Vous êtes ici

Ajouter un commentaire

2017-A-Jn 11, 45-57- samedi 5e semaine carême- heure de suivre Jésus

Année A : samedi de la 5e semaine du Carême (litac05s.17) 

Jean 11, 45-57 : l'heure est venue de le suivre

Jésus vient d'accomplir un geste triomphal, celui de redonner souffle à son ami Lazare. Demain, ce sera une entrée triomphale, annonciatrice de ce triomphe définitif que Jésus offrira à ses amis qui auront vécu leur vie comme une intense semaine sainte.

Cette semaine sainte n'est pas à vivre comme mémoire du passé, mais comme un résumé de toute vie. Elle nous fera passer par toutes les gammes d'émotions spirituelles, allant de la tristesse à la joie, de la désolation à un sursaut de plénitude, de la trahison au pardon qui rebâtît une alliance brisée. Toute vie est une plongée au fond d'une vallée pour remonter de l'autre côté du soleil. Toute vie est le passage d'une rive à une autre rive, comme l'épisode de Lazare précédent notre évangile nous l'atteste.

L’heure est venue, il faut le suivre : Allons nous aussi, et mourrons avec lui (Jn 11,16). Les différents récits de la Passion nous offriront, comme dans un miroir, une kyrielle de chemins de comportements possibles. Je vous en présente quelques-uns parce que nous les prenons de temps à autre.

Regardons Caïphe. Il est grand prêtre, le serviteur du Temple, le garant de la présence de Dieu au cœur de son peuple. Il voit venir à lui le Temple nouveau, la présence réelle. Et il n’a qu’une envie: ne plus en entendre parler, ne plus l’entendre parler.

Regardons Pilate. Ce petit fonctionnaire a enfin la chance de voir sa route croiser celle du Sauveur du monde. Et il s’en moque. Il veut s’en débarrasser.

Regardons Simon, Jacques et Jean. Ils sont les premiers amis de Jésus. Ils aiment Jésus, mais ils dorment n’ayant pas la force de prier une heure avec lui.

Regardons les disciples et entendons les évangélistes dire : ils l’ont abandonné et se sont enfuis tous.

Regardons Pierre. Il a reçu les clefs du Royaume et il ne trouve pas en lui la force de le soutenir dans l’épreuve, ce dont il pleure de toutes les larmes de son corps.

Regardons Simon de Cyrène. L’homme du hasard qui passe par là revenant du travail. Et il devient le premier vrai disciple, puisqu’il porte la croix, la croix de Jésus et qu’il le suit sur le Golgotha.

Regardons Marie-Madeleine et les saintes femmes. Elles regardent de loin. Leur cœur est bouleversé et sentant qu'elles ne peuvent rien faire pour lui, elles l'accompagnent en silence. 

Regardons celle dont on (Marc) ne parle pas, mais qui est là: la Vierge Marie. Elle est toujours là où son fils est présent. Elle est présente. Elle est debout. Elle monte avec lui son chemin de croix. Elle est partie prenante de tout ce qu’il vit, de tout ce qu’il veut, de tout ce qu’il donne. Elle donne son Fils.

Que de chemins nous vivons. Nous prenons. Et c’est tout un résumé de notre vie. Quelle grande transformation le Seigneur va-t-il opérer en nous, nous faisant passer des joies de bien vivre cette semaine aux joies d'une vie pascale assumée. Oui, quelle immense joie nous attend sur l’autre rive.

Mais encore faut-il passer! Encore ne faut-il pas gâcher cette semaine, ne pas gâcher sa vie, cette semaine, à des choses éphémères. Plaise à Dieu que nous ne soyons pas de ceux qui veulent sa mort, mais encore faut-il faire de nos vies une semaine sainte permanente. AMEN.

 

 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
avril, 2017

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.