Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

2010-C-Lc 19, 1-10- Dimanche 31e semaine ordinaire- se laisser regarder par Jésus

Trente-et-unième dimanche du Temps ordinaire (litco31d.10)
Lc 19, 1-10 : SE LAISSER REGARDER PAR JÉSUS

L'évangile est rempli de gens qui veulent voir Jésus.  Songeons aux Mages, aux aveugles, à Syméon dans le temple: ­mes yeux ont vu ton salut. Ce soir, c'est Zachée, chef des collecteurs d'impôt qui n'était ni un enfant de chœur, ni de bonne réputation. Lui, le mal aimé, veut voir de ses propres yeux celui dont tout le monde parle. Surprise. Contre toute attente, Jésus, non seulement le voit en premier, non seulement l'appelle par son nom, mais s'invite chez lui: descend vite, descends de ta gloire éphémère, je vais demeurer chez toi, non seulement dans ta maison, mais je veux entrer dans ta vie, dans ton cœur.

L'activité première de Jésus dans l'évangile - et cela se remarque du début à la fin - est d'offrir à son entourage un regard qui ferme les yeux sur leurs péchés, un regard non haineux (première lecture), un regard qui sauve (Simone Weil). Le regard de Jésus est l'expression de son identité. De son moi profond. Il voit ce qu'il est.  Pour Jésus, aimer c'est voir (Saint Augustin).  Saint Ambroise, un grand évêque de Milan, disait que le regard de Dieu est tout pour nous. Il relève, fait exister, rend meilleur, transforme la pécheresse en évangélisatrice, ressuscite les blessés, etc. Devant ce regard qui sauve, le bienheureux cardinal Newman se disait: qui suis-je, pour que le Fils de Dieu ait de moi un si grand souci ? (Ps 8, 5) La lecture disait[ton regard] épargne tous les êtres parce qu'ils sont à toi.

Mais que voit Jésus en Zachée, en chacun de nous? Dit simplement: Parce que grand contemplatif de l'humain, Jésus nous voit à son image et sa ressemblance. Il nous voit dans notre beauté humaine intrinsèque. Pour confirmer son regard de beauté sur nous, il s'invite à demeurer en nous. Nous sommes le paradis de Dieu (Silouane). Et comme l'écrit l'évangéliste saint Jean, et c'est inexprimable parce que nos mots humains sont trop pauvres pour dire cette beauté-là,  rien - pas même nos misérables misères, nos comportements inhumains - ne peut nous séparer de l’amour de Dieu. Dieu est plus grand que notre cœur et connaît tout (1 Jn 3, 20). Et Paul nous disait tantôt que Jésus aura sa gloire en vous et vous en lui. Merveilleux échange de demeure!

Pour nous montrer notre beauté, non seulement il s'invite chez nous mais il accepte de descendre en nous, dans nos laideurs pour nous montrer qu'au-delà de nos laideurs se cache notre beauté originelle. À l'origine, nous étions de la race de Dieu. Dans l'évangile, Jésus ne s'invite pas chez les plus que parfaits, mais chez les moins que parfaits. Il ne craint pas, observait avec étonnement l'entourage de Jésus, de loger chez un pécheur. Il choisit le moins que parfait pour le rendre plus parfait, capable de partager sa béatitude éternelle.

Cette demeurance de Jésus a changé la manière de vivre de Zachée, pas nécessairement son métier. Zachée n'a pas suivi Jésus, mais il est devenu plus humain. Je donne la moitié de mes biens aux pauvres. Plus respectueux des droits d'autrui. Si j'ai volé quelqu'un.   En devant plus humain, Zachée a renoncé à utiliser sa fonction  de collecteur d'impôts pour se donner de l'importance. Il a renoncé à voir l'autre comme un minable payeur de taxe. 

Cette demeurance de Dieu en nous transfigure nos fardeaux quotidiens en fardeaux légers. En venant en nous, Jésus vient parfaire (notre vie de sainteté); ce que nous ne sommes pas capable de faire par nous-mêmes (saint Augustin). Si nous laissons Dieu nous travailler comme de l'argile dans la main du potier (Sir 33, 13), nous deviendrons deshumains rayonnant de la gloire de Dieu.

Ne nous contentons pas ce soir, durant cette eucharistie, de désirer voir Jésus. Osons nous exposer à son regard qui en rien nous humilie, nous rabaisse, nous déprime, nous fait sentir moins que rien.  Nous exposer à son regard, fait jaillir à la surface le meilleur qui est en nous. 

Jésus exprime à chacun d'entre nous qu’aujourd'hui le salut est arrivé pour cette maison car le Fils de l'homme est venu sauver ce qui était perdu.  Cette semaine, regardons notre entourage avec le regard de Jésus. AMEN.

 

 

 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
septembre, 2010

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.