Vous êtes ici

Ajouter un commentaire

2019-C-Jn 12,44-50 -mercredi 4e semaine de Pâques- celui qui croît en moi

Année C : mercredi de la 4e semaine de Pâques (litcp05me.19)  

Jn 12,44-50 :  celui qui croit en moi

Celui qui croit en moi. Mais qui est celui en qui nous croyons ? Cette question est de tous les temps. Pour y répondre, il faut d’abord se mettre en silence et s’effacer devant ces mots, paroles de Dieu. Nos paroles humaines sont très fragiles quand il s’agit de dire celui en qui nous croyons. C’est notre silence, long ou bref, devant cette parole, celui qui croit en moi, qui nous fait entrer dans la profondeur abyssale de ces mots, nous fait engendrer ces mots en nous.  Impossible de cerner celui en qui nous croyons.  Notre foi n’est pas la foi des mots, c’est tomber dans le fondamentalisme. Notre foi, c’est une rencontre avec quelqu’un dont la parole dépasse notre capacité de tout entendre. On peut écouter sans entendre.

Jamais nous ne trouverons celui en qui nous croyons si nous nous contentons de ce que nous savons ou de réponses toutes faites. Le Dieu de Jésus-Christ ne se laisse pas prendre dans des réponses toutes faites. Il est humainement impossible de comprendre dans toute sa profondeur que celui qui me voit voit le Père.  Dieu ne s’enferme pas dans des formules, même celle des dogmes. Impossible d’enfermer Dieu dans des mots parce que Dieu ne sera jamais une réponse à nos questions. C’est une bonne nouvelle. Celui en qui nous croyons est et  demeure une question ouverte. Le problème n’est pas de savoir qui est Dieu. Le défi est d’être avec Dieu. D’être tout à celui en qui nous croyons.   

Le Dieu de Jésus-Christ ne se laisse pas encercler dans une définition. Il ne se laisse pas enfermer dans nos schémas tout humains. Si je ne faisais que répéter ce que j’ai appris de Dieu, je le trahirais profondément.  Dieu ne se laisse pas cerner si facilement que ça. Si quelqu’un entend mes paroles. Jésus demeure toujours un inconnu tant il est difficile de mener une vie qui coïncide avec la sienne, une vie de demeurance en lui et lui en nous (Jn 15, 5). Il n’est pas évident de bien comprendre qui est Jésus. Notre compréhension de Dieu dépasse nos mots. Dieu se comprend dans notre recherche d’être avec Lui.

Le chrétien est celui qui évangélise Dieu en parlant de lui avec les mots de Jésus. Et Jean nous en dicte le chemin quand il écrit que Jésus parle le langage du Père. Il ne parle pas son propre langage, mais le langage d’un autre. Si l’on ne veut pas être chrétiens uniquement « de nom », il faut faire sien l’engagement quotidien de réenchanter le langage de Dieu qui sait surprendre chaque fois que nous le contemplons. Il faut évangéliser le langage du Père, en parler avec les mots de Jésus.

Le projet premier de Jésus est de nous montrer le Père. Sa grandeur, écrit Maurice Zundel, c’est qu’il est totalement donné. Il n’a rien pour soi. Jésus n’a aucune parole propre. Il copie celle du Père. Il est perdu dans le Père, n’existe que dans le Père, n’est que la lumière du Père. Pour nous présenter ce Père, Jésus, nous décrit l’évangéliste Jean, s’est fait l’un de nous. Le verbe s’est fait chair. Il a partagé notre humanité pour que nous partagions sa divinité (cf. Varillon François, Joie de croire, Centurion, 1981, p.279-280). L’identité de Jésus est d’être dans le Père que jamais personne n’a vu. Moi je l’ai vu. Le Père a tellement mal aux autres qu’il envoie son Fils nous dire sa présence à nos côtés. Merveilleux mystère d’un Dieu qui a tellement mal aux autres qu’il nous envoie son fils nous montrer sa prodigalité à notre endroit.

J’écris cette réflexion au moment où l’annonce de la mort de Jean Vanier, ce géant de la charité, se confirme. Pour citer la première lecture, Dieu a mis à part cet homme de chez nous, ce fils d’un général canadien, pour nous montrer que sa prodigalité ne connaissait pas de limite. Comme Jésus, Jean Vanier avait mal aux autres.   Comme Jésus, la personne handicapée n’était pas un problème à résoudre, mais une source de vie. Comme Jésus, il avait foi dans les moins que rien, les handicapés, les exclus de la société. Il leur donnait une place prioritaire. Sa vie fut une communion d’humanité. Toute rencontre avec lui, rapporte-ton, remettait en marche.   Il exprimait sa foi  quand il disait aux handicapés, j’ai besoin de toi.  Je compte sur toi pour nourrir ma vie.   

Jean Vanier était un homme bourré de dons, sans aucune supériorité, un parcours pas facile. C’est sans doute sa propre pauvreté qui lui avait donné cet incroyable, et parfois excessif, sens des plus pauvres.  Hier, c’était Marie-Madeleine qui fut envoyé montrer Jésus ressuscité. Aujourd’hui, la foi de Jean Vanier en celui en qui il croyait  a ressuscité beaucoup de monde.  AMEN.  

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
mai, 2019

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.