Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Saints d'ici

2014-A Mt 11, 25-30 François d’Assise, un superbe être humain

De quel saint vous vous sentez le plus proche, demandait au pape François, le journaliste non-croyant Eugenio Scalfari qui l'interviewait ? Tout en refusant de classifier par ordre d'importance les quatre saints qu’il venait de nommer, l'évêque de Rome (c'est le titre que François, le pape, préfère) mentionnait sa proximité avec le saint d'Assise qui est, dit-il, l'exemple le plus lumineux de l'agape dont nous parlions tout à l'heure.

2014-A- Jn 10, 11-16 : Mgr de laval, un vrai vivant

Le temps pascal est celui d'un combat. Le combat de la joie. Celui de laisser la joie nous guider (cf. 1 Pi, 3-9), nous travailler de l'intérieur jour après jour, année après année quelque soit la lourdeur de notre quotidien. Cette joie nous la recevons d'un Vivant sorti du tombeau. D'un Vivant sorti d'une vie d'horreur vécue sans animosité, ni désir de vengeance. Cette joie est une force révolutionnaire qui fait toute chose nouvelle (Ap 21, 5). Qui rend toute vie nouvelle. Toute création nouvelle (Ga 6, 15).

2014-A-Mtt.11, 25-30- Frère André. Du collège Notre-Dame, peut-il sortir quelqu'un de grand ?

Il y a l'homme, le frère André, que certains ont vu de leurs yeux, ont touché de leurs mains. Nous admirons son œuvre qu'est l'Oratoire. Il y a aussi un homme à découvrir. Ce qui était caché en lui, son secret, l'emportait beaucoup sur ce qui se voyait. Dieu, celui dont nous saluons en ces jours la visibilité discrète, voire effacée, dans l'histoire humaine, réservait à cet homme sans santé, fragilisé dès sa jeunesse, un parcours incroyable.

2013 - C: Jn 15, 9-17 Marguerite Bourgeois - : une véritable porte de la foi.

C’est aujourd’hui la fête d'une femme venue d'ailleurs, de Troyes en France, pour être ici, chez nous, une véritable porte de la foi. Une source d'inspiration en ce temps d'évangélisation. Une femme véritable mère de la colonie, tant elle a enfanté à la foi, engendré à la foi. Une femme qui a cru en la bonne nouvelle, une admiratrice de la bonne nouvelle, une experte en «demeurance» dans l'amour de Dieu, dans sa Présence. En Sa présence, elle a vécu en ressuscitée. Elle a incarné le ressuscité.

2013 - C : Frère André :il a choisi des illettrés -Mtt 11,25-

Nous venons d'entendre la description d'une nouvelle manière d'être humain: être doux et humble de cœur, être plein de compassion; mener une vie dépossédée de tout joug, de repos en lui. Une page-appel à nous habituer à être complètement humain. C'est humain, dans notre nature profonde, de vivre en Dieu tant Dieu est notre être. Dieu est en toi, disait le prophète Sophonie (3,14-18), c'est lui [...] qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera […] il dansera pour toi avec des cris de joie [...]j'ai écarté de toi le malheur

2012-B -Mt 25, 31-40 -Mère Gamelin : une sortie de table remarquée.

L'incarnation, c'est Dieu qui se courbe très bas pour nous étreindre de son amour. Cet abaissement décrit l'humilité de Dieu. Notre foi clame qu'un Dieu s'est identifié aux affamés, aux assoiffés, aux étrangers, aux prisonniers, aux mal-aimés. Qu'il se laisse voir en eux. Le Dieu Jésus se réjouissait d'être avec les gens simples et ceux qui sont rejetés par leur entourage et la société. Il montrait ainsi sa nature profonde, sa divinité dans un visage de miséricorde, de douceur, de tendresse, de bonté débordante.

2012 -B - Jn 15, 9-17 -Marguerite Bourgeois - une «transmetteuse» de la foi

Vous qui êtes avancés sur ce chemin [de demeurer dans son amour], il vous reste toujours à le préparer afin que, du point où vous êtes parvenus, vous alliez toujours de l'avant... Nous parlons d'avancer sur ce chemin, plût au ciel que nous nous soyons au moins mis en route. Ces mots de Guerric d'Igny (XIIe siècle) ne sont-ils pas une belle manière de nous représenter la vie de celle qui, chez nous, fut la porte de la foi (Benoît XVI)?

2012-B- Mt 25, 31-40- Marguerite d'Youville, une nourrice de Dieu -

Ce ne sont pas ceux qui parlent beaucoup de Dieu, ni les contenus de la foi qui dérangent. Ce qui marque aujourd'hui notre entourage, ce qui le séduit, ce sont plutôt nos manières de croire, d'être des évangiles vivants. D'être des fous de Dieu. Le langage le plus puissant pour dire Dieu, c'est celui de lui prêter notre visage, notre bonté, notre sourire. C'est ce qu'à fait Marguerite d'Youville. C'est ce qu'ont faits les moines de Tibhirine

2012-B:-Jn 15, 1-8- Marie-Rose Durocher- demeurez dans mon amour

Pour m'exprimer avec des mots évangéliques, Mère Marie-Rose est une femme bien ordinaire d'ici qui a su déchiffrer les signes des temps (Mt 16, 3). Et ce n'est pas si simple que cela. Interpréter les signes des temps et y répondre, ce n'est pas seulement sentir l'esprit d'une époque, en saisir ces urgences, c'est écouter ce que l'Esprit dit aux Églises (Ap 2, 7). Cette lecture n'est jamais faite une fois pour toute

Pages

S'abonner à Saints d'ici