Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

2012-B-Lc 18, 9-14- Samedi 3e semaine carême - l'intériorité évangélique

Année B: Samedi 3e semaine CARÊME (litbc03s.12)
Lc 18, 9-14 : l'intériorité évangélique

Deux hommes montèrent au Temple. Le Temple, c'est notre fond intérieur où habite le Dieu trine. Ce qui est beau en nous, ce qui est grandiose en nous, c'est qu'au tréfonds de nous, Dieu y a fait sa demeure. Son être nous habite. Mieux, nous sommes l'être de Dieu. Deux hommes montèrent au temple, entrèrent dans ces vastes étendues de leur espace intérieur pour prier. Ils prirent la Voie royale qui mène à la rencontre de Dieu qui est celle du cœur.

Saint Luc, pourtant l'évangéliste de l'intériorité rencontrée dès les premières pages en la personne de Marie,  puis dans celui du fils prodigue rentrant en lui-même, début d'un beau retournement du fils soucieux de rentrer dans la maison de son Père, nous montre à travers la parabole du pharisien et du publicain que ce retour en nous-mêmes n'est pas une garantie d'une prière authentique.  D'une manière de vivre authentique.

Oui, la prière peut devenir occasion d'un «one man show». Moi, je ne suis pas comme le reste du monde. A travers l'exemple du pharisien, homme certainement très religieux que nous appellerions aujourd'hui le bon pratiquant qui jouit d'un à priori favorable tant dans la société que dans l'Église, Luc suggère que la voie royale de l'intériorité peut aussi devenir une voie royale d'un détournement pour se mettre en valeur.

Saintetés, nous pouvons parler à Dieu, prier Dieu sans jamais le rencontrer. Pire, il y a un danger d'illusion. Prier ne sera jamais occasion d'autosatisfaction. La prière du pharisien est une prière d'action de grâce pour le don qui lui est fait de ne pas être comme les autres. Entendre de ne pas être humain avec ses grandeurs et faiblesses. À ses propres yeux, il était juste, généreux, ce qui pouvait bien être vrai. Mais y avait-il place en lui pour Dieu ? Dans son temple, il ne voyait que lui-même. Son être profond n'était que lui-même.
 
Pour peu que nous soyons attentifs au récit de Luc, nous percevons dans l'attitude du pharisien, plus un observateur des autres qu'un priant à qui rien n'échappe. Il a même les yeux derrière la tête pour remarquer le publicain à l'arrière.  Il voit tout, analyse tout à partir de ce qu'il est. Son regard sur lui et sur les autres avait une allure de caisse de résonnance de sa propre gloire. Oui, nous pouvons dire des mots sur Dieu, parler à Dieu sans le rencontrer...

La vraie prière, celle que nous retrouvons chez les grands priants, celle plus orientale du nuage de l'inconnaissance, est très courte : prends pitié de moi, pécheur que je suis. Entendons-nous bien. Ce n'est pas une complaisance dans la médiocrité, dans nos faiblesses. C'est un chemin de descente vers celui qui habite nos profondeurs. Cette conscience de nous-mêmes ouvre sur une rencontre. Il ne s'agit pas de nous livrer à ce qui nous est possible, nos faiblesses, mais à ce qui nous est impossible, l'émerveillement de savoir Dieu entendre notre cri. Nos imperfections ne nous dispensent pas de nous approcher de Dieu, d'être des «saintetés». Ce que Dieu veut, ce n'est pas que nous soyons impeccables mais que nous demeurions unis à lui (Lorenzo Scupoli (1530) dans Combat spirituel, Cancres 2012, p.38).

Ce qu'il y a de commun entre ces deux priants, c'est qu'ils sont coupés des autres, l'un à cause de son regard d'admiration sur lui-même, l'autre à cause de son regard de destruction de lui-même. Ces deux «priants» nous habitent, habitent en nous-mêmes. Mais sachons que la prière que fait, dit le mystique Jean Tauler (1300-1361), l'homme extérieur sans l'homme intérieur ne sert pas à grand chose, voire à rien du tout.  Le psychothérapeute de renommé mondiale C. G. Jung rejoint l'essentiel de cette parabole quand il affirme que seul l’humain [homme] qui peut consciemment donner son assentiment à la puissance de la Voix intérieure devient une personnalité. Seul celui, celle qui sait entrer dans son temple intérieur est capable d'humer qu'il possède en lui le paradis de Dieu.

À votre contemplation: le Seigneur ne fait pas de différence entre les hommes (Ben Sirac 35, 12-18).   Il s'agit seulement de nous dilater le cœur pour héberger ce Dieu riche en miséricorde (Ep 2, 4).Une eucharistie sur notre route pascale pour devenir ce que nous contemplons et contempler ce que nous sommes, par grâce, le corps du Christ dans notre monde d'aujourd'hui. AMEN.

 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
septembre, 2012

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.