toujours vécu sous une tente et jamais il n’a demandé de temple (2 S 7, 7). Comment peut demeurer dans un temple celui que l’univers ne peut contenir ? Aucun bâtiment ne saurait enfermer Dieu, dit le premier Livre des Rois (1R 8, 27; Es 66, 1). C’est hors du temple que celui qui est temple nouveau offrit sa vie.

2019-C-Lc 18, 1-8 -samedi 32e semaine ordinaire- charisme de la prière

Croyants ou incroyants, nous avons tous en nous ce trésor de la prière. Mais qu’est-ce que la prière ? C’est la question que pose l’évêque de tradition anglicane John Spong, dans son livre Pour un christianisme d’avenir, Golias, 2019.

Quand on lui demande: Monseigneur, priez-vous? sa réponse se fait sèche : non. Après un instant de consternation chez ses auditeurs, il ajoute: si je vous avais répondu par “oui”, vous auriez pensé que j’acceptais votre définition de ce que signifie prier et votre définition de Dieu. Nos prières semblent supposer que Dieu peut changer d’avis […] C’est manipuler Dieu […

2019-C-Lc 19, 11-28 -mercredi 33e semaine ordinaire- être des «coextensifs» de Dieu

En ouvrant le mois missionnaire d’octobre dernier, le pape François invitait à ne pas enfouir la capacité d’imiter la générosité de Dieu. Nous avons, en commun avec Jésus, le talent de faire le bien. Pour utiliser le langage du Père Congar, nous sommes des coextensifs de la générosité de Jésus comme Jésus l’a été de son Père. Jésus n’a rien perdu de ce que le Père lui a donné (cf. Jn 6, 39).

2019-C-Lc 20, 27-40 - samedi 33e semaine ordinaire- l'autre visage de l'éternité

Quel projet ambitieux de Dieu sur chacun d’entre nous ! Ce n’est pas un simple retour à la vie comme ce le fut pour Lazare. Ce n’est pas une réincarnation de mon esprit dans un autre corps, puis un autre corps et cela indéfiniment. Ce n’est pas un «happy end» non plus. C’est quelque chose de merveilleux : notre corps reprendra vie. La dimension terrestre dans laquelle nous vivons n’est pas l’unique dimension[1] de notre vie. Nous manquons d’attraction pour l’éternité, l’autre visage de la vie. Pour annoncer la beauté de l’éternité.

2019-C-Lc 21, 12-19 - mercredi 34e semaine ordinaire- quelqu'un nous défendra

Le temps de l’Avent qui vient nous annoncera qu’une vierge enfantera un fils que l’on nommera Emmanuel, ce Dieu avec nous (Mt 1, 23). Le prophète Isaïe avait déjà annoncé qu’une vierge allait donner naissance à un enfant et cet enfant allait être Dieu avec nous (Is 7. 14). Ce nom signifie qu’un Dieu nous sauve, nous garde, nous instruit, nous donne une sagesse à laquelle nos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer. Voilà l’essentiel de la bonne nouvelle.

Pages

S'abonner à Année c