Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année b

2018-B-Mt 11, 20-24 -mardi 15e semaine ordinaire- faire repartir le feu

C'est avec des eaux usées que Dieu fait des eaux pures. C'est avec des eaux troubles qu'il fait des âmes transparentes (Péguy). Quand vous verrez beaucoup de misères et de déchets dans la vie de quelqu'un, dites-lui qu'il y a des chances que ça donne de belles fleurs (Pierre Monier). Le pape François affirme dans son exhortation sur la sainteté (no 42) que même quand l’existence d’une personne a été un désastre, même quand nous la voyons détruite par les vices et les dépendances, Dieu est dans sa vie.

2018-B-Mt 11, 25-27-mercredi 15e semaine ordinaire - révélation aux enfants

Il y a le magnificat de Marie. Nous le chantons tous les soirs aux vêpres. Il y a le magnificat de Jésus que vient de nous présenter Matthieu ce matin. Jésus est dans un état de joie, d’exultation, de louange. Mieux encore, Jésus est en état d’extase, de ravissement devant son Père. Père, je te rends grâce.

2018-B-Mt 12, 1-8 -vendredi 15e semaine ordinaire - une religion façade

Nous assimilons souvent la religion comme tout ce qui s’y rapporte, à un effort, à un ensemble d’obligations. Si je comprends bien l’évangile de ce matin, Jésus nous invite à prendre des vacances de la religion entendue comme des choses à faire. À n’en pas douter, en ne ramenant pas ses disciples à l’ordre, Jésus fâche et irrite au plus haut point les leaders religieux qui insistaient sur mille et une prescriptions plus tatillonnes les unes que les autres. Eux qui passaient des heures à scruter les Écritures négligeaient les simples petites joies de la vie, comme manger de bonnes choses, même le sabbat.

2018-B-Mt 12, 14-21 - samedi 15e semaine ordinaire - qu'as-tu fait de ton frère ?

Voici mon serviteur que j’ai choisi. Chaque jour cette semaine, Matthieu nous présentait un serviteur qui était plutôt dérangeant. Isaïe ajoute, et c’est loin d’être reposant tant il laisse à entendre que ce serviteur est quelqu’un d’important, je ferai reposer sur lui mon esprit. Jésus est un serviteur plein d’esprit de liberté, d’égalité et de fraternité, pour citer la devise française. Le mot qui le définit le mieux est déchirure (Gui lauraire)

2018-B-Mc 9, 38-40 - mercredi 7e semaine ordinaire- parole aux absents

Aujourd’hui ou demain…nous irons dans telle ou telle ville […], nous ferons du commerce et nous gagnerons beaucoup d’argent (Jc 4, 13). Et Jacques ajoute : vous mettez votre fierté dans vos vantardises. Quand j’entends cela, j’ai l’impression de lire un texte écrit pour nous aujourd’hui. Que de projets nous avons pour faire fructifier les choses mondaines, pour utiliser le langage du pape. Que de poules aux œufs d’or nous espérons. Toute notre vie quotidienne est souvent orientée sur l’avoir, la recherche d’un plus.

21018-B-Mc 10, 13-16-samedi 7e semaine ordinaire- une déchirure attendue

Quelle est grande et spontanée la sympathie de Jésus envers les plus faibles. En entendant Jésus leur dire de ne pas éloigner les enfants de lui, les apôtres, ce jour-là, ont du être secoués parce que cette attitude se situe à des années-lumière de leur manière de vivre. Elle va à contre-courant de tout ce qui est acceptable, tolérable.

2018-B-Mc 10, 32-45- mercredi 8e semaine ordinaire-se perdre de vue

Nous ne sommes pas encore totalement perdus à nous-mêmes. Nous ne le serons jamais parce que nous avons peur de nous perdre de vue. Et voilà bien le point central de cet épisode des fils de Zébédée. Quand nous entendons la question pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, nous songeons spontanément à celle de donner sa vie, celle du martyr. Nous songeons moins à nous perdre de vue, cette autre croix. Se perdre de vue est une situation pénible et amère.

2018-B-Mc 14, 12-26 -Corps et sang du Christ- héritage et espérance

Nous venons d’entendre à travers ces trois lectures le récit de l’histoire du salut débuté avec Abraham, scellé avec Moïse et réalisé par ces paroles de Jésus : ceci est mon corps, ceci est mon sang. Devant cette histoire, Angèle de Foligno disait et cela s’adresse à nous pasteurs : si le prédicateur, au moment de parler, arrivait à voir l’ineffable […], il dirait à la foule : Allez-vous-en, car je suis incapable de parler de Dieu, je suis insuffisant.

2018-B-Lc 2, 41-51- Coeur immaculée de Marie

La demeure du Fils de Dieu, ce n’est pas d’abord le corps de Marie, mais son Cœur, vient de nous dire l’oraison de ce jour, qui se termine par des mots très forts, pour devenir le temple de sa gloire. L’oraison du huit décembre précise que Dieu a préparé à son fils une demeure vraiment digne de lui. Saint Augustin percevait très bien l’importance à donner à ce cœur : Marie a conçu d’abord son fils dans la foi avant de le concevoir en sa chair.

2018-B-Mt 5, 33-37-samedi 10e semaine ordinaire- le pouvoir d'un oui

Il y a des questions toutes simples (qu’est-ce qu’on mange pour souper ?). Il y a des questions qui s’imposent à nous et qui ont le pouvoir de nous déranger: comment dire Dieu, aujourd’hui ? Que signifie rencontrer Dieu? Pourquoi prier ? Il y a des questions fermées qui commencent habituellement par un pourquoi ; des questions ouvertes qui, elles, débutent par un comment.

Pages

S'abonner à Année b