2019-C-Mt 6, 1-6.16-18- mercredi 11e semaine ordinaire - générosité: les sourds entendent ce langage

Année C : mercredi de la 11e semaine ordinaire (litco11me.19)   

Mt 6, 1-6.16-18; 2 Co 9, 6-11 : générosité, un langage que le sourd peut entendre

Vous connaissez bien ce chapitre 23 de la première règle de François. Il invite à l’admiration devant la générosité de Dieu.  Aimons tous Dieu […]. Il nous a donné et donne à tous les corps, l'âme, la vie; Il nous a créés, rachetés; il nous sauvera par sa seule miséricorde […], il ne nous fait que du bien. François ne cesse de louanger la libéralité, la surabondance, la gratuité de Dieu à son endroit.

La générosité ! Quel beau mot que lance Paul ! Autrefois, ce passage était beaucoup utilisé pour motiver à payer sa dîme. Aujourd’hui, il faut en élargir le sens. La générosité conduit à un face-à-face frontal avec ce que Paul appelle le pouvoir de ce monde. Nous ne luttons pas contre l’être humain, mais contre les puissances, les régisseurs de ce monde (Ep 6, 12).

Cette générosité de Dieu a tellement bouleversé François qu’il s’est fait, à l’étonnement et à l’opposition de sa famille aristocrate, distributeur autant des biens matériels qui passaient par sa main que des biens spirituels dont la grâce de Dieu le comblait. Sa vie fut distribution de la générosité de Dieu. François, un millénaire après Jésus, a réanimé cette demande de Jésus que raconte la parabole du bon Samaritain à un scribe qui lui demande comment obtenir la vie éternelle : va et fais de même (Lc 10, 37).  

Fais de même. Cette parabole a mis en route François sur un nouveau chemin, celui de prendre le temps de s’arrêter près des dépourvus de tout, des lépreux de tout genre et d’y semer abondamment la tendresse,  la générosité de Dieu. Sa vie fut un commentaire vivant de cette générosité. Autour de lui, il a semé en abondance la compassion de Dieu. Et Dieu l’a rendu riche (v.15). L’­homme qui est un donateur joyeux, Dieu le bénira, dit le livre des Proverbes (Pr 22, 9). Paul précise que Dieu aime un donateur joyeux (v.7). Il fut comblé du don inexprimable de Dieu.

Jésus demande que cette générosité soit distribuée en abondance. À semer trop peu, on récolte trop peu; à semer largement on récolte largement. Il pose une condition qui rebute les généreux donateurs : ne pas se faire remarquer. Ne pas donner pour obtenir une gloriole personnelle, une promotion ou un retour de l’ascenseur. Je suis toujours agacé de la place que les médias donnent aux richissimes donateurs et le silence des petits gestes qui souvent donnent plus en proportion que ces généreux donateurs. Jésus a remarqué l’obole de la veuve dans le temple (cf. Lc 21,1-4 ;  Mc 12, 38-44).

La générosité, ce semé en abondance dont parle Paul, il ne faut pas en faire seulement une belle idée. C’est une méthode de vie qui se manifeste dans le concret de gestes, de regards, d’attitudes d’ouverture, etc. C’est un bien commun qui appartient à chacun.   Je ne vaux pas grand-chose pour les discours, mais pour la connaissance de Dieu, c’est différent (2 Co 11, 6).

Générosité de joie. François fut un semeur de joie.  Contre toutes les machinations et les ruses de l'ennemi, ma meilleure défense c'est encore l'esprit de joie. Le diable n'est jamais si content que lorsqu'il a pu ravir à un serviteur de Dieu la joie de son âme, écrit son biographe Thomas de Celano.

Générosité de sa vie. Récemment encore, le 22 mai dernier, une religieuse de 77 ans, sœur Inès Nieves Sancho,   au service de l’éducation des jeunes filles très pauvres, fut égorgée de manière barbare (pape François). Des hommes et des femmes malgré les épreuves et les dangers, témoignent avec courage de leur appartenance au Christ, vivant l’Évangile en acte et témoignant d’un débordement d’action caritative. Songeons au Père Ernest Simoni, o.f.m., torturé durant plus de vingt-sept ans en Albanie communiste, pour ne pas renier sa foi au Christ et dont la devise toute simple disait tout: ma vie, c’est Jésus. En reconnaissance d’une vie offerte, donnée, le Pape François le nommait cardinal en 2016.

Générosité du don de soi. Que de pères et de mères sacrifient tout pour s’occuper d’un enfant malade, tétraplégique. Questionnée sur son épuisement à consacrer toute son énergie à son enfant, une mère répondait, en ligne directe avec l’attitude de Jésus : en s’oubliant, on rend et est heureux.

Contemplons ces mots : la générosité, semée en abondance, est un langage que les sourds peuvent entendre et que les aveugles peuvent voir. AMEN. 

Évangile: 
Année: 
Épitres: 
Pérode: 
Date: 
juin, 2019

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.