Vous êtes ici

Recherche dans les textes de "À lire pour vivre"

Textes récents

2017-A-Lc 9, 43b-45- samedi 25e semaine- écouter, une expérience de beaute

Ce passage suit immédiatement celui du Thabor où Jésus exprimait qu’il lui faut beaucoup souffrir. De toute évidence, les témoins du Thabor, et plus tard les autres disciples, ne comprenaient pas ces paroles […] qui restaient voilées pour eux, si bien qu’ils n’en saisissaient pas le sens (Lc 9, 45). Et nous ?

2017-A-Lc 8, 4-15- samedi 24e semaine ordinaire- pas curieux, le semeur

Ce matin, mon émerveillement porte sur le peu de souci du semeur de trouver une terre parfaite. Il ne s’interroge pas ni n’interroge personne pour s’informer de la qualité du sol avant de semer. Il ne pose pas de questions sur la qualité de la terre, sur les précédents propriétaires ou si elle exige une semence spéciale. À quoi a-t-elle servi auparavant ? A-t-elle besoin d’être dépolluée ? Y a-t-on ensemencé une graine génétiquement modifiée ? Possède-t-elle un certificat «vert» ?

2017-A-Lc 9, 1-6 - mercredi 25e semaine ordinaire- investir par le coeur

Je commence cette réflexion par ces mots écrits au XIVe siècle pour le grand priant Ruysbroeck : dans l’Église primitive, les apôtres et les saints évêques marchaient de par le monde et convertissaient les païens. Mainte-nant, c’est une histoire différente. Quand un évêque ou un abbé visitent son peuple, il arrive avec ses quarante chevaux, sa famille étendue et à grands frais. Mais lui-même n’a rien à payer. Le changement était dans la bourse et non dans le cœur (traduction libre de ma part).

2017-A-Jn 19, 25-37 Padre Pio, transparent de Dieu

Près de la Croix se tenaient sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Ces femmes ont vécu la passion de Jésus jusqu’au fond de leur cœur, jusque dans les terreurs de la mort, pendant que Jésus souffrait dans son corps sur la croix.

Aujourd’hui, la liturgie nous fait contempler quelqu’un, Padre Pio, dont on a dit qu’il était un transparent de Dieu. Durant plus de cinquante ans, il a vécu non près de la croix, mais sur la Croix. Il a vécu avec les plaies de Jésus sans rien en dire parce que se jugeant indigne d’un tel honneur.

2017-A-Lc 9, 1-6 - Frédéric Janssoone

Voilà quelqu’un qui a vu Dieu. Il a été marqué par ses douze ans passés en terre sainte. . Il est tombé en amour avec la terre de Jésus. Il a fait corps avec cette terre pour mieux faire corps avec le Christ. Il a profondément rencontré Dieu, il l'a contemplé, se cachant sous le nuage à la manière de Moïse; il a vraiment compris qu’il ne pouvait le voir face à face, mais seulement de dos, sinon Dieu ne serait plus désirable; ainsi sa vie fut une incessante expérience de sa présence en lui.

2107-A; Mt 19, 13-15 samedi 19e semaine- des mains jointes parce que vides

Quel est le meilleur don que Dieu puisse nous faire ? Quel est le meilleur chemin que Dieu puisse nous offrir ? Et je trouve la réponse dans ce geste qui m’a beaucoup touché lors de la profession solennelle de sœur Sylvie. Le don de déposer nos mains jointes dans les siennes. Les mains que mère Abbesse lui offrait. Ce proverbe tibétain m’est revenu en mémoire: des mains jointes sont des mains vides. Voilà ce qui est grand,

2017-A-Lc 6, 1-5 - samedi 22e semaine ordinaire - Jésus souffre d'allergie

Jésus souffre d’une allergie chronique, une allergie qui trouble tout Jérusalem (Mt 2, 3), une allergie qui le rend vulnérable face aux parfaits gardiens de la loi : celle d’être attentif aux personnes, à leurs besoins. Jésus éternue chaque fois qu’il se trouve devant une loi sans âme, devant un chrétien «protectionniste» de la loi et de l’ordre.

2017-A-Mt 23, 1-12- samedi 20e semaine ordinaire- Attention ! Danger!

Vous connaissez l’expression «je ne porte pas à terre». Elle signifie que je suis tellement enthousiasmé par un projet, une découverte, un événement qui m’arrive que rien d’autre ne m’attire. Rien d’autre que ce qui m’arrive ne me distrait.

Cette semaine, tout m’invitait à ne pas porter à terre. Tous les textes s’apparentaient avec un projet merveilleux qui m’enthousiasmait; je le trouvais trop beau pour être vrai.

2917-A-samedi 21e semaine ordinaire- partager, c'est s'enrichir

Ma première réaction devant cette image-parabole de Jésus: qu’avons-nous à offrir à Dieu qui pourrait accroître son domaine ? Tripler, doubler nos talents n’ajoute rien à la richesse du propriétaire. Le propriétaire n’a besoin de rien. Il s’empresse de manifester sa grande générosité envers ceux qui lui sont reconnaissants pour les talents reçus. Le premier, dit saint Jérôme, s’en alla ajouter la connaissance de Dieu aux connaissances qu’il avait déjà. Le second a doublé, à l'école de l'Évangile, ce qu'il avait appris à l'école de la Loi. Le troisième était tellement dévoré par les choses d’en bas qu’il a négligé sa connaissance de Dieu.

2017-A-Mt 11,15-27- mercredi 15e semaine ordinaire- le combat d'une vie

Bénis le Seigneur, ô mon âme. Cette lecture présente l'importance de la place que prennent les petites gens, les vulnérables et les fragiles dans la vie de Jésus; ainsi, le chant de ce psaume monte en moi comme une prière d'étonnement et d'admiration devant un tel regard de Jésus sur eux. Le Seigneur défend le droit des opprimés.

2017-A- Mt 18 : 15-20- mercredi 19e semaine ordinaire- se faire miséricorde entre nous

Jésus dit à ses disciples et demande à ses amis, collaborateurs de la première heure, de se souvenir, de faire mémoire de ceux qui ont quelque chose contre nous. Si ton frère a commis un péché contre toi.

Cet appel de Jésus, se souvenir de nos relations difficiles, tendues, se souvenir que nous ne sommes pas toujours en bons termes avec un proche ou un voisin, remonte à nos origines. Jésus fait résonner en nous cette longue, très longue histoire qui nous ramène jusqu’à Caïn et Abel.

2017-A-Jn 14,1-10- Laissez-moi partir voir le Père

Ces derniers jours, nous avons vu des visages en détresse. Ils venaient de tout perdre. De perdre leur maison dans les inondations. Cette détresse, celle de vivre sans domicile, les médias nous l’ont montrée dans cette foule de réfugiés qui ont tout perdu. Cette détresse, elle se retrouve sur les visages des sans-abris que nous ne voyons plus tant ils sont partout. Sur les visages d'enfants-soldats envoyés au front, souvent parce qu'ils sont sans famille.

2017-A-Mc 12, 13-17 mardi 9e semaine ordinaire- fuir le monde, tentation bien actuelle

Nous sommes tous des menacés. Nous sommes tous à des niveaux différents des «accros» aux idoles du moment. Aux César du moment. Aujourd'hui, les César ont les noms jeux de hasard ou numériques, spéculations, culte de l'image, etc. Jésus, en refusant de répondre de qui est cette effigie, ouvre plutôt un chemin de dialogue. Au lieu de mettre de l'huile sur le feu, Jésus préfère atténuer le risque d'incendie sans pour autant taire la question soulevée.