Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

2017-A-Mc 16, 15-20 saint Marc, évangéliste- être des «logos thérapeutes»

Année A : mardi de la 2e semaine de Pâques (litap02m.17)

Marc 16, 15-20 ; 1 Pi 5, 5-14 : être des «logos thérapeutes» 

L'amour du Seigneur, sans fin, je le chante (Ps 88). Chanter, annoncer d'âge en âge la solidité des enseignements que nous avons entendus (cf. Lc 1,4). Mais une condition s'impose, celle de demeurer en tenue de service. Mais qu'est-ce à dire ?

Une vie de service. C'est une vie de beauté à admirer, celle de l'effacement de soi que Pierre nomme l'humilité. C'est une vie de béatitude à savourer, un hymne à la joie à chanter, que le même Pierre identifie à la sobriété.  C'est une vie mystère à percer qui ouvre, dit encore la lettre de Pierre, sur une gloire éternelle. C'est une vie de combat à affronter avec son lot de souffrance, dit encore Pierre. C'est une vie évangélique dont il faut prendre soin.

Nous sommes envoyés pour annoncer l'infinie grandeur de la vie, son insondable beauté et pour en percer son mystère. Annoncer autre chose que cette Vie, tout autre évangile que celui-là, est insuffisant, insatisfaisant parce que nous trahirions l'empreinte digitale du Dieu qui nous envoie.

Marc, dont nous célébrons aujourd'hui la fête, s'est fait un «logo thérapeute», un chantre d'une manière de vivre qui fait sens. Il vécut comme une parole de Dieu (1 Pi 4, 11).  Cette manière de vivre a pris racine en lui en accompagnant les premiers évangélisateurs pour qui l'amour jaillissant du matin de Pâques était plus fort que le Vendredi saint.

Marc, dans un langage simple, présente une nouvelle qui a beaucoup de bon sens. Même s'il ne mentionne aucune «apparition» de Jésus, il le décrit comme quelqu'un qui surprend par des gestes authentiques, des «visitations» bienvenues, des gestes de compassion. Pour Marc, c'est la manière de vivre de Jésus qui fait sens.

Il fait entendre à ses auditeurs, pourvu que cela soit possible, ce mot-clé qui ressuscite toute vie, cet événement-clé qui permet de vivre bien jusqu'à supporter presque n'importe quoi et auquel aspire tout humain : aimer. C'est en entrant dans ce mot-clé jusque dans sa mort, en prenant dirions-nous aujourd'hui, le chemin des chambres à gaz de notre monde, que Jésus a trouvé et donné un sens à la vie.

La vie de l'évangélisateur n'est pas une quête de plaisir ni une recherche de pouvoir. C'est une quête permanente de ce mot-clé, de ce mot-sens dont Jésus a tracé le chemin par sa mort et sa résurrection. Annoncer autre chose que ce mot-clé, taire cet événement-clé de l'histoire, c'est risquer de devenir un envoyé «pervers», un «misérable» envoyé. C'est refuser de chanter l'amour du Seigneur (Ps 88).  

Chanter sans fin l'amour du Seigneur, comme l'exprimait tantôt le psaume, n'est pas difficile. Ce qui est difficile, c'est de se mettre en état de vivre ce que nous chantons. De vivre bien ce que nous chantons. Quand tu auras chanté avec ta voix, tu te tairas ; chante avec ta vie de manière à n'être jamais silencieux. Que non seulement ta voix chante les louanges de Dieu, mais que tes œuvres s'accordent avec ta voix (Ps. 146, 1,2). Pour plusieurs, il est plus facile d'aller à la messe que d'accueillir chez soi un migrant.

Jean Sullivan, homme d'une grande intériorité, a une expression pleine de gros bon sens, un peu étonnante pour un lecteur distrait, quand il dit qu'il faut mener une vie réduite à l'Évangile . Se «rapetisser» en vivant la beauté de l'amour pascal de Jésus sans compromis risque d'être très exigeant. Pour plusieurs, Pâques est une adhésion à une doctrine, une religion. La réalité est tout autre. Pâques, c'est une voie pour les uns; pour d'autres, c'est  la voie  à ouvrir, et qui demeurera toujours inachevée. C'est en marchant que Pâques se réalise en nous. C'est aujourd'hui que je commence à marcher. 

Cette voie ne sera jamais un copier-coller de ce qui a été écrit ou annoncé. C'est un style de vie à explorer, un style d'existence à inventer chaque jour, dans l'esprit de celui qui le premier nous en a tracé la voie. Nous devons apprendre chaque jour à nous comporter comme lui. AMEN.

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
avril, 2017

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.