Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Année a

2018-B-Mt 11, 28-30 - jeudi 15e semaine ordinaire - des petits cailloux

Nous sommes tellement habitués aux récits des évangiles que nous ne remarquons plus ce qui est surprenant. Et qu’est-ce qui est surprenant dans cet appel ? Dieu s’inquiète de nous voir vivre écrasés par les événements qui nous arrivent. À la fin de sa lettre, Pierre lance cet appel : déchargez-vous sur lui de tous vos soucis puisqu’il prend soin de vous (1 Pi 5,7). Dépose ton fardeau sur lui, il prendra soin de toi (Ps 54(55).

2018-B-Mc 11, 27-33 -samedi 8e semaine ordinaire - autorité qui fait grandir

Jésus impressionne non pas en imposant, mais en s’exposant. Jésus n’est pas un législateur, mais un modèle. Marc nous met en présence de deux systèmes de pensée. Jésus rejette ce système de pensée où tout est blanc ou noir qui caractérisait les gardiens du temple. Si nous disons du ciel […] si nous disons des hommes. Pour les docteurs de la loi, tout est clair, prédéterminé d’avance. Ce qui a été écrit ou dit l’est pour toujours. Ils interrogent Jésus sur son droit d’agir autrement.

2018-B-Mt 5, 17-19 -mercredi 10e semaine ordinaire- sois un exemple non un législateur

Sois pour eux un exemple, et non un législateur. C’est la réponse que donne un grand priant du IVe siècle à quelqu’un qui lui demande comment donner des ordres. Il ajoute: garde-toi de les corriger, mais accomplis ce que tu aimerais leur dire […] S’ils veulent vivre, ils verront d’eux-mêmes. Sa réponse semble dire : il verra de lui-même en t’observant comment bien vivre. Ce grand priant, Abba Poemen, ne juge personne, se refuse à condamner et préfère bien vivre ce qu’il a à vivre.

2017-A-Lc 17, 11-19 -mercredi 32e semaine ordinaire- revenir au Seigneur

De nos jours, on voit beaucoup de gens qui prient, mais, hélas, on n'en voit pas qui reviennent sur leurs pas et rendent grâce à Dieu. N'ont-ils pas été guéris tous les dix ? Où sont donc les neuf autres ? Cette remarque a été prononcée dans une homélie du XIIe siècle par le grand saint Bernard. Elle pourrait bien aussi caractériser l’attitude des priants d’aujourd’hui.

2017-A-Mt 14, 22-33 - dédicace basilique Pierre et Paul

Qu’il est humain ce Pierre qui doute : si c’est bien toi? Qu’il est humain ce Pierre dérangé par des choses étranges : c’est un fantôme. Qu’il est humain ce Pierre qui s’empresse de protéger Jésus : cela ne t’arrivera pas. Qu’il est humain ce Pierre qui, au jardin des Oliviers, veut protéger sa vie : je ne connais pas cet homme. C’est à lui que Jésus a demandé : dis-moi que tu m’aimes; c’est à lui qu’il a confié son projet d’un savoir-vivre parfaitement humain qui excluait de faire de sa vie une maison de trafic, mais une maison de prière.

2017-A-Mt 12, 46-50 - présentation de Marie au Temple- vivre en familier de Dieu

Voici que je viens, j’habiterai au milieu de toi (Za 2, 14). Dès sa conception, Marie, par un privilège de Dieu, se voit tout entière habitée par Dieu. Elle est un chef-d’œuvre de l’artisan Dieu. C’est la familiarité avec Dieu qui fait de Marie un chef-d’œuvre. Marie est plus qu’un disciple, plus qu’une amie de Jésus. Elle est de la maison de Dieu. Des théologiens affirment qu’elle est partie prenante de la trinité.

2017-A-Lc 21, 34-36 -samedi 34e semaine ordinaire- la beauté d'être éveillé

Sommes-nous fidèles à notre vocation ? Pourquoi êtes-vous ici ? Étonnantes questions. Pourtant, ce sont ces questions qui nous tiennent en éveil et qui nous évitent d’éprouver des heures de somnolence. C’est en gardant en éveil ces questions que nous pouvons entrer dans le mystère de Jésus. Les oublier, les laisser vieillir en nous, c’est comme marcher sur un chemin sans savoir où nous allons. C’est éprouver que Jésus n’est plus la raison d’être ultime de notre vie. Nous sommes invités, par vocation, à nous tenir éveillés. Que c’est beau.

2017-Lc 16, 9-15- samedi 31e semaine ordinaire- des eaux usées à transformer :

Quand vous verrez beaucoup de misères et de déchets dans la vie de quelqu'un, dites-lui qu'il y a des chances que ça donne de belles fleurs (Pierre Monier). L’évangile vient de nous présenter en ceux qui sont dénudés d'une belle apparence, un jardin où abondent de belles fleurs. À une autre époque, Péguy écrivait dans un langage poétique, que c'est avec des eaux usées que Dieu fait des eaux pures. C'est avec des eaux troubles qu'il fait des âmes transparentes.

Pages

S'abonner à Année a