Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année b

2015-B-Lc 14,4-34 mardi 31e semaine ordinaire - tous invités

Difficile à comprendre: beaucoup d'appelés et peu d'élus. Un festin ouvert sans condition : va sur les routes et dans les sentiers, mais une participation qui exige un vêtement de noces, précise Matthieu. Deux images fortes : un repas de noces à tous et des invités qui n'en profitent pas parce que leur souci est ailleurs. Un vêtement de noce qui met en jeu notre liberté. Si je comprends bien, nous sommes des invités qui risquons de s'exclure. Luther qualifiait cette parabole d'évangile de la terreur.

2015-B- Mt 12, 46-50 -présentation de Marie- nous glisser dans le cortège des mères de Dieu

On peut appliquer à Marie ces paroles du Père : Dieu a tant aimé le monde qu’il nous a donné sa Fils (Jn 3, 16). Marie a tant aimé le monde, chacun de nous, qu’elle nous a donné son Fils. Qui est ma mère ? Jésus est dans sa personne un consacré au Père. Marie dans sa personne est aussi une consacrée au Père. Comme son Fils, elle n'existait que pour faire la volonté du Père sur elle qui est une dynamique de confiance entre deux personnes plutôt qu'une obéissance stérile à une série de règles. En entrant dans cette dynamique de confiance, Jésus nous voit comme sa mère et les mères du monde.

2015-B-Lc 21, 5-10- mardi 34e semaine ordinaire - que rien ne te trouble

À quelle heure de l’histoire sommes-nous donc, écrit le Père Bernard Bro dans sons livre La beauté sauvera le monde ? Le bruit confus que l’on perçoit est-ce le piétinement des barbares prêts à tout casser ou bien le premier assemblage d’une nouvelle construction, plus belle ? [...] [Mais] la question n'est sans doute pas celle-là. L’ultime secret proposé à l’homme est de garder l’esprit ouvert à l’étonnement.

2015-B-Lc 11, 37-41- mardi 28e semaine ordinaire - nous, humains, avons deux yeux

Jésus n’est pas un contrôleur de rites mais un facilitateur de vie. Ce matin devant les pharisiens qui lui reprochent, ils ne font que cela dans l’évangile, de ne pas s’être lavé les mains, Jésus refuse d’agir pour citer le pape François, comme un douanier. Il refuse de réduire la religion en simple code de devoirs. La pratique de la religion ne consiste pas à épater la galerie. Ce qui est extérieur, nous dit Paul, tombe en ruine (2 Co 4, 16).

2015-B-Lc 12, 8-12 - samedi 28e semaine ordinaire- se prononcer pour Jésus

Je n’ai pas honte, écrivait Paul aux Romains (1, 16), d’être au service de l’Évangile. Paul ne s’est pas contenté d’écrire cela aux romains. C’était sa seule fierté. Larousse définit la honte comme le ressentiment pénible d’une grande gêne ou de déshonneur. La vraie honte pour Paul, c’est celle de ne pas vivre en témoin de Jésus. De ne pas être fier de sa foi.

2015-B-Lc 12, 35-38- mardi 29e semaine ordinaire - il y a un service qui sert et un service qui se sert

Une vie qui n’est pas service ne vaut pas la peine d’être vécue (Pape François, homélie à Cuba, 2015). Si quelqu’un veut être grand il doit servir les autres, pas se servir lui-même (Mc 9, 34).

L’Evangile que nous venons d’écouter nous place devant le mouvement que provoque le Seigneur chaque fois qu’il nous visite : il nous éveille. Nous réveille. Il nous fait sortir de notre somnolence pour mieux faire ta volonté (Ps 39) : Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté.

2015-B- Lc 13, 1-9- samedi 29e semaine ordinaire-le monde est plus qu'un problème

Pour ceux qui sont dans le Christ Jésus, il n’y a plus de condamnation (Rm 8,1). Pensez-vous que les Galiléens étaient plus pécheurs que vous ? J’ajoute cette déclaration du pape François dans l’avion le ramenant à Rome : qui suis-je pour juger ?

Aujourd’hui nous semblons ne voir que les tours qui tombent, que l’escalade de la violence qui touche des civils innocents, que ces migrants qui meurent en mer, que ces catastrophes naturelles, que la violence qu’il y a dans le cœur humain (cf. Loué sois-tu, #1).

2015-B-Lc 13, 18-21 - mardi 30e semaine ordinaire- des gestes insignifiants comme projet de Dieu sur nous

À quoi bon allumer une bougie dans l’obscurité qui nous entoure, se demandait le pape François durant la soirée de prières précédant l’ouverture du Synode ? L’évangile soulève une question semblable. À quoi bon une toute petite graine de moutarde comme chemin pour faire croître l’arrivée de Jésus dans les cœurs ?

1997-B-Mc 10, 42-45; dimanche 29e semaine ordinaire- monte plus haut

Le royaume qu’annonce Jésus - c’est une banalité de le dire - il est composé d’hommes et de femmes. Ça prendra des millénaires de travail d’évangélisation - d’évangélisateur à l’image de Jésus - pour en faire un Royaume de Dieu, une Terre nouvelle, combien désiré, souhaité mais qui apparait davantage comme un rêve..en couleur. Voilà ce qui monte en moi en lisant avec vous cette page de Marc. Il est question, au sein même de l’équipe initiale des premiers missionnaires, de l’existance d’un royaume d’affrontement, de rivalité. Ils s’indignaient contre Jacques et Jean.

Pages

S'abonner à Année b