Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

2008- A-Jn 21, 1-4-Vendredi octave Pâques - des yeux du disciple bien-aimé

 Année A : Vendredi de octave pascal (litap00v.08)
Jn 21, 1-4   des yeux du disciple bien-aimé

Il y eut un matin, Jésus se tint sur le rivage et ses disciples ne le reconnurent pas. Ils étaient aveuglés par les événements des derniers qui ont bouleversés leur vie. Ils étaient secoués non seulement par les vagues de la mer, par les vents contraires. « Ils revivaient les ténèbres de l’antique chaos »(saint Pierre Chrysologue). Ils ne voyaient plus rien, ne reconnaissaient plus « leur » Seigneur, leur Jésus. Ils étaient convaincus que tout était fini.

Saint Jean nous présente dans ce passage probablement ajouté à son évangile, un récit d’une nuit sans rien prendre à une pèche en abondance « à droite de la barque». Dans ce récit, ce qui attire notre regard contemplatif, c’est moins le geste étonnant de ces hommes du Lac à « jeter à nouveau les filets », ni celui de l’apparition de Jésus qui a faim, qui demande à déjeuner, c’est plutôt la résurrection des disciples.  Tous les récits que nous avons entendus cette semaine parlent plus de la résurrection des disciples que des apparitions de Jésus.

En reconnaissant « le Seigneur » dans cet inconnu sur le rivage, nous assistons en final de l’Évangile de saint Jean, à une transformation radicale des disciples. Il y eut un matin et Jésus se tint sur le rivage afin que des disciples sans vigueurs dans leur foi, retrouvent l’audace dont parle la lecture des Actes ce matin.  C’est toute l’histoire de l’Église, sa mission d’évangélisation à «jeter les filets», avec ses peines et insuccès, ses pesanteurs et ses lenteurs, ses joies et ses enthousiasmes fougueux que nous offre à voir cette finale de saint Jean.

Contemplatives, contemplatifs, nous aussi, comme les disciples, nous sommes lents à reconnaître pour mieux en rendre compte en témoins audacieux, de cette grande et sublime vérité que le Seigneur est sur nos rivages, au milieu de nous. Aujourd’hui comme hier, Jésus a faim de nous. Il nous demande notre peu de poisson. Notre peu de foi.

Nous avons les yeux de Pierre, Nathanaël, des fils de Zébédée et des deux autres disciples. Nous ne voyons pas dans l’inconnu le Seigneur. Notre vocation ici est de nous donner ces yeux perspicaces du disciple bien-aimé qui a vu le Seigneur et l’a montré à Pierre. De le montrer à notre monde.  Nous avons cette mission d’aller dans nos « Galilée », cette mission d’être parce que nous avons les yeux du disciple bien-aimé- et c’est ça la vie monastique-, apôtres des apôtres qui sont dehors. Nous donner des yeux qui lèvent le voile qui cache sa présence sur nos chemins, urgence pascale. « Je suis avec vous tous les jours ». Pour cela, il nous faut « naître des réalités d’en Haut » (épître du jour de Pâques). « Que nous reste-il », demandait Paul VI « après avoir célébré les fêtes pascales ? Un grand souvenir ? Il nous reste le baptême qui nous ressuscite chaque jour ».  
 
À votre contemplation, notre monde a besoin de nous voir malgré les ténèbres et nuages en état d’ «alléluia » parce que « nous avons vu le Seigneur ». De nous voir en état d’alléluia des pieds à la tête et précise saint Augustin,  "par notre conduite et nos paroles, par nos sentiments et nos discours, par notre langage et notre vie". De nous voir en état d’«alléluia» comme chemin pour alléger notre fardeau, soutenir notre marche en ces temps où Jésus n’est pas connu; éviter de nous égarer dans l’acédie, le sommeil. De nous voir en état d’« alléluia » dans l’adoration comme dans la « grâce du travail ». 

Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui dansent sur des rythmes d’alléluia et qui sont des témoins vivants de la  bonne nouvelle pascale. Aussi bien maintenant  déborder d’alléluia tout au long de cette eucharistie pascale parce que c’est ce que nous vivrons durant toute l’éternité. AMEN
 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
avril, 2008

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.