Vous êtes ici

Ajouter un commentaire

2015-B- Mc 3, 20-21- samedi 2e semaine ordinaire- Il a perdu la tête

Année B: Samedi 2e semaine ordinaire (litbo02s.15)

Marc 3, 20-21: il a perdu la tête

Il a perdu la tête. C'est la vérité toute crue que Marc nous laisse voir dès le début de son évangile et qui persistera jusqu'à la fin de son livre. Il nous montre un Jésus déconcertant au comportement tellement déraisonnable, dérangeant que même ses proches ne peuvent accepter cela. Leur regard s'arrête sur le fils de Joseph et de Marie. Mais celui qui prend la parole dans la synagogue, on ne le reconnait pas. On ne le comprend pas non plus. Il faut être un peu dérangé, avoir perdu la tête que de dire aujourd'hui s'accomplit ce que vous venez d'entendre (Lc 4, 21). On ne percevait pas que Jésus était l'accomplissement de la Promesse attendue.

Marc, seul évangéliste à affirmer que Jésus a perdu la tête, peinture ainsi tout le mystère de l'Incarnation. Tout son évangile fait resurgir un Jésus tellement proche de nous qu'il est trop proche, paradoxe, pour le bien comprendre. On connaît ses origines mais on ignore son identité.  Tellement libre qu'il semble avoir perdu la tête même en regard des conventions familiales.

Oui, il a perdu la tête ce Dieu en devenant l'un de nous, en entrant dans la chaumière des Zachée et Lévi. En entrant dans la ville «dangereuse» de la Samarie. Il a perdu la tête ce Dieu dont le souci d'authenticité, de transparence et d'honnêteté, le poussera à contester la pratique de la religion de son temps. 

Il a perdu la tête ce Jésus qui, par sa naissance, est entré dans l'arène des conflits humains, s'est heurté à de vives et permanentes oppositions qu'il a vécu dans la sérénité, sans perdre la tête. Non seulement il a perdu la tête, mais son agir lui a fait perdre la tête. La folie de son amour sera toujours déroutante pour nous.

Il a perdu la tête. Ce qui résonne comme une insulte, une incompréhension pour ses proches peut aussi être entendu comme un compliment, un beau cri de reconnaissance pour tout ce que Dieu en Jésus a accepté de vivre pour redorer notre image jusqu'à la rendre à sa ressemblance originale.

Ce matin, entrons dans le mystère Jésus... Il a perdu la tête...pour nous redonner de la hauteur. Saint Bonaventure nous suggère d'exprimer une immense gratitude devant ce Jésus qui a perdu la tête. Toi, homme perdu, toi qui est la cause de toute cette honte et de ces tortures comment ne pas éclater en sanglots...voici l'agneau très innocent venu t'arracher à la sentence d'une juste condamnation. Il paie pour toi. Et toi, en retour, tu ne lui manifeste aucun sentiment de compassion.

La vie de Jésus, plus encore que sa Parole, abonde en contraste merveilleux. Il se dit roi et il naît dans une étable. Il se dit Maître et il lave les pieds de ses apôtres. Il se dit l'Époux et se donne à une prostituée. Pour perpétuer son message, il choisit non des savants, non des philosophes, non des orateurs pleins d'éloquence, mais des ignorants, des timides, des gens moins que rien.  Oui,  il a perdu la tête jusqu'à supporter toutes les épreuves pour porter secours à ceux qui subissent l'épreuve (He 2, 18). Cela devrait nous faire exulter de joie parce que tu as changé mon deuil en une dance (Ps 30).

Question: allons-nous aujourd'hui, comme François de Sales et Jeanne de Chantal l'ont fait, entrer dans ce grand mouvement de compassion pour les autres, ce grand bouleversement qu'apporte toute expression de tendres-se ? Mouvement  Il a perdu la tête. Nous pouvons dire aussi cela de François de Sales qui avec Jeanne de Chantal n'ont cessé de rendre vivant dans les cœurs celui qui a perdu la tête.

Ce n’est pas du tout raisonnable, mais il a tellement perdu la tête  qu'il se donne en nourriture. Il se livre entre nos mains. Se laisser nourrir, c’est le seul moyen pour qu'il fasse en nous sa demeure. Impossible d'imaginer quelqu'un être plus fou, plus grand, plus déraisonnable que cela. Puisse ce pain nous faire perdre la tête jusqu'à nous rendre fous d'amour pour lui et lui dire venez, tout est prêt (Lc 14,17). AMEN.

 

Évangile: 
Année: 
Pérode: 
Date: 
janvier, 2015

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.