Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Ordinaire

2018-B-Mc 10, 32-45- mercredi 8e semaine ordinaire-se perdre de vue

Nous ne sommes pas encore totalement perdus à nous-mêmes. Nous ne le serons jamais parce que nous avons peur de nous perdre de vue. Et voilà bien le point central de cet épisode des fils de Zébédée. Quand nous entendons la question pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, nous songeons spontanément à celle de donner sa vie, celle du martyr. Nous songeons moins à nous perdre de vue, cette autre croix. Se perdre de vue est une situation pénible et amère.

2018-B-Mc 11, 27-33 -samedi 8e semaine ordinaire - autorité qui fait grandir

Jésus impressionne non pas en imposant, mais en s’exposant. Jésus n’est pas un législateur, mais un modèle. Marc nous met en présence de deux systèmes de pensée. Jésus rejette ce système de pensée où tout est blanc ou noir qui caractérisait les gardiens du temple. Si nous disons du ciel […] si nous disons des hommes. Pour les docteurs de la loi, tout est clair, prédéterminé d’avance. Ce qui a été écrit ou dit l’est pour toujours. Ils interrogent Jésus sur son droit d’agir autrement.

2018-B-Mt 5, 17-19 -mercredi 10e semaine ordinaire- sois un exemple non un législateur

Sois pour eux un exemple, et non un législateur. C’est la réponse que donne un grand priant du IVe siècle à quelqu’un qui lui demande comment donner des ordres. Il ajoute: garde-toi de les corriger, mais accomplis ce que tu aimerais leur dire […] S’ils veulent vivre, ils verront d’eux-mêmes. Sa réponse semble dire : il verra de lui-même en t’observant comment bien vivre. Ce grand priant, Abba Poemen, ne juge personne, se refuse à condamner et préfère bien vivre ce qu’il a à vivre.

2018-B-Mt 5, 33-37-samedi 10e semaine ordinaire- le pouvoir d'un oui

Il y a des questions toutes simples (qu’est-ce qu’on mange pour souper ?). Il y a des questions qui s’imposent à nous et qui ont le pouvoir de nous déranger: comment dire Dieu, aujourd’hui ? Que signifie rencontrer Dieu? Pourquoi prier ? Il y a des questions fermées qui commencent habituellement par un pourquoi ; des questions ouvertes qui, elles, débutent par un comment.

2018-B-Mt 6, 24-34 -samedi 11e semaine ordinaire- consens à ce que je te suffise

Consens à ce que je te suffise. Ces mots entendus par Marie de la Trinité, sont signés Jésus-Christ. Un comptable agrée, Pierre-Yves McSween, vient de poser dans son dernier livre[1] la question que l’évangile nous suggère de nous poser : est-ce que nous servons deux maîtres. Cette question appelle à un véritablement discernement sur ce qui est essentiel, utile ou nécessaire.

2018-B-Mt. 8, 5-17-samedi 12e semaine ordinaire -ministère de présence

En début de son imitation de Jésus-Christ, l’auteur, Thomas a Kempis (1379-1471) écrit : vanité que de viser les honneurs et de se faire valoir ; […] applique-toi à retirer ton cœur de l’amour des réalités visibles. Voilà qui décrit bien cet homme qui détenait beaucoup de pouvoir dans ses mains. Mais sa seule gloriole était de s’en remettre à quelqu’un d’autre.

2018-B-Mc 6, 30-34 samedi 4e semaine ordinaire- c'est le difficile qui est chemin

Il y a la joie de partir comme envoyés de Jésus. Il y a en parallèle à cette joie, la découverte d’une mission impossible à vue humaine. L’empressement des disciples à raconter au retour ce qu’ils ont accompli se confronte à une dure réalité : Jésus ne leur a jamais donné un message précis à annoncer ni énoncé quoi dire ou ne pas dire. Il ne les a pas envoyés en docteurs de la loi; il leur a seulement demandé d’aller de l’avant, peu importe le chemin.

2018- B- Mc 8, 1-10 - samedi 5e semaine ordinaire - nourrissez-les

Avons-nous soupçonné un seul instant en écoutant ce récit du pain multiplié que nous sommes en présence d’un geste révolutionnaire ? Jésus s’occupe des autres. Véritable révolution à l’époque. Le système religieux favorisait la logique de l’exclusion. Par son geste, Jésus ouvre sur une autre logique, celle de l’inclusion. Il offre à tous, peu importe sa religion, sa nationalité, sa culture, sa situation sociale, de quoi manger. C’est toute une révolution.

2018-B-Mc 4, 35-41- samedi 3e semaine ordinaire- avis de tempête

L’évangile parle de tempêtes. Aujourd’hui, nous parlons d’ouragan, de cyclone, de typhon, de catastrophe écologique. Mots différents, même réalité. Ça secoue. Ça brasse. Ça laisse décombres, destructions, désolations, effondrements. Ce matin, l’évangile décrit notre chemin quotidien. Notre vie se déroule en haute mer, non à l’abri de ports sûrs. Baptisés, nous recevons cette invitation à demeurer des rameurs experts et valeureux pour traverser vers une autre rive, malgré des vents contraires. Je te guide sur le chemin où tu marches, si tu y portes attention […], ta paix sera comme un fleuve (Is 47,18).

2018-B-Mc 2, 13-17 -samedi 1ière semaine ordinaire - Lévi ou l'appel d'aller vers le vide

Lévi était expert en détournement de fonds public; c’était son seul diplôme universitaire, son seul doctorat. Sa réponse rapide à l’invitation de Jésus semble indiquer qu’il éprouvait, malgré sa renommée, un grand vide intérieur. Un vide existentiel. Ce sentiment de vide fut le point de départ d’une «carrière» d’imitation de Jésus qu’il n’avait pas prévue. Dieu ne se glisse pas dans une âme encombrée et déchirée par une multitude de possessions (Clément d’Alexandrie).

Pages

S'abonner à Ordinaire