Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

2009-B- Lc 1, 39-47 -Samedi 23e semaine ordinaire-Eph1, 3-6,11-12 saint nom de Marie

Année B : 23E SEMAINE ORDINAIRE fête du saint Nom de Marie
Eph1, 3-6,11-12  Lc1, 39-47

Et le nom de la Vierge était Marie. Parlons dit Saint Bernard encore un peu de ce Nom qui est interprété « étoile de la mer » et qui convient si bien à la Vierge Mère. C’estle seul Nom (qui) met en fuite tous les démons.  Parlons de ce nom qui nous réhabilite dans notre dignité d’image et ressemblance de Dieu. Nous venons de célébrer la nativité de Marie. Nous célébrons maintenant le nom qui a été la source de tant de merveilles (Saint Bonaventure). Nous célébrons le nom qui au XV11e siècle à Vienne en Autriche, a donné aux chrétiens la victoire sur le sultan des Turcs qui menaçaient de les soumettre à sa tyrannie.

Quelle suavité il y a dans ce nom salutaire, clef du Ciel (saint Éphrem), astre lumineux dit saint Bernard dans une homélie sur le nom de Marie qui brille dans les cieux et s’enfonce jusqu’aux profonds des enfers! Et il ajoute – et cela s’adresse à chacune d’entre nous — : ne détourne pas les yeux de l’éclat de cet astre si tu ne veux pas te noyer durant les bourrasques (de la vie). Quel baume délicieux que ce nom qui répand (sur nous) l’odeur de Dieu (saint Ambroise)!  Saintetés, ce n’est là qu’un faible écho de ce que représente ce nom de Marie pour les chrétiens. De ce qu’il signifie pour chacune d’entre vous. Un nom qui n’humilie pas, mais qui glorifie. Un nom bénédiction par lequel sont bénies toutes les générations de la terre (Gn 12,3).

En ce matin de recommencement, j’entends Paul nous dire que nous avons été prédestinés à la louange de la gloire de ce nom, nous avons été prédestinés à tressaillir de joie devant ce mystère de la naissance de Dieu en nous et de nous en Dieu. Nous avons été choisies pour être des outres neuves qui peuvent contenir le Vin nouveau (Mt 9,17). Comme l’exprimait Benoît XV1 lors de la L'Assomption, accueillir chez soi Marie signifie la laisser entrer dans nos profondeurs, de l’introduire dans le dynamisme de notre existence quotidienne. Qui regarde vers ce nom resplendira de lumière.

En faisant aujourd’hui mémoire de ce nom trois fois saint, de ce nom qui unifie l’humain et le divin, qui place Dieu sur la terre et l’humain dans le ciel (Pierre Chrysologue), de ce nom qui est moule de Dieu (saint Augustin), nous disons quelque chose de nous-mêmes. Nous faisons mémoire de quelqu’un de notre histoire – quel tressaillement il y a là-dedans! — qui nous rappelle que nous sommes, nous aussi de la race de Dieu, que nous sommes nés de Dieu. Notre grandeur est inséparable de la grandeur de Marie. Cette grandeur prend forme en nous quand comme Marie nous accueillons et gardons avec soin les paroles de son Fils.

Dans la contemplation de ce nom, nous découvrons que Marie est tellement dans la Parole de Dieu qu’elle ne prononce, qu’elle ne dit, qu’elle ne pense, qu’elle ne vit qu’avec des Paroles de Dieu. Et c’est ce que nous venons d’entendre dans l’Évangile. Origène exprimait jadis que ce qui fait la beauté et la grandeur de Marie, c’est qu’elle est dans sa personne même « logos » de Dieu. Elle est Écriture vivante, bible vivante, pourquoi pas une grande dame qui a dévoré la Parole, une grande Dame de la Parole que même les illettrés de la foi peuvent lire et admirer.

Ce nom peut sortir notre monde de cette maladie du sommeil spirituel que nous éprouvons présentement parce qu’il ne nous donne rien d’autre que Jésus.  Quand nous l’appelons « Marie », elle répond toujours « Jésus » tant ce nom nous fait entrer dans le mystère où tout est grâce.
 
Je termine par ces mots de saint Bernard : si tu es ballotté par les vagues de la jalousie, regarde Marie. Si surgissent en toi les vents des tentations, si tu navigues parmi les écueils des épreuves, regarde l’étoile, appelle Marie. Dans les temps d’angoisse, dans les perplexités, invoque Marie, pense à Marie. Que ce doux nom ne soit jamais loin de ta bouche, jamais loin de ton cœur. En suivant Marie, on ne s’égare point, en priant Marie, on ne craint pas le désespoir, en pensant à Marie, on ne se trompe point. Si elle te tient par la main, tu ne tomberas point, si elle te protège, tu n’auras rien à craindre, si elle te conduit, tu ne connaîtras point la fatigue… Puisses-tu comprendre par ta propre expérience pourquoi il est écrit : le nom de la vierge était Marie.  AMEN.

 

 



 

Évangile: 
Année: 
Épitres: 
Pérode: 
Date: 
janvier, 2009

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.