Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Noël

2009 -C- Mtt 2, 13-18 Lundi temps de Noël -- les saints innocents

Que de zones de violence sur notre terre ! Que d’endroits où les chrétiens sont de trop : Irak, Palestine, Afrique. Me revient en mémoire cette lettre circulaire qu’avait envoyée le prieur des moines de Tibhirine quelques semaines seulement avant leur massacre : La mort violente nous ne la désirons pas du tout, mais nous l’acceptons comme quelque chose qui pourrait bien nous arriver et qui serait dans la ligne du don que nous avons fait de nous-mêmes. C’était en mars 1996. Quelques années auparavant, le 17 octobre 84, c’était l’aumônier de Solidarnosc Père Jerzy Popieluszko, qui a été tué brutalement. Benoît XV1 vient de le déclarer vénérable pour l’héroïcité de son geste.

2009 - B : Mtt 4, 12-17. 23-25 Lundi temps de Noël Commencement de la Bonne Nouvelle

Rien ne fascine autant que le temps des naissances : naissance d’un enfant, d’un couple, d’un pays. Ce sont des rendez-vous avec le mystère. Toute naissance est un mystère qui ouvre à la vie, à l’être. Toute naissance est le commencement d’une histoire qui s’écrie devant nos yeux.

2009 - B-Lc 5, 12-19 Vendredi de Noël: le lépreux touché

Il y a la main du bourreau, du meurtrier. Il y la main qui ravage, blesse et tue. Cette main-là nous la voyons partout sur tous nos écrans. Il y a aussi cette main qui est un présent de Dieu que la fête de la Nativité vient de nous redire. Cette main qui touche et fais largesse. Cette main guérit tout ce qu’elle touche. Elle redonne la santé. Elle remet en route.

Devant cette main qui transforme tout ce qu’elle touche, saint Antoine de Padoue s’exclame et ce devrait être notre propre réaction : Oh, que j'admire cette main !

2009 -C- Jour de Noël -Jn 1, 1-18 toi notre salut.

La Parole qui était auprès de Dieu, qui était Dieu (Jn1, 1) a quitté son trône royal pour venir jusqu’à nous. Dans ces jours où nous sommes, Dieu nous a parlé par son Fils (Heb. 1,2). Il nous a tout dit par son Fils (Jean de la Croix).Des paroles en ce matin de Noël, à entendre sur le bord du mystère. Si nous entrons dans ces Paroles, nous serons saisis d’étonnement de réaliser que nous, humains, sommes ce que Dieu a de plus précieux (Tertulien au 2e siècle). Dieu a un faible pour nous. Nous sommes la faiblesse de Dieu. Vous êtes mes amis dit Jésus.

2008- B- Lc 2,22-35- 5e jour, octave Noël - purification de Jésus- Syméon

Je note d’abord que Syméon se comporte comme chacun d’entre nous. Avant de saluer la mère, il s’est empressé de prendre l’enfant, de le porter dans ses bras. Ce n’est qu’après qu’il se tourna vers les parents comme pour confirmer qu’ils seront toujours second dans la vie de cet enfant. Ce geste que nous décrie Luc fait partie de nos us et coutumes. Devant un nouveau-né, il y a en nous un empressement à nous diriger vers son berceau, à le prendre dans nos bras, accompagné de son inséparable acclamation : Il ressemble à sa mère, à sa petite sœur etc.

2008 -A- Lc 5, 12-16 Vendredi 2e semaine Noël - le lépreux purifié

Ému de compassion, Jésus étendit la main, le toucha. Ému par une immense compassion, François, par un baiser, geste inconcevable s’il en est un, laissa voir sa folie de vivre littéralement le saint évangile. Ce toucher de Jésus comme ce baiser de François demeure aujourd’hui comme il l’était hier, une folie à nos yeux. Pour Jésus comme pour François, osons le dire, le lépreux était si beau, qu’il a touché leur cœur. Le lépreux était si sincère dans son regard qu’il a « provoqué » un geste inouï d’audace qui ne pouvait passer inaperçu. En s’approchant de Jésus, le lépreux était déjà sauvé en espérance. Et le lépreux, quant à lui, ne pouvait pas contenir sa langue. Ne pouvait pas respecter l’ordonnance du silence.

2008 - A- Mtt 3, 13-17 Baptême de Jésus

Benoît XV1 déclarait aux évêques Coréens en visite ad Limina (déc.2007) que « le baptême nous donne accès à la demeurance du Christ en nous. » C’est beaucoup plus qu’un « acte de socialisation dans la communauté (Eglise), plus qu’un rite social de bienvenue (Benoît XVI spes salvi #10). En nous faisant entrer dans cette demeurance de Dieu, ce geste rituel donne de la perspective à nos vies : « les cieux s’ouvrirent ». Oui, nous avons un bel avenir devant nous.

2008-A- Lc 2, 16-21 Jour de l'an- Devenir « bénédiction de Dieu »

C'est avec une bénédiction, la bénédiction prononcée par Aaron et ses descendants sur les fils d'Israël, que l'Eglise nous invite à entrer dans cette Année Nouvelle : « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi Son visage, qu'Il se penche vers toi ! Que le Seigneur tourne vers toi Son visage, qu'Il t'apporte la paix ! » .

Pour donner tout son sens à cette bénédiction, pour nous en faire saisir toute la profondeur et la beauté, la liturgie nous en offre une clé en la personne de Marie. Dès sa naissance, Marie fut « comblée de grâce ». Elle fut bénie de Dieu.

2007- A : Mtt 2, 13-18 -saints innocents.

Pour créer notre terre, pour que naissent le jour et la nuit, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, pour que la lumière soit, que la vie soit, il n’a fallu qu’une Parole créatrice : «Et Dieu dit». Pour que notre terre redevienne « commencement de la Bonne nouvelle », «vous m’avez donné de la peine» dit le prophète Malachie (2,17). Il a fallu que cette même Parole créatrice, par lequel le monde a été si « merveilleusement crée »(Oraison messe du jour de Noël) entre « plus merveilleusement » dans le monde.

2007-C- Vendredi 1e semaine après Noël - Jn 1, 43-51 Nathanaël, je t’ai vu

Ce passage de Jean est magnifique et merveilleux.

Magnifique : Le mystère de la Parole qui était auprès de Dieu, qui était Dieu, « le Verbe de Dieu qui porte tout ce qui existe (He 1,3) », a voulu naître parmi nous pour se faire voir. La Parole qui était là, dès la création du monde mais qui na pas été reconnue, s’est rendue visible à nos yeux pour éviter d’être ignoré de nous. Par la voix des anges, Elle s’est faite voir aux bergers, les premiers adorateurs de l’Histoire.

Pages

S'abonner à Noël