Vous êtes ici

"Mgr Couture a été un grand évêque"

Date: 
Mardi, 6 février, 2018 - 09:30

 

Message de condoléances adressé le 25 janvier dernier par le président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec, Mgr Noël Simard, à l'occasion du décès de l'archevêque émérite de Québec, Mgr Maurice Couture.

 

Monsieur le Cardinal Gérald Cyprien Lacroix Archevêque de Québec et Primat du Canada

Monseigneur Jean-Pierre Blais Évêque de Baie-Comeau

 

Chers confrères,

Les diocèses de Baie-Comeau et de Québec sont en deuil. Notre cher frère dans l’épiscopat, Monseigneur Maurice Couture, — qui vous a précédés l’un et l’autre, d’abord comme évêque de Baie-Comeau de 1988 à 1990 et ensuite comme archevêque de Québec de 1990 à 2002 — a terminé son parcours terrestre et est entré dans la vie éternelle. Je m’unis à votre prière pour lui et je demande au Seigneur de toute grâce de le combler de son amour dans la paix et la joie de son Royaume.

 

L’Église perd en lui un pasteur selon le cœur de Dieu, entièrement donné à Jésus et à son Évangile de même qu’au peuple de Dieu qui lui était confié. Sa proximité avec les gens, sa simplicité, son amour des petits et des pauvres, son franc-parler, sa défense de la justice sociale et de la dignité de la femme, sa préoccupation pour le sort des laisséspour-compte de notre société ont été une marque constante de son ministère épiscopal. Ce fut un véritable disciple de Jésus et de saint Vincent de Paul.

 

Il a été pour nous et parmi nous un grand évêque, même si sa modestie l’aurait empêché d’accepter que nous le disions. De fait, il avait même déjà préféré se qualifier, avec un brin d’humour, de « p’tit évêque », comme le rapportait le journal LA PRESSE lors de sa nomination comme évêque de Baie-Comeau:

« À peine nommé par Jean-Paul II au siège épiscopal de Baie-Comeau, Mgr Maurice Couture s’est fait dire par quelques personnes qu’il comptera parmi ses ouailles un diocésain particulièrement illustre: M. Brian Mulroney [ qui était alors Premier Ministre du Canada ]. “Il y a déjà le p’it gars de Baie-Comeau. Il y aura le p’tit évêque de Baie-Comeau”, a-t-il souligné. » — LA PRESSE, 11 décembre 1988, texte signé Jules Béliveau

 

Nous reconnaissons là la joyeuse spontanéité qui le caractérisait et qui le rendait si sympathique et si attachant. Lui qui a aussi été président de l’Assemblée des évêques du Québec, de 1993 à 1995, il savait porter un regard à la fois lucide et plein d’espérance sur l’Église d’ici. Sur ce sujet, je lui redonne pour ainsi dire la parole en reprenant quelques-uns de ses propos dans l’allocution qu’il prononça il y a quinze ans, le 26 janvier 2003, lors de l’inauguration du ministère épiscopal de son successeur à Québec, Mgr Marc Ouellet:

 

« En quarante ans, notre révolution culturelle, qualifiée de tranquille parce qu’elle s’est déroulée à peu près sans affrontement violent, a fait franchir au Québec les étapes d’une sécularisation que la France, par exemple, a mis 200 ans à parcourir. « Plusieurs parmi nous ont vécu cette évolution vertigineuse du début à la fin. J’en suis. Je l’ai vécue personnellement de l’intérieur avec ses répercussions sur mon Église, ses institutions, son leadership, sur le sentiment d’appartenance de ses membres, sur leur façon de vivre leur foi. J’en conserve le sentiment profond d’avoir expérimenté un dépouillement, personnel et communautaire, parfois douloureux, souvent libérateur, de bout en bout marqué au coin du mystère pascal de mort et de résurrection. »

 

S’adressant à son successeur, il avait alors décrit quelques-uns des signes d’espérance que son regard de pasteur savait déceler dans une Église secouée par le changement:

 

« Vous constaterez qu’à l’intérieur de votre Église, des pousses neuves surgissent sans bruit au milieu des vestiges de l’ouragan qui l’a balayée. Les jeunes n’ont guère appris le chemin de l’Église, mais beaucoup d’entre eux cherchent une route sûre. Vous les retrouverez dans des groupes déjà existants, beaucoup plus nombreux qu’il n’y paraît ... « Vous rencontrerez des chrétiens et des chrétiennes de tous âges, désireux de développer leur intimité avec le Christ, d’approfondir leur foi, et aussi d’apprendre à la dire... « Vous verrez comment les communautés chrétiennes sont passées graduellement d’une mentalité de bénéficiaires des services religieux à celle de participants et participantes à la vie de l’Église... »

 

Oui, Monseigneur Maurice Couture a été un grand évêque, un ami, un père dont le souvenir restera gravé en nos coeurs.

 

Au nom de tous mes confrères évêques, je vous offre, ainsi qu’aux églises diocésaines de Baie-Comeau et de Québec et à tous les proches et amis de Monseigneur Couture, mes plus sincères condoléances, avec l’assurance de ma prière fraternelle.

 

+ Noël Simard

Évêque de Valleyfield

Président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québe