Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

2015-B-Jn 3, 7-15- mardi 2e semaine pascale - Nicodème ou une bonne conversation théologique

Année B: Mardi 2e semaine de Pâques (litbp02m.15)

Jean 3, 7-15 : Nicodème, une petite conversation théologique

Qui n'aime pas Nicodème ? Il ressemble tellement à chacun d'entre nous. À nos états d'âme. Son comportement  est une belle photographie de ce que nous sommes. De notre culture aussi. Nicodème est un croyant ambigu. Il connaît les Écritures. Il n'est pas indifférent aux échos, qui lui viennent de la Samarie, de la Galilée, au sujet de Jésus. Il se sent intérieurement interpellé. Homme de science et chercheur de Dieu qu'il est, l'itinéraire de Jésus, un maître pour le citer, par ses gestes et ses paroles pas comme les autres (cf. Jn 7, 46), le fascine. Personne ne peut faire les signes que tu fais si Dieu n'est pas avec lui (Jn 3, 2).  

Devant nos yeux, un éminent docteur en Israël, notable et membre du Sanhédrin, et un maître venu de la part de Dieu entrent dans un dialogue, je dirais théologique, qui laisse profiler ce qui sera au cœur du message de Jésus : renaître d'en-Haut (v. 7). Mais, se demande Nicodème, comment est-il possible à quelqu'un de renaître quand il a écoulé la moitié de sa vie (v. 4)? Il ne sait pas ce que signifie naître de nouveau.  Pour Jésus, le naître de nouveau, c’est naître d’en-haut. Le Christ a apporté toute nouveauté en s’apportant lui-même (Saint Irénée). Le monde ancien est passé, une réalité nouvelle est là (2 Co 5, 12).

Ce dialogue-conversation confirme que la bonne volonté de Nicodème, son expérience de la vie, son savoir sur des vérités de la religion, tout son acquis humain, si bon et important soit-il, reste insuffisant pour entrer dans la communion de vie avec Dieu. Entrons dans l'étonnement de Nicodème d'entendre ce maître Jésus l'inviter en ouverture de leur dialogue, à renaître à l'essentiel. 

Jésus oriente le regard de ce chercheur de Dieu sur l'essentiel. Il l'invite à faire le ménage dans sa pratique religieuse qui ne le comble pas. Il fait voir à Nicodème que «maîtriser» toutes les règles de la loi, tous les règlements ne signifie pas pour autant rencontrer Dieu. Comme chemin pour renaître, Jésus lui propose de sortir de ses certitudes religieuses, de cesser de maintenir la nuque raide et le cœur dur (Aa 7, 51). Théologien, Jésus axe leur conversation sur ce qu'il ne connait pas, l'évangile de l'intériorité, qu'il connait parce qu'il vient d'en-haut. 

Conversation-dialogue qui a conduit Nicodème de chercheur de Dieu à témoin de Jésus. Nicodème aura besoin de temps pour comprendre le sens de ces paroles. Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde (Jn 8, 23). Son itinéraire est pour nous un chemin d'espérance car ce chercheur de Dieu s'engagera pour le Christ (Jn 7, 50 et 19, 39). L'évangéliste Jean mentionne au terme de son évangile, que Nicodème apportera un mélange de myrrhe et d'aloès, d'environ cent livres (Jn 19, 39) pour l'inhumation de Jésus. Cent livres, ce n'est pas anodin. C'est un nombre recommencement d'une vie nouvelle alors que quatre-vingt-dix-neuf est le symbole de la Résurrection.

Nicodème, c'est le premier notable pharisien qui demande à voir Jésus. C'est l'homme du premier pas. C'est le premier au tombeau, le premier à demander comment atteindre le Royaume de Dieu. C'est à chacun d'entre nous que revient de demander d'être, en ce grand dimanche, le premier à connaître cette vie pascale. Chacun d'entre nous est appelé à recommencer à naître de l'Esprit de notre baptême. Mais avons-nous le désir de renaître en ce temps difficile pour notre foi ? Avons-nous l'envie de connaître la joie de Nicodème en nous permettant, comme lui, ce dialogue-conversation-par-le-cœur avec Jésus ? 

Chaque baptisé, disait le pape François s'adressant au conseil pontifical pour la nouvelle  évangélisation,     est « christophore », c’est-à-dire porteur du Christ, comme le disaient les anciens Pères. Qui a rencontré le Christ, comme Nicodème, comme la samaritaine au puits, ne peut garder pour lui cette expérience, mais il ressent le désir de la partager, pour conduire d’autres personnes à Jésus (cf. Jn 4). Demandons-nous ce matin, si ceux qui nous rencontrent perçoivent dans notre vie la chaleur de notre foi et voient sur notre visage la joie de renaître chaque jour à l'Esprit qui fait toute chose nouvelle. AMEN.

 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
avril, 2015

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.