Vous êtes ici

Ajouter un commentaire

2015-B-Jn 16, 23b-28 - samedi 6e semaine de Pâques- un départ qui en dit long sur nous

Année B; Samedi 6e semaine de Pâques (litbp06s.15)

Jean 16, 23b-28 :  un retour au Père qui en dit long sur nous

Quand je prie ce passage de Jean, monte en moi ce geste de Pierre et de Jean qui, à l'entrée de la Belle Porte,   relève au Nom de Jésus un infirme leur tendant la main pour subvenir à ses besoins. Sachez-le bien, c’est par le Nom de Jésus, le Nazaréen, que cet homme se trouve là, devant vous, guéri… Son Nom, donné aux hommes, est le seul qui puisse nous sauver (Ac 4, 10. 12). Ce geste au Nom de Jésus, pourtant empreint de compassion, a tellement soulevé de réactions que les autorités religieuses leur interdirent de le prononcer à nouveau.

Cela montre bien l'importance de ce nom qui court du jardin de la genèse au jardin de l'Ascension. La prière au Nom de Jésus ouvre, et Jésus confirme cela dans notre évangile, sur un autre jardin, celui du Père. Prononcer ce Nom permet d'ouvrir une autre Porte, plus belle encore que celle du Temple, et que le pape François appelle la Porte de la miséricorde.

Pourquoi ce Nom de Jésus est-il plus puissant que les autres ? Qu'a donc ce Nom de plus que les autres ? Pourquoi le privilégier à tout le reste ? Pourquoi ne rien lui préférer ? Pourquoi n’avoir rien de plus cher que ce Nom ?  Ce sont là des questions révélatrices de la beauté de ce Nom qui contient la beauté de la Beauté. Pensez, frères, dit saint Augustin, à ce que doit être la beauté [de ce Nom]. Toutes ces belles choses que vous voyez, que vous aimez, c’est lui qui les a faites. Si elles sont belles, qu’en est- il de lui ? Si elles sont grandes, lui, combien plus !

Comme réponse à ces questions, l'évêque émérite de Meaux, Mgr Albert-Marie de Monléon o.p., dans son livre Sur les pas du Christ, (Parole et Silence 2014), répond que Jésus attirait par sa bonté, sa compassion, sa manière de rendre confiance aux plus petits, aux accablés. Auprès de Lui, toute personne de bonne volonté se sentait bien, en sécurité, renouvelée.

Depuis le matin de Pâques, ce Nom de Jésus est devenu un Nom glorieux. Un Nom «miraculeux »  pour tous ceux qui l’invoquent avec foi. Un Nom illuminé, transfiguré, par le mystère pascal de la mort et de la résurrection. Parce qu’Il s’est fait obéissant jusqu’à la mort – et la mort de la Croix –, Dieu Lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au Nom de Jésus, tout genou fléchisse, au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père (Ph 2, 8-11).

C'est pour que ce Nom ne cesse jamais de résonner dans nos cœurs, qu'il termine toutes les oraisons de l'Église. L'office divin est aussi frappé de ce sceau «christique» : par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Avant de retourner vers son Père et pour clore cette longue histoire du salut, Jésus confirme qu'il est ce JE SUIS révélé à Moïse (Ex 3, 15). Qu'il est ce Je Suis, existant bien avant Abraham (Jn 8, 58). Sa dernière prise de Parole est de nous montrer qu'il est sorti du Père... venu dans le monde; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père (Jn 16, 28).

 Demain, l'oraison de l'Ascension nous fera prier ainsi : Dieu qui élève le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l'action de grâce, car l'Ascension de ton Fils est déjà notre victoire: nous sommes les membres de son corps, il nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c'est là que nous vivons en espérance.

Aucun chrétien devrait se “décrocher” de ce Nom.  Sa ligne d'arrivée n'est autre que le ciel c'est à dire Dieu lui-même. Ce Nom est le visage de la miséricorde du Père, la porte de la miséricorde du Père. Quiconque, dit la bulle annonçant l'année sainte de la miséricorde, y entrera pourra faire l'expérience de l'amour de ce Dieu qui console, pardonne, et donne l'espérance (# 3). Dans un geste de miséricorde, Dieu est venu à notre rencontre (# 2).

À nous de démonter que ce Nom Jésus, donné par l'ange à Marie et Joseph, est l'accomplissement de la promesse faîtes à nos Pères dans la foi et qu'il est celui qui sauvera son peuple de ses péchés (Mt 1, 21). Oui, Jésus est le Messie (Ac 18, 28). AMEN.

 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
mai, 2015

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.