Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Fêtes spéciales

2018-B-Mc 14, 12-26 -Corps et sang du Christ- héritage et espérance

Nous venons d’entendre à travers ces trois lectures le récit de l’histoire du salut débuté avec Abraham, scellé avec Moïse et réalisé par ces paroles de Jésus : ceci est mon corps, ceci est mon sang. Devant cette histoire, Angèle de Foligno disait et cela s’adresse à nous pasteurs : si le prédicateur, au moment de parler, arrivait à voir l’ineffable […], il dirait à la foule : Allez-vous-en, car je suis incapable de parler de Dieu, je suis insuffisant.

2013 -C: Dimanche Trinité Jn 16, 12-15 : une porte de la foi= se souvenir de Dieu

Un chrétien qui ne sait pas faire mémoire de Dieu n'est pas un chrétien, affirmait récemment le pape François (14 mai dernier). Il est plus important de se souvenir de Dieu que de respirer, disait un autre pape, saint Grégoire le Grand. Et nous sommes ici justement pour nous donner une mémoire qui vient du cœur, pas seulement de notre intelligence, nous donner une mémoire pour nous souvenir que nous avons été baptisés au nom du Père, du Fils et de l'Esprit. Nous sommes ici pour respirer deux bonnes nouvelles, celles qui sont le cœur et le centre de notre foi : notre Dieu est pluriel ; nous sommes le ciel de Dieu. Nous ferons notre demeure en lui.

2012- C - Lc 2, 41-51a Saint Joseph - grandeur de la modestie

n’est pas facile de parler de quelqu'un dont le langage est silence, qui écoute une voix entendue durant son sommeil et dont la vie est des plus modestes, des plus rudes, celle de charpentier (Mt 13, 55), une vie obscure, cachée, celle de simple artisan dépourvu de tout signe de grandeur personnelle (cf. Paul VI, 19 mars 1969).

Pourtant, il y a dans cet homme-effacement que Dieu avait formé pour Marie (Esprit Fléchier, 1632-1710) que l'évangile présente comme juste (Mt 1, 19), serviteur fidèle et prudent (Mt 24, 45); il y a dans sa manière de vivre qui est loin d'être spectaculaire et que le saint Frère André, fondateur de l'Oratoire-Saint-Joseph (Montréal), a compris, quelque chose à contempler : une vie belle, heureuse, très heureuse
.....

2012- C: Frère André -D'où es-tu Jésus ?- Jn 1, 11-18 :

D'où es-tu Jésus ? C'est par cette question que s'ouvre le livre sur l'enfance de Jésus que vient de publier Benoît XVI. Et Jean, l'évangéliste, dans un langage grandiose (p. 23), non seulement nous précise d'où vient Jésus mais répond, en ouverture de son évangile, à une autre question : qui es-tu Jésus ? La chair de Jésus, son existence humaine est la tente de la rencontre (p. 23). Le Verbe s'est fait chair, il a campé parmi nous... (Jn 1, 14); à ceux qui l'ont accueilli, il a donné de devenir enfants de Dieu (v.12). C'est à la fois renversant et redoutable.

2011-B- Lc 1, 26-38 -Immaculée conception: une beauté inaccessible.

Pas étonnante qu’elle soit belle, belle, belle plus que tout, elle est l’immaculée conception (Bernadette Soubirous). Celle qui a le soleil pour manteau, (Ap 12, 1), celle qui est plus jeune que le péché (Bernanos), elle est belle parce qu'elle a laissé la mort derrière elle. Belle parce qu’elle est entièrement revêtue de vie, celle de son Fils. Belle parce qu’elle est le signe de la victoire du oui redonnant à notre monde sa beauté originelle. Bell parce qu'elle donne naissance à un être humain vraiment saint. Belle parce que transparente du projet initial de Dieu sur chacun de nous d'être à son image et ressemblance.

2011-A-Lc 10,1-9- Évangéliste Luc - annoncer la beauté

Dans sa lettre apostolique La porte de la foi (# 7)qu'il publiait hier, annonçant pour l'an prochain une année de la foi, Benoît XVI, citant Augustin, affirme que les croyants se fortifient en croyant. La foi grandit et se renforce seulement en croyant, seulement en la partageant. N'est-ce pas l'expérience que Luc, collaborateur de Paul, évangélisé par l'apôtre en étant son disciple, nous fait comprendre ce matin.

2011-A-Jn 3, 13-17-Croix glorieuse- une croix qui éclaire nos croix

Pour l'exprimer avec clarté en ouvrant cette réflexion, cette fête de la croix glorieuse, association plutôt étrange de deux mots, éclaire nos croix. Elle est la plus grande œuvre du Christ (Jean de la Croix).Devant nos yeux de priants, le plus noir des événements de la vie de Jésus - Père, pourquoi m'as-tu abandonné - résonne de l'éclat d'une victoire. Étrange !

2011-C- Jn 2, 13-22-Dédicace du Latran- des cloîtres dans le monde

Il y la maison-édifice, celle construite de mains d'homme qui nous rassemble maintenant. Il y a la maison-peuple élu, Église de Dieu, cette foule immense invitée à veiller jusqu'au retour du Maître (Mt 25, 1-13). Il y a cette maison- temple de Dieu- que nous sommes. Mais, et Jésus vient de l'affirmer avec force et au péril de sa vie dans l'évangile, le Temple véritable, c'est lui-même. Jésus se présente comme étant dans sa personne, le lieu véritable de la rencontre avec Dieu. Le temple de pierres - fut-il la basilique du Latran - en est son ombre, disent les Pères de l'Église.

Pages

S'abonner à Fêtes spéciales