Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Ordinaire

2017-A-Luc 7, 31-35 -mercredi 24e semaine ordinaire- jouer de la flûte

Nous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons entonné des chants de deuil, et vous n’avez pas pleuré (Lc 7,32). En s’adressant ainsi aux pharisiens et aux docteurs de la loi, Jésus leur dit qu’ils passent leur temps à des choses futiles. Dans un langage imagé, Jésus exprime une vérité qui risque de les choquer : vous êtes déconnectés de la vie. Déconnectés d’une religion pour tous, incluant les moins respectueux de la loi.

2017-A- Lc 12, 8-12 - samedi 28e semaine ordinaire- se déclarer pour Jésus

La bible est une histoire de persécutions de ceux qui ont parlé au nom de Dieu. Jésus a subi le même sort. Aujourd’hui, annoncer, comme les prophètes, le nom de Dieu, porter le nom de chrétien, c’est risquer d’être mis hors d’état de nuire. De tout temps, avant comme après Jésus, ceux qui se déclarent pour lui, qui prennent position pour lui, pour une société plus humaine, expérimentent le même chemin. Humainement comme spirituellement, toute prise de position suscite toujours de vive et percutante répliques.

2017-A-Lc 11, 27-28- samedi 27e semaine ordinaire-avoir la même passion de Marie pour Jésus

Heureux, ceux qui écoutent la parole de Dieu. C’est la déclaration la plus belle que nous puissions entendre. Déclaration qui engendre en nous la vie, qui donne de l’énergie pour envisager le lendemain, qui projette sur nous la fin de la nuit et l’arrivée de l’aurore (pape François). Cette déclaration abolit toute distance entre nous et Dieu. Elle confirme que nous sommes de la famille de Jésus, de la famille de Dieu. La meilleure chose qui puisse nous arriver dans la vie, c’est bien d’entendre Jésus déclarer que notre attachement à lui le rend heureux et nous rend heureux.

2017-A-Lc 9, 1-6- mercredi 25e semaine ordinaire- tout placer dans le coeur et non dans la bourse

Je commence cette réflexion par ces mots écrits au XIVe siècle pour le grand priant Ruysbroeck : dans l’Église primitive, les apôtres et les saints évêques marchaient de par le monde et convertissaient les païens. Maintenant, c’est une histoire différente. Quand un évêque ou un abbé visitent son peuple, il arrive avec ses quarante chevaux, sa famille étendue et à grands frais. Mais lui-même n’a rien à payer. Le changement était dans la bourse et non dans le cœur

2107-A; Mt 19, 13-15 samedi 19e semaine- des mains jointes parce que vides

Quel est le meilleur don que Dieu puisse nous faire ? Quel est le meilleur chemin que Dieu puisse nous offrir ? Et je trouve la réponse dans ce geste qui m’a beaucoup touché lors de la profession solennelle de sœur Sylvie. Le don de déposer nos mains jointes dans les siennes. Les mains que mère Abbesse lui offrait. Ce proverbe tibétain m’est revenu en mémoire: des mains jointes sont des mains vides. Voilà ce qui est grand,

2017-A-Lc 6, 1-5 - samedi 22e semaine ordinaire - Jésus souffre d'allergie

Jésus souffre d’une allergie chronique, une allergie qui trouble tout Jérusalem (Mt 2, 3), une allergie qui le rend vulnérable face aux parfaits gardiens de la loi : celle d’être attentif aux personnes, à leurs besoins. Jésus éternue chaque fois qu’il se trouve devant une loi sans âme, devant un chrétien «protectionniste» de la loi et de l’ordre.

2017-A-Mt 23, 1-12- samedi 20e semaine ordinaire- Attention ! Danger!

Vous connaissez l’expression «je ne porte pas à terre». Elle signifie que je suis tellement enthousiasmé par un projet, une découverte, un événement qui m’arrive que rien d’autre ne m’attire. Rien d’autre que ce qui m’arrive ne me distrait.

Cette semaine, tout m’invitait à ne pas porter à terre. Tous les textes s’apparentaient avec un projet merveilleux qui m’enthousiasmait; je le trouvais trop beau pour être vrai.

2017-A-Mt 25, 14-30 -samedi 21e semaine ordinaire- partager, c'est s'enrichir

Ma première réaction devant cette image-parabole de Jésus: qu’avons-nous à offrir à Dieu qui pourrait accroître son domaine ? Tripler, doubler nos talents n’ajoute rien à la richesse du propriétaire. Le propriétaire n’a besoin de rien. Il s’empresse de manifester sa grande générosité envers ceux qui lui sont reconnaissants pour les talents reçus. Le premier, dit saint Jérôme, s’en alla ajouter la connaissance de Dieu aux connaissances qu’il avait déjà. Le second a doublé, à l'école de l'Évangile, ce qu'il avait appris à l'école de la Loi. Le troisième était tellement dévoré par les choses d’en bas qu’il a négligé sa connaissance de Dieu.

2017-A-Mt 11,15-27- mercredi 15e semaine ordinaire- le combat d'une vie

Bénis le Seigneur, ô mon âme. Cette lecture présente l'importance de la place que prennent les petites gens, les vulnérables et les fragiles dans la vie de Jésus; ainsi, le chant de ce psaume monte en moi comme une prière d'étonnement et d'admiration devant un tel regard de Jésus sur eux. Le Seigneur défend le droit des opprimés.

2017-A- Mt 18 : 15-20- mercredi 19e semaine ordinaire- se faire miséricorde entre nous

Jésus dit à ses disciples et demande à ses amis, collaborateurs de la première heure, de se souvenir, de faire mémoire de ceux qui ont quelque chose contre nous. Si ton frère a commis un péché contre toi.

Cet appel de Jésus, se souvenir de nos relations difficiles, tendues, se souvenir que nous ne sommes pas toujours en bons termes avec un proche ou un voisin, remonte à nos origines. Jésus fait résonner en nous cette longue, très longue histoire qui nous ramène jusqu’à Caïn et Abel.

Pages

S'abonner à Ordinaire