Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

1999-A- Mc 11, 11-25-Vendredi 8e semaine ordinaire L’insoumis Jésus.

Année A : vendredi de la 8e semaine ordinaire (litao08v.99)
Mc 11, 11-25 L’insoumis Jésus.

Vers les années 30 de notre ère parut un homme que les plus hautes autorités religieuses voulurent supprimer ou tout le moins faire taire. Comme on dit aujourd’hui parut un homme qui fut mis à l’index, parce que non ses écrits mais son comportement fut jugé dangereux pour la foi. Les spécialistes de la foi le rejetaient. Il irritait les chefs religieux qui voyaient leur fief menacé. Paradoxe, les défenseurs de Dieu - ces théologiens de l’époque- devinrent ses accusateurs, ses exécuteurs. Trois ans suffirent pour l’exécuter alors qu’il venait d’en passer trente à l’écart sans faire de bruit autre que celui de fabriquer des meubles en bois.

Alors que chacun des quatre évangélistes donne de Jésus un portrait fort différent, ils s’entendent à merveille pour affirmer que les chefs religieux voulaient sa perte parce qu’il plaçait la personne humaine au-dessus de tout. Il plaçait Dieu au-dessus de tout. Jésus, nous le voyons ce matin par l’épisode du temple, du figuier, n’avait pas froid aux yeux. Avec audace, Il voulut briser des traditions qui permettaient de vendre dans le temple...Certains diront parce que c’était rentable. Il affirmait que les prostituées les précéderont dans le Royaume. ( Prenez le temps de retracer dans l’Evangile tous les gestes provocateurs de Jésus : épi arracher le jour du Sabbat, guérison le jour du Sabbat, manger avec les publicains, son invitation chez Zachée etc) posez-vous la question : suivez-vous Jésus jusqu’à devenir comme Lui, dérangeur) Le Père Bianci écrivait récemment en parlant de l’avenir du monachisme au seuil de l’an 2000 que ce qui principe de (sauvegarde) vie peut devenir aussi principe de mort. (Revue de spiritualité monastique: Coll. Cisterciensia, vol6l, 1999-1 p.13). Il faut être capable de vaincre l’instant abortif qui porte à étouffer tout germe de nouveauté de vie. Il faut la capacité de faire le deuil, d’accepter que meure ce qui n’est plus en mesure de faire vivre et sauvegarder les espaces de ce qui fait vivre.

Jésus a laissé sa trace dans l’histoire par son non conformisme. Nous parlons beaucoup de Lui parce qu’il nous a fait le don de la vérité qui rend libre. Dostoïevki avait compris cela quand il écrit : Pourquoi es-tu venu apporter le trouble car rien n’a jamais été aussi intolérable que la liberté ! Avouons-le Jésus n’était pas un cadeau. Peut-être était-il un cadeau empoisonné...d’un esprit de Pentecôte, dont le souffle ravage tout sur son passage.

Laïc itinérant, sans aucun mandat officiel, ni éducation spécialisée en religiosité, Jésus qui ne faisait pas le poids avec l’autorité d’alors a fait mal parce qu’il dérangeait des us et coutume. Le Père Roger Poudrier donne à son dernier ouvrage ce titre qui dit tout : l’insoumis de Nazareth. Voilà ou conduit le travail de l’Esprit. Faire de nous des insoumis, de gens non peureux lorsqu’il s’agit d’être Evangile, même de devenir contestataire au risque de se voir mis à l’index. Invitation nous est faite ce matin de devenir comme Jésus, cessez d’avoir peur (J-P.11) - des critiques écoutés par nos paroles et gestes posés avec autorité, en connaissance de cause. Pas surprenant alors de savoir que tout ce que vous demanderez dans la prière, vous l’obtiendrez.

Au théâtre, il ya des souffleurs pour les trous de mémoire des acteurs. Il y a en nous quelqu’un qui nous souffle d’agir comme Jésus. L’Esprit fait de nous des agneaux de Dieu au milieu des loups soucieux de préserver leur pouvoir. Il nous donne le pouvoir de vaincre la spirale d’une foi qui passe à coté du Jésus de l’histoire.

A votre contemplation : Jésus demeure le plus grand critique de notre histoire ecclésiale et pourquoi pas contemplative. Il agit ainsi parce qu’il est l’ami de son peuple. Une eucharistie pour nous donner une mémoire évangélique, une mémoire dangereuse qui rafraîchie nos manières d’être Evangile de Jésus. AMEN.

Accueil : En trois ans, Il est devenu tellement insupportable qu’il a fallu le supprimer pour le faire taire. Faut croire que nous ne sommes pas encore à ce point insupportable puisque personne ne nous a encore supprimer même avec de plus 50 ans ici ? Une eucharistie pour devenir des insoumis à la manière de Jésus.

RETOUR A MARC

 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
février, 1999

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.