Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année a

2020-A- Jn 15, 1-8- mercredi 5e semaine de Pâques - demeurer dans le Père

Cette semaine, la liturgie est toute centrée sur le Père, sur notre union au Père. Et pour voir le beau fruit que produit cette union, mon regard se porte sur dom Giuseppe Berardelli, prêtre du diocèse de Bergame durement frappé par le COVID 19. Atteint du virus, il est décédé en fin de mars après avoir cédé sa place à une personne plus jeune dans le service de réanimation où il était hospitalisé. Dom Giuseppe est mort comme un prêtre. Je suis profondément bouleversé que, lui, curé de Casnigo, ait renoncé [à sa place à l’urgence] pour la donner à un plus jeune que lui, a-t-on écrit dans le journal local.

2020-A- Jn 6, 60-69- samedi 3e semaine de Pâques- fais de ta maison un ciel

En conclusion de sa longue réflexion sur l’eucharistie, Jean observe que le message de Jésus ne passe tout simplement pas. Plutôt que de susciter l’admiration, Jésus provoque la colère. Il choque. Qui est-il pour nous donner sa chair à manger (Jn 6, 52) ? Cette parole est rude ! Qui peut l’écouter (v.60)? Certains ne croient pas cela (v.64) et beaucoup vont le quitter (v.66). Et vous, nous demande Jésus, voulez-vous partir ?

2020-A-Jn 12, 44-50 -mercredi 4e semaine de Pâques- montre-moi ta lumière

Une demande monte en moi à la lecture de l’évangile de ce matin. Montre-moi la lumière. L’écrivain britannique C. S. Lewis raconte l’histoire de Robin, un aveugle de naissance. Une intervention chirurgicale lui redonna la vue. Il déborde de joie de voir la pièce où il se trouve, la table où il mange, la fenestration abondante. On peut lui avoir expliqué auparavant ce qu’est la couleur de la pièce, la dimension de la table, il n’en avait qu’une sensation de beauté et de grandeur.

2020-A-Jn 14, 7-14- samedi 4e semaine de Pâques- expérimenter et non dire Dieu

Ai-je bien lu ? Entendu ? Quelqu’un, un être de chair, un humain comme moi, me montre quelqu’un d’autre. Chaque fois que je lis et relis ce passage de Jean, une compréhension nouvelle émerge en moi. J’ai beau lire, relire, lire à nouveau, j'ai toujours la même impression : quelqu’un m’apparait différent et chaque fois une forte impression surgit en moi comme si je suis devant un Dieu surgissant (Maurice Bellet).

2020-A- Mc 16, 15-20 - Évangéliste Marc- la vraie vie selon Jésus

Marc ne donne aucun compte rendu de la résurrection. Son récit est sobre (Mc 16, 1-8) : quelques femmes, un tombeau vide, un homme habillé de blanc, un envoi en Galilée. Ce récit est tellement sobre que d’autres se sont permis d’ajouter la finale que nous venons d’entendre (Mc 16, 9-20). Marc termine son évangile sur une évidence. Le vivant a transformé la vie ordinaire des disciples. Jésus, le nouveau Jésus, est tellement plein de vie qu’il change radicalement leur regard sur la vie. Et ce regard n’en finit pas d’être le levain dans la pâte humaine.

2020-A-Jn 3, 16-21- mercredi 2e semaine de Pâques- Dieu a envoyé son fils

Dieu a envoyé son fils dans le monde. Réfléchissons un peu. Quand je suis envoyé, j’accepte de délaisser, de me distancer de quelque chose, d'une personne, pour m’approcher d’une autre chose ou de quelqu’un d'autre. Je délaisse un milieu, je quitte une situation pour quelque chose d’autre, temporairement ou en permanence. Le mot implique deux mouvements : celui de sortir et celui d’arriver ailleurs. C’est une sortie de quelque chose pour entrer dans quelque chose. Tout envoyé délaisse une situation ou prend une distance face à quelqu’un. Envoyer quelqu’un ou être envoyé c’est accepter de changer de situation, de sortir d’une situation précise pour aller vers une autre situation.

2020-A-Jn 6, 35-40 - mercredi 3e semaine de Pâques- diminuer et croître

Autrefois, Dieu se rendait visible dans la manne qui tombait du ciel. Ce rendez-vous de Dieu avec nous est devenu vérité dans l’étable de Bethléem. Et le verbe s’est fait chair. Maintenant, Dieu se rend visible sous une autre forme. Prenez et mangez, ceci est mon corps. Il ne s’agit pas seulement de savoir cela, mais d’expérimenter que c’est maintenant dans nos étables, nos pauvretés, nos cœurs que le Verbe se fait chair. Et cela change tout.

2020-A- Lc 24, 13-35 - mercredi octave de Pâques- Emmaüs, chemin de rencontre

Ce n’est pas un récit d’apparition de Jésus. C’est un récit qui insiste sur la reconnaissance d’une présence. Seul l’évangéliste Luc présente le vivant qui passe plusieurs heures avec les disciples en partageant leur route, leur déception, discutant avec eux, marchant avec eux sur le chemin du retour à leur «ancienne» vie, prenant le temps de s’asseoir à leur table comme il l’avait fait si souvent auparavant.

Voilà deux disciples qui n’attendaient plus rien de Jésus. Malgré leur foi éteinte, ils ne cessaient de penser à Jésus. Ils se remémoraient ce qu’ils avaient vécu avec lui. Le bruit que des femmes l’auraient vu vivant ne dissipait pas leur découragement, leur doute.

2020-A-Mc 16, 9-15- samedi octave de Pâques- désir émergeant de vivre

Tout au long de cette octave, nous avons écouté des récits de différentes apparitions de Jésus. En écoutant ces récits, les auteurs confirment que la résurrection de Jésus est plus que celle d’un seul homme. C’est aussi celle de chacun de nous. Pour les voyants du vivant, la vie n’est plus comme avant, attestent les sources chrétiennes.

Ces récits présentent un modèle de réussite de toutes les résurrections minimes et humbles, grandes ou petites qui se vivent chaque jour autour de nous. En nous. Jésus ne se montre pas pour prouver qu’il a vaincu la mort. Il se montre pour attester que la mort ne tue pas la vie.

2020-A- Jn 8, 31-42 - mercredi 5e semaine Carême- maître de la loi ou de la vie

À chacune des pages des quatre évangiles se dégage un affrontement entre deux façons de vivre en «religieux» : avec un cœur endurci ou avec un cœur compatissant.

Le cœur endurci est un cœur idolâtre qui ne voit pas les autres. Vous avez des yeux et ne voyez pas (cf. Mc 8, 18). Jésus observe chez ses interlocuteurs qu’un cœur endurci conduit à des litiges, à la guerre, à l’égoïsme, à la destruction du frère, à oublier la générosité de Dieu, sa gratuité offerte à tous. Ce cœur est sans cœur, sans compassion.

Pages

S'abonner à Année a