Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année b

1997-B -Lc 8, 1-3 - Vendredi 24e semaine ordinaire - des femmes accompagnaient Jésus ;

Les prémices du salut viennent des anges qui l ' ont annoncés ; des femmes qui l ' ont entendus avant de se dilater aux dimensions du monde. Il s ' agit là - Luc le confirme ce matin du déroulement pascal des choses. Des femmes ont été à la source du Salut. Des femmes qui ont aimé Jésus jusqu' à tout entreprendre pour le faire aimer.

1997-B -Vendredi 17 e semaine ordinaire Mtt 13, 54-58 départ des deux soeurs malgaches

Jésus était à ce point fils de la terre, fils d ' homme que Pilate n ' a jamais soupçonné toute la profondeur de ses paroles quand il a dit : " Voici l ' homme " . Jésus n ' est pas seulement un humain comme nous le sommes. Jésus est l' humain par excellence. Nous, nous sommes un parmi des milliards. Lui il est L 'HUMAIN qui se propose comme une interrogation à notre foi et à notre amour.

1997-B- Lc 12, 54-59-Vendredi 29e semaine ordinaire - ne pas juger soi-même

J’ai comme l’impression qu’en vous appelant “mes saintetés”, je suscite un certain malaise. On m’a même dit que je manquais ma cible. Je le fais par politesse. Si je vous appelle “ mes démones” est-ce que je vais manquer ma cible ? Vous savez comment l’habit ne fait pas le moine. Le seul avantage, c’est qu’il sert à couvrir et cacher ses péchés (S. Bernard, le Cantique, 55,2). Plus ça fait longtemps qu’on porte cet habit là, moins immunisé nous sommes contre le péché. L’enthousiasme du début nous aide à éviter la routine.

1997-B-Sainte Anne Mtt 13, 11a-16-17- une foi a raconter

Grâce à la foi . Voilà qui décrit bien la place de cette femme Anne dans cette mouvance vers la plénitude des temps. Grâce à la foi. Anne a entrevu ce jour de la réalisation de la promesse. La folie du mystère annoncée depuis des millénaires habitait le coeur de cette femme. Elle connaissait les Ecritures. Elle vivait par anticipation les joies de l ' heure de Jésus. Anne : une femme fascinée par l ' avenir que lui réservait sa foi, fascination qu' elle a transmise à Marie, à son entourage.

1997-B-Samedi18e semaine ordinaire Mtt 17, 14-20 manque de foi des disciples

Interroge les temps anciens” “ Ecoute Israël : le Seigneur ton Dieu est l’Unique, tu l’aimeras de tout ton coeur, de toute ton âme, de toutes tes forces”. Ce sont là des mots-mémoire de l’histoire naissante de notre foi. La mémoire - individuelle, collective - se nourrit de souvenirs, d’impressions, de sensations, de connaissance. Les peuples comme les individus, ont besoin de mémoire pour se développer. Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. Une foi sans mémoire est une foi sans avenir.

1997 -B- Jn 19, 31-37- Sacré-coeur

“Encore un petit coup de coeur”. Nous savons très bien, nous du terroir d’ici, que cette expression de notre langue signifie “ un petit peu d’amour, de courage et la tâche sera achevée”. Voilà dit autrement le sens de la solennité d’aujourd’hui. Ce “petit coup de coeur”, Jésus l’a fait sien sur la Croix. A travers, dit St-Bernard, les ouvertures de son corps, nous découvrons les secrets de son coeur, la tendresse de la miséricorde Dieu pour nous. (Sr Lemaire, St Bernard et les mystères du Christ, ed. Anne Sigier p.82)

1997-B-Mtt 8, 1-4-Vendredi 12e semaine ordinaire - le lépreux purifié

Voilà un beau geste qui dit le Dieu en qui nous croyons. Là où l' image de la personne humaine est déformée, bafouée, ridiculisée, Dieu en Jésus s ' indigne. " Ce Dieu né d ' une femme " ( St Cyrille) " ce seul Fils " s ' est fait intolérant devant l' oppression que faisait peser sur elle d ' autres personnes. Pour la Bible, le lépreux, image du rejeté par excellence, est avant tout un opprimé qui révolte Jésus, " Homme et Verbe " (St Cyrille). En lui redonnant la vie, Jésus nous dit quelque chose de son identité.

1997-B- Jn : 21 :15-19 vendredi 7e semaine Pâques

Dieu est un feu dévorant (Ex3 : 2-6) affirmait Moise. Dieu est amour (1Jn4 :16) repond Saint-Jean. Dieu est ce soleil tout prêt à entrer dès le matin dans notre appartemant aussitôt que nous en ouvrons les fenêtres . Ainsi parle St Jean de le Croix pour souligner que Dieu qui est feu dévorant , qui est amour, est toujours prêt à pénétrer en nous comme le soleil dans un appartement. Il suffit de lui ouvrir nos fenêtres pour se laisser blesser par l ' amour (Thérèse d ' Avila).

Pages

S'abonner à Année b