Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

2002-A : Mtt 22-34-40 Vendredi 20e semaine ordinaire - Qu’il est difficile d’aimer ?

Année A : Vendredi de la 20e semaine ordinaire (litao20v.02)
Mtt 22-34-40 Qu’il est difficile d’aimer ?

Maître quel est le plus grand commandement ? La question n’est pas inutile. Il est toujours bon et nécessaire de discerner ce qui est premier de ce qui est second. La réponse n’est pas facile car, parmi les 613 commandements de la Loi, il faut en éliminer 612, pour n’en garder qu’un seul, devenu le plus grand (22,36).

La réponse qui nous est donnée ici a marqué l’histoire et la vie de l’humanité toute entière depuis plus de trois millénaires. Nous n’en finirons jamais d’en découvrir le poids, la saveur, la justesse, la nouveauté, la beauté, bref toute la profondeur de ce plus grand....qui s’est fait le plus petit ! Une réponse qui est une véritable “splendeur de la vérité” pour reprendre le titre d’une encyclique de Jean-Paul 11.

Jésus - homme très religieux - ne fait que re-citer, que réciter ce qu’il avait lui-même appris, ce que tout Israélite, tout humain sait, désire le plus: Écoute Israël, tu aimerais. On demandait à Jésus ce qui est le plus grand. Il répond le plus grand et le premier.

Le premier car l’amour ne passera jamais. Le premier car il est réponse à Dieu qui nous a aimé le premier. Le premier mais suivi d’un second qui lui est semblable. Jésus s’est tellement identifié à nous qu’il nous est impossible désormais de séparer l’humain de Dieu (Mtt 25,40). Voilà qui contient (Ga5,14) tout l’Evangile. Voilà le chemin, la voie(1 Cor 12,31) pour vivre le Saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ(RegCl1,2).

A l’heure où l’amour est soumis au plus bas dénominateur commun - la facilité - nous avons vocation d’élever l’amour (humain et divin) à son plus haut : jusqu’à la croix. Nous avons vocation de dire du neuf sur l’Amour. Le véritable “miracle”- celui qui ferait accourir les foules-: voyez comme elles s’aiment. Le Père Bini ( j’allais dire Béni !) terminait la lettre, véritable hymne de Louange qu’il vous adressait en disant que ce monde aux ossements desséchés (1ère lect.) a besoin de voir proclamer hautement qu’il est encore possible de nous aimer les unes les autres. Il ne suffit pas d’écouter Jésus nous dire qu’aimer est le plus grand , il faut vivre entre nous de ce plus grand, devenir “théophanie” de ce qui est le plus grand. C’est le chemin pour ouvrir nos tombeaux (1ère lect). J’ajoute, c’est le chemin pour éviter d’être tombeau. Pour éviter que votre monastère, notre Eglise soit un lieu ossements desséchés.

Pour nous éviter d’être de ces morts-vivants, il nous faut désirer par dessus-tout d’avoir l’Esprit du Seigneur (RegCl 10-9). La 1ère lecture, elle, parlait de laisser Dieu mettre en nous son Esprit. Contemplatives, accueillir, concevoir, engendrer en nous ce qui est le plus grand, premier comme Marie nous en indiquait le chemin hier, il ya là de quoi à remplir toute une vie ici; meubler toute nos conversations (récréations) qui alors diront quelque chose de neuf sur Dieu parce qu’elles jailliront de coeurs embrasés de l’amour de Dieu....Dieu se dit en nous et par nous afin de faire de nos dialogues une théophanie de Sa présence(P. Bini, un hymne de louange). Dieu ne nous demande pas trop. Il nous demande tout. Tout notre coeur, toute notre personne. Tout notre esprit. La raison pour laquelle aimer Dieu, c’est Dieu lui-même et la mesure de cet amour est de l’aimer sans mesure disait St Bernard (fête mardi dernier)

A votre contemplation : dans sa Sagesse nous demande non seulement de l’Aimer, d’aimer notre prochain de tout notre coeur, de toute notre force en acte et en vérité (1Jn 3,18), mais aussi de nous aimer nous-mêmes, du même amour. Invraisemblable ! C’est cela qui est le plus grand. ( Je me demande s’il n’est pas plus facile alors de se haïr[Bernanos̈])Nous aimer entre nous comme nous aimons Dieu. Une eucharistie non pour tout faire pour aimer Dieu mais tout faire pour se laisser aimer. Rendons grâce au Seigneur, éternel est son amour (Ps). Et n’oublions jamais que celui qui aime est né de Dieu, Il connaît Dieu.. AMEN

Accueil : Les nations apprendront que je suis le Seigneur quand par vous, je me montrerai saint à leurs yeux, (Ezéchiel )ne jamais perdre de vue notre tache première qui est d’être un projet de Dieu vient de vous dire le Père Bini. Montrer Dieu nous dira Matthieu en vivant entre nous de ce qui est le plus grand.

 

 
 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
Dimanche, 1 septembre, 2002

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.